Impunité et deuils en suspens

« Au clair de la lune, mon ami Zongo refusa de bâillonner sa plume au Burkina Faso. Et Zongo est mort, brûlé par le feu, que justice soit faite pour l’amour de Dieu. » — Alpha Blondy. Le 13 décembre 1998 le journaliste Norbert Zongo est assassiné en plein jour au Burkina Faso.

Depuis le non-lieu prononcé en 2006 par la justice burkinabè, « l’affaire Norbert Zongo » est juridiquement close. Mais au fond, qui décide de ce qui est clos et ce qui ne l’est pas? Bref.

L’affaire Norbert Zongo n’est pas close. Sa famille n’a jamais cessé de réclamer justice. Tout comme celle d’ailleurs de Thomas Sankara, dont la veuve a obtenu la condamnation du principal coupable, toujours par la justice burkinabè. Et pourtant cette dernière se retrouve aujourd’hui à croiser l’assassin de son mari à Ouagadougou. En effet, Blaise Compaoré est revenu tout récemment au pays parfaitement libre et sans entraves.

Zongo a été assassiné le 13 décembre 1998 pour ses investigations sur une affaire dans la famille présidentielle burkinabé…Blaise Compaoré encore lui ! L’héritage de Zongo, ses écrits et sa conviction continuent d’inspirer des milliers de jeunes burkinabé et africains. Cette jeunesse qui réclame justice !

Même fin de non recevoir implicite pour toutes ces affaires du même style qui finissent officiellemment en queue de poisson et où les coupables n’ont jamais été inquiétés. Barthélémy Boganda (RCA), Felix Moumié (Cameroun), Sylvanus Olympio (Togo), Outel Bono (Tchad), Steve Biko (Afrique du Sud), Germain M’ba (Gabon), Marien Ngouabi (Congo), Ibrahim Baré Maïnassara (Niger),

Goungaye Wanfiyo (RCA), Floribert Chebeya (RDC), Ibn Mahamat Saleh (Tchad) et tant d’autres dont les enquêtes post-mortem n’ont jamais abouti jusqu’à ce jour.

Des affaires qui, malgré l’eau coulée sous les ponts, restent ouvertes et impunies. Et pourtant tout le monde sait qui a fait quoi et pourquoi.

Share

D’origine britannique, Rebecca Tickle est d’abord une passionnée d’Afrique. Elle « pratique » le continent dès sa petite enfance à travers son père journaliste, qui sillonne l’Afrique durant les années de la Guerre froide. Après une carrière d'infirmière diplômée bien remplie et une licence en sciences sociale et politiques dans la poche, Rebecca Tickle qui vit en Suisse, a travaillé dans le milieu de la médiation internationale, de la gestion de projet de médiation humanitaire et de la communication. Secrétaire générale dès 2009 à la Fondation Moumié, qui lutte contre le déni de la mémoire des héros nationaux au Cameroun, elle s'intéresse aussi de près à la République Centrafricaine surtout aux violations des droits humains et l'impunité omniprésente dans le pays, ainsi qu'en Afrique centrale. Elle est d'ailleurs accessoirement de nationalité centrafricaine. Rebecca Tickle s'insurge contre la langue de bois, le silence des médias occidentaux et l'escamotage systématique des droits des citoyens africains "d'en-bas". Sa veille attentive des actualités africaines l'amène à des analyses fortes, dans le domaine de la gouvernance, de l'impunité et du développement des capacités de la société civile africaine. Rebecca Tickle est sur Kirinapost.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.