Sur cette terre…(Mahmoud Darwich)

Cette semaine, a eu lieu la célébration de la journée dédiée à la Palestine. En 1977, l’Assemblée générale des Nations Unies a prié le Secrétaire général de l’ONU d’organiser chaque année, en consultation avec le Comité pour l’exercice des droits inaliénables du peuple palestinien, une Journée de solidarité avec le peuple palestinien. La date du 29 novembre a été retenue en raison de sa signification particulière pour le peuple palestinien. À cette date en 1947, l’Assemblée générale des Nations-Unies l’Assemblée adoptait, la résolution A/RES/181 (II), qui prévoyait le partage de la Palestine en deux États. À cette occasion, revisitons un texte de l’immense poète palestinien Mahmoud Darwich. Darwich est un des plus grands poètes arabes du xxeme siècle.  Palestinien d’origine, il a écrit sur la résistance, la justice, l’amour, la paix, la fraternité…

 

Sur cette terre…

Tiré du recueil La terre nous est étroite et autres poèmes (Gallimard, Paris, 2000)

Il y a sur cette terre ce qui mérite vie :
les hésitations d’avril,
l’odeur du pain à l’aube,
les opinions d’une femme sur les hommes,
les écrits d’Eschyle,
les débuts d’un amour, de l’herbe sur des pierres,
des mères se tenant debout sur la ligne d’une flûte
et la peur qu’éprouvent les conquérants du souvenir.

Il y a sur cette terre ce qui mérite vie :
la fin de septembre,
une dame qui franchit la quarantaine avec tous ses fruits,
l’heure de la promenade au soleil en prison,
un nuage mimant une nuée de créatures,
les ovations d’un peuple pour ceux qui montent à la mort souriants
et la peur qu’ont les tyrans des chansons.

Il y a sur cette terre ce qui mérite vie :
il y a sur cette terre, le commencement des commencements,
la fin des fins,
On l’appelait Palestine et on l’appelle désormais Palestine.
Madame je mérite, parce que vous êtes ma dame, je mérite de vivre.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.