Port Dakhla Atlantique, le méga-projet marocain tourné vers l’Afrique de l’Ouest

Dakhla Atlantique est le nom du prochain port que le Maroc envisage d’implanter dans les provinces du Sud. C’est un méga-projet et une interface maritime d’intégration économique. Il consacrera l’ouverture du royaume vers les pays du continent africain, notamment l’Afrique de l’Ouest. Le futur port sera un hub de rayonnement continental et international.

Alors que Tanger-Med est reconnu aujourdhui comme le premier port en Afrique, le royaume du Maroc s’attaque à une autre infrastructure portuaire d’envergure, cette fois sur sa façade atlantique Sud, face au Sahara marocain, Le site choisi pour abriter le futur port est celui de Ntireft, qui se situe à 40 km au nord de la ville de Dakhla. Un port moderne dans cette région de Dakhla-Oued Eddahab, va contribuer assurément à mettre en exergue les provinces du sud mais va être aussi un atout non negligeable pour inciter les investisseurs locaux et étrangers intéressés par l’exportation vers l’Afrique. Surtout avec l’arrivée de la Zone de Libre-Echange Continentale Africaine (ZLECAF).

« La façade atlantique Sud du Royaume, située face au Sahara marocain, constituera une interface maritime d’intégration économique et un foyer de rayonnement continental et international. Nous continuerons à œuvrer pour le développement d’une véritable économie maritime dans ces territoires que Nous chérissons tant. Cette zone qui abonde en ressources et en potentialités, sur terre comme en mer, servira ainsi de passerelle et de trait d’union entre le Maroc et sa profondeur africaine » a souligné Sa Majesté le Roi Mohamed VI dans son discours à l’occasion du 45ème anniversaire de la Marche verte.

Doté d’une conception évolutive et extensible Dakhla Atlantique, portera sur la réalisation d’un port en eaux profondes selon trois composantes : un port de commerce à une profondeur de -16 m/zéro hydrographique, un port dédié à la pêche côtière et hauturière, et un port dédié à l’industrie navale.

Par ailleurs, le port sera adossé à une zone industrialo-logistique de 1.650 hectares. Les trafics prévisionnels pour les premières années sont estimés à 2,2 millions de tonnes pour les marchandises. Le volume de produits de la mer est, lui, estimé à 950.000 tonnes. Depuis le 28 avril dernier, on connaît désormais l’opérateur qui sera en charge de la réalisation du nouveau Port Dakhla Atlantique. Il s’agit du groupement marocain SGTM –Somagec Sud qui a devancé des groupes comme Eiffage (France) ou encore Archidoron (Grèce) comme on peut le constater dans le communiqué du ministère de l’Equipement. Enfin, le projet totalisera un investissement de 10 milliards de DH et demandera au moins 8 ans de travaux.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.