Covid-19: Cuba, l’île aux vaccins

Cuba est connu pour sa révolution, sa Salsa, ses plages et son mojito. L’île caribéenne a également, ce qui est moins connu, une réputation pour l’efficacité de son système de santé publique. Il a une expérience unique dans la gestion de multiples urgences sanitaires et une tradition de vaccin en tous genres. C’est pourquoi lorsque la Covid-19 est apparue, l’idée de voir comment le pays de Fidel Castro allait faire face à la pandémie nous a intéressés . Ce désir s’est accentué lorsque est venu le temps des vaccins. Dans les deux temps, Cuba reste un exemple à suivre. Au moment où on parle partout de solidarité mondiale pour éradiquer la Covid-19, il serait indiqué pour des pays pauvres comme le Sénégal de se tourner davantage vers Cuba. Comment l’île qui subit un blocus injuste des États-Unis depuis 60 ans arrive à maintenir un système de santé de haute qualité et ainsi répondre jusqu’ici avec brio à la pandémie? Son excellence Saylín Sánchez Portero ambassadrice de Cuba à Dakar a accordé un entretien à Kirinapost pour en parler.

Covid-19: Cuba, l’île aux vaccins, Information Afrique Kirinapost

 Dés les premiers mois de la pandémie les services de santé (photo) ont effectué 9 milions de visites à domicile selon le site Solidaire,org. Un porte à porte pour recueillir le maximun d’information © Radio Coco

 

Tout de suite après l’apparition du Coronavirus, Cuba a imposé le strict respect des protocoles sanitaires dans toutes les institutions. Au même moment, il a fait de la recherche active dans les communautés. La qualité de l’enquête épidémiologique et le renforcement du rôle qui correspond dans le contexte actuel au médecin de famille et à l’infirmière de quartier ont été determinants. Ces enquêtes ont permis l’isolement opportun des contacts et des suspects, l’attention aux groupes à risque. C’est ce que nous explique Saylín Sánchez Portero lorsqu’on lui demande dès l’entame de notre discussion comment son pays a réagi à l’apparition du virus.

« Cuba a une tradition de médecin de quartier et de famille. Nous nous sommes reposés sur cette organisation communautaire pour faire remonter toutes les informations et avoir ainsi une idée précise de l’évolution de la contamination. Ensuite avec ces informations, les services médicaux sont allés au contact des populations pour prendre en charge tôt les malades et agir vite sur les zones à risques. Dans le même temps, nous avons lancé un programme de test. Avec plus de 3 000 000 de tests PCR réalisés, plus de 90% des patients positifs rétablis, Cuba a connu 0,54% de mortalité, l’une des plus faibles d’Amérique et du monde » relate l’ambassadrice.

Voici quelques réalisations:

  • De nombreuses institutions hospitalières destinées au traitement des patients atteints de COVID-19 ·
  • Centres d’isolement pour la prise en charge des suspects et des contacts dans toutes les provinces du pays 23 laboratoires de biologie moléculaire pour le traitement des tests PCR, situés dans 12 provinces (Pinar del Río, Artemisa, La Havane, Mayabeque, Matanzas, Villa Clara, Cienfuegos, Ciego de Ávila, Camagüey, Holguín, Santiago de Cuba et Guantánamo) couvrant toutes les régions du pays, avec la capacité d’analyser environ 20000 échantillons par jour ·
  • Surveillance permanente de la maladie depuis les soins de santé primaires, grâce à la recherche active, à l’auto-examen et à la surveillance des infections respiratoires dans les services de santé et autres institutions.
  • 869 projets de recherche et d’innovation pour faire face à la pandémie, dont 189 nationaux (jusqu’en décembre 2020).
  • Mise en place d’un protocole de soins de convalescence, avec un ensemble d’investigations pour le suivi, la prévention et le traitement des séquelles, y compris celles liées aux lésions rénales, neurologiques et pulmonaires causées par le COVID-19.
  • Plus de 30 produits de l’industrie cubaine de la biotechnologie pour le traitement du COVID-19, qui comprennent des antiviraux, des renforçateurs du système immunitaire, des anti-inflammatoires, des vaccins préventifs, des diagnostics et du matériel médical.
  • Les produits biotechnologiques cubains ayant le plus d’impact dans la lutte contre le COVID-19 sont le Nasalferon, la Biomoduline T, les Interférons, ainsi que les médicaments innovants Jusvinza et Itolizumab.

Résultat, l’île a réussi plus qu’ailleurs à contenir le virus. C’est dans cette dynamique que les autorités cubaines ont lancé leur programme de recherche pour trouver un vaccin efficace.

Le Temps des vaccins

Lorsqu’est venu le temps des vaccins, Cuba au potentiel scientifique et biotechnologique reconnu, ne s’est pas précipité et s’est mis à travailler de façon minutieuse. Alors que les puissances industrielles annoncent leur vaccin, Cuba lui préfère dire ne pas être encore prêt. Au final, cinq vaccins candidats 100% cubains seront annoncés.

