PROFESSION DE FOI

L’ancien Médiateur de la République, Alioune Badara Cissé a tiré sa révérence. La nouvelle a été annoncée en début de soirée. Alioune Badara Cissé ou ABC était un avocat et un militant des droits de l’homme. Tout au long de sa vie, il a respecté l’humain et accordé une grande place au divin. Son attention pour les petites gens était particulièrement connue. Compagnon de la première heure du Président Macky Sall, il a participé grandement à son accession à la magistrature suprême. Il deviendra d’ailleurs son premier, ministre des Affaires Etrangères. ABC était à la bonne place. En plus de ses élégances, il avait la réputation d’être diplomate et de commerce facile. ABC a fait ses études entre Saint-Louis et Dakar avant de s’envoler vers la France et plus tard aux Etats-Unis. De ses pérégrinations, il reviendra diplômé en Langues étrangères, en droit, en leadership, en coopération…C’est dire s’il était bien formé. Tout au long de son parcours, il a fait montre de bravoure, d’honnêteté et de dignité, n’hésitant pas à ramer à contre-courant de ses compagnon politiques. À plusieurs reprises, ce saint-louisien bon teint et talibé dans l’âme, a usé de sa liberté de ton pour décrier ce qui lui semblait être alors des dérives de la majorité à laquelle, il appartenait. En mars dernier, il tirait sur la sonnette d’alarme lorsque le pays était au bord d’une grave crise socio-politique. C’est cet homme refus qui vient de disparaitre à l’âge de 63 ans. Pour lui rendre hommage Kirinapot a choisi de poster un texte puissant d’Elie-Charles Moreau, cousin du disparu mais aussi poète, écrivain, éditeur et grand amoureux des mots.

Ce ne seront jamais des valeurs fausses

– ors et trésors du sceau de l’éphémère

de quelques ordres et natures que soient

et même issues de huis des plus clos

qui plus est en briques en broc et en vrac soustraites de coffrets et coffres codés

des simili-dieux régissant nos existences – qui me feront dévier des chemins tracés

de depuis bien avant ma naissance

par un père éclairé et bellement éclairant

les choses telles les êtres sous sa tutelle.

Je laisse cela aux mange-mil et lauditeurs

et à tous autres assermentés adeptes

de la main qu’on tend sans vergogne

et de la main qu’on détend en minable

et des mains qu’on croirait juste faites

pour applaudir les gouvernants sinon

se muer en pelles bonnes pour ramasser prébendes de tous genres et flouze

en pièces qui sonnent ou qui trébuchent ainsi terriblement corrodant le socle

d’une Cité pourtant érigée sur Vertu et Dignité.

Ce que requièrent et mon âme et esprit

et qui gicle en mon sang et fait vibrer

à même rythme mon coeur et ma vie

ce sont des choses simples comme bonjour

mais essentielles plus que tout ici-bas

c’est un gîte convenable pour toutes et tous

ce sont le pain et l’eau pour toutes et tous

et la santé et l’éducation pour toutes et tous

ce sont des écoles vraies et à flux unique

et par dessus tout et pour tout le monde

le don de soi pour le Sénégal et l’Afrique.

Sénégal et Afrique ! Ô Paradis à susciter !

Mais enfin que seraient leurs quêtes

et seraient leurs requêtes si pour une fois possibilités leur étaient données d’opiner

et lors de devoir éructer jusqu’au ciel

leurs colères et petits bonheurs

leurs désirs et sentiments les plus fous

leurs sensations et visions

et ce qu’auraient d’inaliénables en eux

le mot Culture et le mot Patrimoine

le mot Genre et le mot Valeur

le mot Souveraineté et le mot Patrie

Pour sûr l’Un et l’Autre harmonieux

et sans s’être une seule fois concertés

joueraient et en boucle notre plurielle

et urgente et pressante et légitime ivresse

de sérénité imperturbable

et d’ininterrompus sérénades

pour nous toutes et tous et pour de bon !

Elie-Charles Moreau

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.