Ode au Migrant de Mellila

Mourir baptisé par autrui d’illégal

Parfaite non-reconnaissance d’une existence

Qui a les mêmes droits que vous à la naissance

Mort ou vif, ici ou là-bas, c’est bien égal

C’est ça la vie de migrant, amère

Hors de la forteresse tellement fière

Nous sommes presque tous des grands migrants

Par nos anciens, par nos grands-parents.

C’est grâce aux dénominateurs frelatés

Et la brutalité d’une misère fabriquée

Que la supériorité opportuniste, légale

Reste au fond un statut très sale 

Des migrants meurent à Melilla discordiale

Sous les coups d’une violence pitoyable

Qui sert la béate exclusion d’une identité

Jouissant avant tout de droits inventés.

Légal illégal, c’est les uns qui décident

Mais les autres sont forts sans même le savoir

Toutes et tous ont droit à une belle mangeoire

Pas les macoutes d’une Mellila migranticide

Que vive toujours l’éternel grand migrant

Sans lui le monde serait plus que morbide

Il arrose la terre en dépit des mécréants

D’une humanité précieuse, astéroïde

Une vie qui finit à Mellila face au légal

C’est ça en vérité qui fait le vrai crime

Que trépasse d’abord le fortin léthal

Qui ne se nourrit que de faux hymnes

Au non-reconnaissants, la vie dure

Un jour un jour les derniers en premier

Le ciel finit toujours par s’ouvrir ça c’est sûr

Y a pas un monopole de l’horizon bouché

Aucun régime n’est pour toujours éternel

Même l’empire romain s’est un jour écroulé

L’Histoire tourne avec force, c’est naturel

Le migrant martyr de Mellila ne sera jamais oublié.

———-

Texte inspiré par les barrières de Mellila, les – nouveaux – massacres racistes et les charniers aux frontières maroco-espagnoles.

Voir Loopsider, 28 juin 2022.

Événements tragiques de Mellila au 24.06.2022.

Share

D’origine britannique, Rebecca Tickle est d’abord une passionnée d’Afrique. Elle « pratique » le continent dès sa petite enfance à travers son père journaliste, qui sillonne l’Afrique durant les années de la Guerre froide. Après une carrière d'infirmière diplômée bien remplie et une licence en sciences sociale et politiques dans la poche, Rebecca Tickle qui vit en Suisse, a travaillé dans le milieu de la médiation internationale, de la gestion de projet de médiation humanitaire et de la communication. Secrétaire générale dès 2009 à la Fondation Moumié, qui lutte contre le déni de la mémoire des héros nationaux au Cameroun, elle s'intéresse aussi de près à la République Centrafricaine surtout aux violations des droits humains et l'impunité omniprésente dans le pays, ainsi qu'en Afrique centrale. Elle est d'ailleurs accessoirement de nationalité centrafricaine. Rebecca Tickle s'insurge contre la langue de bois, le silence des médias occidentaux et l'escamotage systématique des droits des citoyens africains "d'en-bas". Sa veille attentive des actualités africaines l'amène à des analyses fortes, dans le domaine de la gouvernance, de l'impunité et du développement des capacités de la société civile africaine. Rebecca Tickle est sur Kirinapost.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.