Ngũgĩ wa Thiong’o nominé pour International Booker

(Traduit de l’anglais) Ngũgĩ wa Thiong’o est devenu le premier écrivain à être nominé pour le prix International Booker en tant qu’auteur et traducteur du même livre. Il est le premier candidat à écrire dans une langue africaine. Le Kényan de 83 ans, toujours favori du Nobel fait partie des 13 auteurs nominés pour le prix de la meilleure fiction traduite. un prix de 50 000 £ réparti à parts égales entre l’auteur et le traducteur. Thiong’o est nominé comme écrivain et traducteur de The Perfect Nine, un roman en vers décrit par le jury comme «un conte magique et poétique sur la place des femmes dans une société de dieux», et écrit en langue bantoue Gikuyu. Source:  theguardian 

Thiong’o a écrit des romans comme A Grain of Wheat et Petals of Blood en anglais jusqu’aux années 1970, quand il a décidé d’écrire dans sa langue maternelle. Son travail a été interdit par le gouvernement kényan et il a été détenu sans procès pendant un an dans une prison à sécurité maximale, où il a écrit le premier roman moderne de Gikuyu, Diable sur la croix, sur du papier hygiénique. En 2006, il a déclaré au Guardian : «En prison, j’ai commencé à penser de manière plus systématique au langage. Pourquoi n’ai-je pas été détenu avant, alors que j’écrivais en anglais? C’est là que j’ai pris ma décision. Je ne sais pas si j’aurais brisé le blocage psychologique si je n’avais pas été forcé par l’histoire. »

La longue liste internationale de Booker de cette année couvre 11 langues et 12 pays, et bon nombre de ses œuvres traversent également les genres. Il s’agit notamment de Quand nous cessons de comprendre le monde de Benjamín Labatut, un « roman non romanesque » qui met l’accent sur des moments de découverte scientifique et met en vedette Albert Einstein et Erwin Schrödinger. Un inventaire des pertes de l’auteure allemande Judith Schalansky est une histoire d’objets perdus. Et la Russe Maria Stepanova est nominée pour son histoire de sa famille, In Memory of Memory .

Acclamée en Russie, les mémoires de Stepanova sont ses débuts en anglais; De même, l’auteur français David Diop est nominé pour son premier album anglais At Night All Blood is Black, qui a été sélectionné pour 10 prix majeurs en France et a remporté le Prix Goncourt des Lycéens. Olga Ravn, l’une des romancières les plus célèbres du Danemark, est nominée pour The Employees , écrite comme une série de déclarations de témoins de travailleurs sur un vaisseau spatial.

L’auteur chinois Can Xue est le seul auteur à avoir été nominé auparavant; cette fois, elle est répertoriée pour sa collection d’histoires courtes I Live in the Slums. Et Megan McDowell est la seule traductrice nominée, choisie pour la quatrième fois avec sa traduction des nouvelles de l’auteure argentine Mariana Enríquez, The Dangers of Smoking in Bed.

L’écrivain français Éric Vuillard est nominé pour La guerre des pauvres, qui ne compte que 80 pages, tandis que l’auteur tchéco-polonais Andrzej Tichý est nominé pour Wretchedness, un court roman écrit en suédois sur huit paragraphes de phrases parallèles.

Plusieurs livres explorent le handicap: le roman en vers de Thiong’o voit neuf sœurs voyager pour trouver un remède magique pour leur plus jeune frère, qui ne peut pas marcher. Le premier film de la cinéaste géorgienne Nana Ekvtimishvili, The Pear Field, se déroule dans un orphelinat oublié pour enfants handicapés de la Géorgie post-soviétique. Et Summer Brother de l’écrivain néerlandais Jaap Robben suit un garçon de 13 ans qui doit s’occuper de son frère aîné handicapé physique et mental.

La présidente du jury, l’historienne Lucy Hughes-Hallett, a déclaré qu’un autre thème se dégageait des 125 livres soumis pour le prix cette année: «la migration, sa douleur, mais aussi l’interdépendance fructueuse du monde moderne».

«Tous les écrivains ne restent pas dans leur pays d’origine», a-t’elle souligné. «Beaucoup le font et écrivent de merveilleuses fictions sur leur ville natale. Mais notre longue liste comprend la vision d’un auteur tchèque / polonais d’un monde souterrain suédois alimenté par la drogue, un auteur hollandais du Chili écrivant en espagnol sur des scientifiques allemands et danois et un auteur sénégalais venant de France sur les Africains combattant dans une guerre européenne.

Les auteurs traversent les frontières, tout comme les livres, refusant de rester dans des catégories rigoureusement séparées. Nous avons lu des livres qui étaient comme des biographies, comme des mythes, comme des essais, comme des méditations, comme des œuvres d’histoire – chacun transformé en œuvre de fiction par l’énergie créatrice de l’imagination de l’auteur.

Comme les années précédentes, la longue liste est à nouveau dominée par les petites presses, avec Fitzcarraldo Editions, éditeur de l’ancien lauréat Olga Tokarczuk, nominé deux fois pour In Memory of Memory de Stepanova et Minor Detail de l’ auteure palestinienne Adania Shibli . Pushkin Press est également nominé deux fois, pour Diop et Labatut.

Hughes-Hallett est rejoint sur le jury par la journaliste du Guardian Aida Edemariam, la romancière Neel Mukherjee, l’historienne Olivette Otele et le poète George Szirtes. La liste restreinte de six livres sera annoncée le 22 avril et le gagnant le 2 juin.

La longue liste de 2021 International Booker

Je vis dans les bidonvilles de Can Xue , traduit du chinois par Karen Gernant et Chen Zeping (Yale University Press)

At Night All Blood is Black de David Diop , traduit du français par Anna Moschovakis (Pushkin Press)
The Pear Field de Nana Ekvtimishvili , traduit du géorgien par Elizabeth Heighway (Peirene Press)
Les dangers du tabagisme au lit de Mariana Enríquez, traduit de l’espagnol par Megan McDowell (Granta Books)
Quand nous cessons de comprendre le monde de Benjamín Labatut, traduit de l’espagnol par Adrian Nathan West (Pushkin Press)
The Perfect Nine: The Epic of Gikuyu and Mumbi by Ngũgĩ wa Thiong’o, traduit de Gikuyu par l’auteur (Harvill Secker)
Les employés d’Olga Ravn, traduit du danois par Martin Aitken (Lolli Editions)
Summer Brother de Jaap Robben , traduit du néerlandais par David Doherty (World Editions)
Un inventaire des pertes de Judith Schalansky , traduit de l’allemand par Jackie Smith (Quercus)
Détail mineur d’Adania Shibli , traduit de l’arabe par Elisabeth Jaquette (éditions Fitzcarraldo)
In Memory of Memory de Maria Stepanova, traduit du russe par Sasha Dugdale (Fitzcarraldo Editions)
Misère d’Andrzej Tichý , traduit du suédois par Nichola Smalley (And Other Stories)
La guerre des pauvres d’Éric Vuillard , traduit du français par Mark Polizzotti (Pan Macmillan)

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.