Covid-19: Cuba, l’île aux vaccins, Information Afrique Kirinapost

Agents de santé dans une polyclinique où se déroule la phase II b de l’essai clinique du candidat vaccin Soberana 02 contre Covid-19, à La Havane, le 19 janvier 2021. © AMIL LAGE / AFP

Les vaccins cubains sont soutenus par des décennies d’études médicales et de travaux sur les maladies infectieuses : « le taux de mortalité à Cuba par maladies infectieuses, même en période de Covid, est inférieur à 1%. Cuba vaccine aujourd’hui contre 13 maladies avec 11 vaccins, dont huit sont produits dans le pays.

Cinq vaccins qui ont pour noms: Soberana 01, Soberana 02, Soberana Plus (conçus pour être appliqués aux convalescents de covid-19, actuellement en phase 2 des essais cliniques), créé par l’Institut des vaccins Finlay, et Abdala et Mambisa (qui a la particularité d’être administré par spray nasal), du Centre de Ingénierie  Génétique et de Biotechnologie (CIGB).

« À ce jour, les résultats sont positifs, notamment dans les cas de Soberana 02 (en phase III d’essai clinique) et d’Abdala, qui vient de passer aussi à la phase finale d’évaluation. Les deux candidats vaccins sont très sûrs et seuls des effets indésirables légers ont été signalés, tout en induisant une réponse immunitaire élevée, générant des anticorps qui neutralisent l’entrée du virus dans les cellules » renseigne la diplomate.

Soberana 02 est un produit innovant mis au point à l’Institut Finlay des vaccins, dont la nouveauté réside dans le fait qu’il s’agit d’un vaccin conjugué, dans lequel l’antigène du virus, le domaine de liaison au récepteur (rbd), est chimiquement lié à l’anatoxine tétanique. Le premier lot de 150 000 doses de Soberana 02 (sur les 100 millions prévus) est déjà disponible et la production du deuxième a commencé, de même que celle du candidat vaccin Abdala.

Résultats encourageants des essais cliniques

Cuba montre aussi des résultats encourageants dans l’essai clinique avec le candidat vaccinal Soberana 01B, proposé pour immuniser les convalescents de Covid-19, et qui, de par son efficacité, pourrait commencer la phase II dans un avenir immédiat. Bien que les regards soient tournés vers les candidats vaccinaux cubains 02 et Abdala, qui ont commencé la troisième phase des essais cliniques ce mois-ci, les résultats favorables des essais avec Soberana 01B permettront d’étendre cette méthode dans une deuxième étape à un plus grand nombre de personnes concernées, en respectant les exigences réglementaires pour ce type d’étude.

L’immunogénicité attendue a été démontrée, car le nombre d’anticorps anti-SARS-CoV-2 et le pourcentage d’inhibition de la liaison du virus à la cellule ont atteint les valeurs attendues, démontrant la sécurité sans preuve d’événements indésirables graves. La nouveauté est que, depuis sa conception, l’objectif était de protéger les personnes de l’infection par la vaccination. Par conséquent, pour obtenir un meilleur niveau d’immunité, ils ont reçu une dose unique de rappel.

MAMBISA, c’est la seule de cette relation basée sur la plate-forme technologique des antigènes produits de manière recombinante, qui présente, comme principaux avantages, la sécurité (les effets indésirables enregistrés sont faibles) et la possibilité d’administrer des doses multiples afin de renforcer la réponse immunitaire dans le temps.

Un autre avantage réside dans son potentiel à induire ce type d’action dans la muqueuse nasopharyngée, ce qui est particulièrement pratique, puisqu’il s’agit d’un candidat vaccin contre une maladie dont le point d’entrée se fait par les voies respiratoires. Compte tenu de sa simplicité d’utilisation et de sa haute sécurité, Mambisa pourrait servir de dose de rappel pour les calendriers de vaccination avec d’autres vaccins qui, en raison de leur nature ou des effets indésirables qu’ils provoquent, ne peuvent pas être utilisés dans de multiples applications.

Les deux formulations (Soberana 02 et Abdala), font partie d’une liste de 24 vaccins sous-unitaires qui sont en cours de développement dans le monde, également inclus dans le groupe de 16 qui avancent actuellement dans la troisième étape de leurs essais et deviendront les premiers vaccins anticovides conçus et produits en Amérique latine dans les mois à venir. Cuba entend vacciner rapidement toute la population de l’île. On s’attend à ce que 1 million 700 mille personnes reçoivent l’antidote dans la capitale cubaine dès le début de la vaccination de masse.

Covid-19: Cuba, l’île aux vaccins, Information Afrique Kirinapost

Un homme à velo dans les rues de la Havane. Masque bien porté. © Ernesto Mastrascusa/EFE/SIPA/2005201757

Et Pan-Corona le vaccin Sino-cubain…

Soulignons aussi que le CIGB de Cuba s’est associé à des collègues chinois pour travailler sur un autre nouveau vaccin appelé Pan-Corona, conçu pour être efficace dans différentes souches du coronavirus. Ce vaccin utilisera selon les scientifiques cubains, des parties du virus qui sont préservées, non exposées à des variations, pour générer des anticorps, combinées avec des parties qui ciblent les réponses cellulaires.

