Steven Le Hyaric: « Rouler contre la désertification »

Paris-Dakar en 20 jours à Vélo: Steven Le Hyaric accomplit cet exploit pour lutter contre la désertification.« Tout ce que je fais doit avoir du sens… Ma vie n’est que sens ».

Steven Le Hyaric l’a fait. 5700 kms pour rallier Dakar à partir de Paris qu’il avait quitté le 15 mars, et ce en 20 jours en soufrant sur son vélo, seul, juste pour une cause, celle de la désertification et du changement climatique, cause à laquelle par son exploit il souhaite sensibiliser le monde entier et réveiller les consciences sur la « désertification »qui est à l’œuvre, symptomatique du réchauffement climatique, et qui verra l’Europe touchée sévèrement à l’horizon 2030 si nous ne nous mettons pas au diapason de l’urgence climatique.

Dakar a donc accueilli Steven Le Hyaric au pied du Monument de la Renaissance. Il est entré dans la capitale sénégalaise aux alentours de 15 heures, escorté par des dizaines de cyclistes, motards et rollers, qui l’ont conduit vers ceux et celles qui l’attendaient, dont plusieurs l’avaient suivi sur ses réseaux sociaux à travers ses live. Moment d’émotions, et surtout de délivrance, cette délivrance qui sanctionne l’effort extraordinaire que ce sportif de l’extrême s’est imposé chaque jour en pédalant sans relâche durant 350 kms, et en dépassant ses douleurs.

Des jeunes, des femmes qui fêtaient la Journée de la Renaissance Africaine lui ont procuré ces bonheurs indicibles parmi lesquels il a d’abord ressenti celui d’entendre de la musique, celle des percussions vers lesquelles, une fois l’accueil fait, il s’est dirigé avide d’émotions, après 20 jours de silence, de solitude et de dépassement de soi.

Steven Le Hyaric a donc réussi son pari fou. Parce que ce qui le fait vivre, c’est le sens donné à sa vie. « Même pour cette dernière étape en quittant Saint-Louis, je souffrais, je devais tenir, et ce qui me tient c’est le sens. Si je n’ai rien à transmettre, j’arrête » dit lorsqu’il fut reposé cet athlète impressionnant. Quel est le rapport entre le vélo et le changement climatique? « Je fais rêver les gens et les engage derrière moi » répond-il. Et tous les jours, genoux en flammes, fessiers en sang, il se devait de garder et le sens et le cap malgré ses douleurs.

Steven Le Hyaric donne une conférence de presse à 16 heures à la Brazerade à Ngor, où il est allé panser ses douleurs au bord de l’océan, où avec quelques personnalités sénégalaises engagées par les problématiques environnementales, il expliquera mieux son futur projet, celui de traverser en 6 mois, 6 continents, 6 déserts, le fameux « Projet 666 », qu’il souhaite boucler en terre africaine, mais cette fois-ci dans sa partie sud. Ensuite, avant de quitter notre pays dans la soirée, il souhaite rencontrer tous ceux qui lui ont donné le courage et la force de réaliser cette aventure, en suivant ses « live » et en le motivant, les invitant à Ngor à La Brazerade pour les remercier et surtout les sensibiliser aux enjeux de ses combats.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *