Qui viole les droits de l’homme, collectionne les tempêtes

María Iglesias .  L’arrivée cette semaine de près de 10000 personnes, Marocains et Africains subsahariens, de l’autre côté de la frontière de Ceuta ne peut être surprenante et se répétera si l’UE continue de piller l’Afrique par le biais de pactes avec les dirigeants dictatoriaux africains. Source: Eldiario Traduit de l’espagnol

Sans tomber dans la folie du leader du PP, Pablo Casado, qui a récemment annoncé qu’il savait déjà que le Maroc allait ouvrir la frontière avec Ceuta et encourager plus de 9000 migrants à passer dans un défi sans précédent à l’Espagne et à l’UE, il est vrai que les images d’enfants, de jeunes, de femmes avec des bébés sur le dos, de familles nageant ou escaladant les brise-lames de Tarajal … ne font que surprendre ceux qui veulent être surpris. Parce que cela arrivait, les journalistes et les analystes mettent en garde depuis des années. Encore plus, prévenez le personnel!: Des choses plus frappantes se reproduiront si l’Espagne et l’Europe ne modifient pas leurs politiques d’immigration illégale, inhumaine et contre-productive.

Il y a une bonne nouvelle: cette horreur peut être évitée. Ce n’est pas une catastrophe naturelle, pas de malédiction biblique, pas de résultat du hasard mais, à juste titre, la conséquence de décisions de relations internationales, de stratégies diplomatiques, immorales (nous le savions depuis longtemps), illégales (car elles violent la Déclaration universelle de Human Rights que ce n’est pas un rouleau de papier toilette, mais la Constitution mondiale) et, en outre, comme le prouve Ceuta, inefficace. Le populiste sirocco m’a-t-il donné pour écrire que le défi de l’immigration est résolu en deux temps? Pour rien. Sa solution est complexe car elle nécessite la refondation de rien de moins que le système économique-productif-fiscal mondial. Mais il est évident qu’il faut s’arrêter et faire demi-tour car on va à l’encontre de la solution, on va s’écraser.

Un parallèle révélateur est celui de l’effondrement de l’environnement. L’éviter est également un défi de taille auquel nous savons que nous sommes déjà en retard, mais les citoyens, les experts scientifiques ont forcé la soi-disant «communauté internationale», les autorités et aussi de plus en plus d’entreprises à inclure l’environnementalisme comme une question clé sur le ordre du jour. Eviter les émissions de CO2, contrôler / recycler les déchets, traiter les rejets implique des dépenses, des investissements, mais comme l’alternative est de mourir, nous le faisons. Avec l’immigration, il devrait en être de même, car ceux qui viennent arrivent poussés par un «effet de sortie» – pas un «appel» -: là-bas, dans leur pays d’origine, ils manquent de pain et de liberté. Ils sont déjà en train de mourir.

L’Europe, les mains tachées d’oppression

Il s’avère que l’Espagne, l’UE et l’Occident sont responsables de cette pénurie. Je ne parle pas des 400 ans d’esclavage, ni de la colonisation du XIXe siècle, ni de la dette extérieure qui leur a été imposée en échange de leur «octroi» de leur indépendance dans les années 60, je parle du néocolonialisme que nous exerçons aujourd’hui. Nos gouvernements, et aussi nous qui regardons ailleurs lorsque des accords de pêche, d’exploitation gazière ou pétrolière sont signés, pour que nos flottes travaillent, pour chauffer nos planchers, mais pillant les ressources des Marocains, Algériens, Sénégalais, Angolais … que ces rois , les présidents et les castes africaines despotiques, que nous soutenons, amassent l’argent, au lieu de l’investir dans le progrès social.

Marié, qui est la tête de série, blâme United-Podemos pour Ceuta pour son soutien au droit à l’autodétermination au Sahara occidental. Il faut en savoir plus … ou moins manipuler. La même chose a été défendue par l’ONU pendant des décennies et le Sahara Occidental depuis 1982! l’un des 55 pays membres de l’Union africaine. Céder au chantage est quelque chose qui est toujours découragé car les maîtres-chanteurs ne sont jamais satisfaits et une fois qu’ils ont été collectés, l’argent, ou le Sahara dans ce cas, qu’est-ce qui vous fait penser qu’ils n’iraient pas à Ceuta ou Melilla?

La solution est de raviver l’esprit de la Conférence euro-méditerranéenne de Barcelone (1995) pour démocratiser la rive sud. Sans verbiage, aller au concret:

L’Espagne et l’UE veulent-elles clarifier où le Maroc dépense les 13 000 millions d’euros qu’il a donnés depuis 2007 en échange de l’arrêt de la migration? Allez-vous contrôler la destination des 22 500 millions d’euros du budget 2021-2027 pour les pays voisins comme le Maroc?

La solution est de raviver l’esprit de la Conférence euro-méditerranéenne de Barcelone (1995) pour démocratiser la rive sud. Sans verbiage, aller au concret:

Car en ce moment, au Sénégal, l’ambassadrice de l’UE à Dakar, Irène Mingasson, vient de justifier l’emprisonnement d’une militante espagnole pour avoir demandé au gouvernement de Macky Sall, sur quoi il a dépensé 180 millions de fonds européens en théorie destinés à empêcher la migration clandestine . C’est l’hispano-sénégalais, Boubacar Séye, président de l’ONG Horizonte sin frontera qui a dénoncé à eldiario.es l’abandon diplomatique espagnol et dont Irène Mingasson, déclare dans l’Observateur que «Boubacar Séye savait déjà à quels risques il s’exposait pour. dire ce qu’il a dit.  »

Construire un espoir

Bien sûr, les Africains ne méritent-ils pas une pire norme démocratique? Eh bien, oh, ils ne sont pas d’accord. Ils exigent la démocratie, la justice et le bien-être. C’est pourquoi des centaines de Marocains riffiens ont manifesté en 2017 et autant de ces Hiraks sont toujours emprisonnés, comme Nasser Zafzafi. Egalement pour avoir critiqué cette affaire dans la presse, les journalistes marocains Omar Radi et Suleimán Raisuni sont maintenus en prison, dont le quotidien, le seul indépendant, Ajbar al Yaum, a forcé la fermeture définitive en mars.

Avez-vous vu à Ceuta comment ceux dont nous tenons la vie pour acquise? Avez-vous le moindre doute sur le fait qu’ils chercheront un avenir jusqu’à ce qu’ils l’atteignent ou meurent?

On a deux alternatives: ou on continue avec la galerie des horreurs où cet Aylan s’est noyé en 2015 semblait nous choquer, mais maintenant on voit la mort de la petite Eléne Habiba (qui s’appelait Nabody) déshumanisée, les 3 survivants parmi 24 cadavres 22 jours perdus dans un bateau jusqu’à leur sauvetage, la fin de l’Atos gambien et de l’Essadia marocaine brûlés vifs cette semaine dans la colonie subhumaine de Lucena del Puerto (Huelva) dans des circonstances qui ne sont jamais élucidées …

Ou nous demandons le changement urgent de politique que les citoyens peuvent faire pour unir la volontaire de la Croix-Rouge, Luna Reyes, connue pour son étreinte du migrant récemment arrivé, le garde civil Juan Francisco Valle qui a sorti un bébé presque mort de l’eau, à le légionnaire Juan Gabriel Gallegos qui a croisé un enfant marocain perché sur la clôture à cheval … Exigeant de savoir, comme points urgents, quel est son nom et ce qu’il est advenu du mineur étreignant Luna et qui semble avoir été illégalement renvoyé, du bébé secouru par Juanfran et de la mère de l’enfant, de l’enfant que Gallegos a aidé et qui ne peut plus être embarqué maintenant comme on le fait avec les huit cents mineurs que l’on voit entassés comme des bêtes dans une étable.

Tout cela lorsque le plan Espagne 2050, présenté jeudi par le gouvernement, précise qu’en raison du vieillissement démographique, nous manquons de migrants. Nous avons besoin de toi.

 

 

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.