Pour ce projet informe madame l’ambassadrice, les Cubains fournissent l’expertise et le personnel, tandis que les Chinois fournissent l’équipement et les ressources.

« La recherche sera menée au fameux Centre commun de Yongzhou pour l’innovation en biotechnologie, dans la province chinoise du Hunan, qui a été créé l’année dernière avec des équipements et des laboratoires conçus par des spécialistes cubains » souligne-t-elle.

Par ailleurs, ce qui concerne les différences entre les vaccins candidats cubains et ceux développés dans d’autres pays, les Cubains sont basés sur des plates-formes connues et, par conséquent, il existe une expérience et des résultats à cet égard. Cuba a opté pour des technologies plus conventionnelles avec des tests plus poussés, où les risques sont moindres.

Souverain 02 se distingue du reste des candidats du monde en tant que seul « vaccin conjugué ». Il est actuellement en phase III d’essais cliniques, il associe la RBD à l’anatoxine tétanique, ce qui renforce la réponse immunitaire… Cuba avait déjà développé un autre vaccin avec ce principe. Il s’agit de Quimi-Hib, « le premier du genre à être approuvé en Amérique latine et le deuxième au monde », contre Haemophilus influenzae de type b, le coccobacille responsable de maladies telles que la méningite, la pneumonie et l’épiglottite « .

Covid-19: Cuba, l’île aux vaccins, Information Afrique Kirinapost

Brigade médicale cubaine. Une ONG au service du monde ©:capx

Solidarité internationale

Dans cet élan, les autorités cubaines, toujours fidèles aux idéaux de la révolution, insistent sur le fait que leur système médical et donc les vaccins étaient plus que jamais au service de la solidarité internationale.

« Le prestige des médecins cubains au niveau international est visible par leur présence dans des pays de tous les continents. Entre mars 2020 et avril 2021, Cuba a envoyé 57 brigades et environ 5000 professionnels membres du contingent Henry Reeve dans 40 pays à travers le monde. Cela ne changera pas et les vaccins cubains seront au service des pays du monde et des pays pauvres particulièrement qui souhaiteraient les acquérir » informe l’ambassadrice.

Aujourd’hui, les Nations-Unies ont appelé avec le COVAX, à un mécanisme de solidarité internationale pour assurer une distribution rapide, équitable des sérums à travers le monde. Joe Biden le président américain a déclaré, mercredi 5 mai, son intention de soutenir une demande formulée en octobre par l’Inde et l’Afrique du Sud auprès de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) visant à lever temporairement les brevets sur les vaccins anti-Covid. Ces discours en faveur de la solidarité internationale, Cuba l’applique depuis plus de 40 ans. La célèbre île dont les médecins ont aidé en Guinée, au Congo pour la lutte contre Ebola et plus récemment en Italie et en Afrique du Sud dans le cadre de la lutte contre la Covid-19, propose ses vaccins au monde afin que la pandémie soit rapidement vaincue.

À propos de l’Afrique du Sud d’ailleurs, la présence du personnel médical cubain dans une nation arc-en-ciel si durement confrontée à la pandémie a été d’un grand apport. C’est ce qui a fait dire au président Cyril Ramaphosa qu’il entendait proposer les médecins cubains comme candidats au Prix Nobel de la Paix 2021. En 2020, plusieurs personnalités et organisations avaient déjà recommandé les personnels médicaux cubains du Contingente Internacional Henry Reeve pour le Nobel.

En attendant, et pour revenir au vaccin, le continent africain ne représente plus que 1 % des doses administrées dans le monde, contre 2 %  il y a quelques semaines. C’est une course contre la montre et contre le virus. Compte tenu de l’offre limitée de vaccins.

C’est dans ce contexte que l’OMS tente de tirer la sonnette d’alarme. Sa Directrice Régionale pour l’Afrique a attiré recemment l’attention sur la faible couverture vaccinale sur le continent, indiquant qu’elle l’expose à un risque accru de recrudescence massive des cas. Il serait avisé dés lors de se tourner vers les pays qui proposent des solutions et sortir un peu de l’idéologisme.

Selon Saylín Sánchez Portero, de bons contacts ont lieu entre son pays et le gouvernement du Sénégal. Des échanges « intéressants » et « prometteurs » pour une meilleure coopération dans le domaine de la santé mais également au niveau culturel indique-t-elle.

En effet, l’opportunité est à saisir. Cuba est dans les meilleures dispositions pour aider l’Afrique à améliorer son système de santé. Par exemple, les fameuses unités médicales de l’ile, les laboratoires et centres de recherche, véritables «armée de blouses blanches» de Cuba sont à notre écoute.

Covid-19: Cuba, l’île aux vaccins, Information Afrique Kirinapost

Soberna un des 5 Vaccins cubains ©cubasi.cu

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.