Sous l’arbre à palabres: « Nyanyama » de Salif Keita.

Nyanyama est un pur chef-d’œuvre. Un morceau émouvant et plein d’enseignement. Comme le disait celui que j’appelle mon grand père spirituel, Amadou Hampâté Bâ, « la parole a horreur de trois choses : être avancée avant le moment propice, n’être pas dite à temps, ou être dite après coup ». Il y a toujours un moment, un lieu et une manière de parler.
 la parole est un fruit dont l’écorce s’appelle « bavardage », la chair, « éloquence » et le noyau, « bon sens »
« Sois à l’écoute, disait-on dans la vieille Afrique, tout parle, tout est parole, tout cherche à nous communiquer une connaissance… » disait Amadou Hampâté Bâ
« La parole écorche et coupe.
Elle modèle,déforme et module.
Elle irrite, amplifie, apaise, réhausse et abaisse.
Elle perturbe, guérit, rend malade.
Et selon sa charge parfois tue net.
Une fois émise on ne peut plus la rattraper.
Elle déclenche ou termine tout. »
Amadou Hampâté Bâ
Vidéo: Une magnifique interprétation de Nyanyama par Salif Keita et ses musiciens:
Salif Keita – chant
Souleymane Doumbia – Percussions
Djely Moussa Kouyaté – Guitare
Bruno Lasnier – Guitare
Thierry Jasmin Banare – Basse
David Aubaile – Claviers
Raphaël Chassin – Batterie
Awa Maïga – Chœurs
Constance N’Gando M’Pondo – Chœurs
©Forbes
https://www.youtube.com/watch?v=UA57AY5pWNo
Share

Mamadou Sekk est un passionné de culture et de musique africaine. Il est l'initiateur du Berger Des Arts (Gaynaako Ñeeñal) The Shepherd Of Arts et Festival Blues D'Afrique / Assoc. Le Berger Des Arts est dédié à la collecte, la conservation, la mise en valeur et l'interprétation des musiques du monde, sous-estimées ou en péril, qui ont contribué à la naissance du Blues afin d'éviter leur disparition.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.