La mort atroce de Astou Sokhna vient nous rappeler que nous marchons sur la tête

Papa Alioune Dieng . Ce stade: son nom, son inauguration, son utilisation future, le trophée de la CAN, ces légendes du foot africain, ces chefs d’État, ces chanteurs etc…, tout cela s’estompera après le match des Lions en Mars à Diamniadio et la dure réalité des conditions de vie de la majorité des sénégalais resurgira. La mort atroce de Astou Sokhna vient nous le rappeler. C’était prévu et écrit. « Linu dal waru noo waar ndax ku añee reer bi, bu xale yiy jooy nga wara sëgg ! » (ElHadji Ndiaye,Joola)

Quand dans un pays, où quasiment tout est priorité, on ne commence pas par construire un stade et un TER. Quand 1 million d’enfants, en âge d’aller à l’école, sont dans les rues quotidiennement, et beaucoup de ceux qui ont la petite chance d’y aller, se retrouvent dans des huttes préhistoriques, qui leur servent de classes, juste à quelques km de ce fameux stade de 150 milliards, on devrait faire profil bas. Quand nos hôpitaux sont de véritables mouroirs, et que nos jeunes périssent toujours en mer pour fuir une misère galopante, ceux qui nous servent de dirigeants veulent éternellement nous divertir.

Je suis pour les infrastructures, j’adore le foot ,mais je dis revoyons plus sérieusement les priorités dans ce pays. Il est vrai que le Sénégal a failli jouer son match de qualification à la coupe du monde à Casablanca au Maroc, faute de stade et peut-être rater le mondial qatari si on pense à l’apport décisif du 12eme gaïndé face à l’Egypte. Il est vrai que la mobilité urbaine est un gros handicap pour le développement du pays, mais il est tout aussi vrai que la base de tout progrès humain réside dans le fait de manger à sa faim, de se soigner et d’être éduqué. Certaine infrastructures sont des conséquences du développement pas leurs causes.

Diamniadio City est une anomalie, quand dans certains départements le personnel de santé est en nombre insuffisant pour ne pas dire qu’il est inexistant. Ces structures sanitaires sont de véritables mouroir: il n’ y a ni des bouteilles à oxygène ni appareils de dialyse, les soins primaires encore moins.

Je suis pour les infrastructures sportives, j’adore le foot c’est une de mes passions avec la musique mais je dis revoyons plus sérieusement les priorités. Même planter des arbres nous ne savons pas faire. Le tout béton nous envahit et étouffe notre pays.

PS: plantez des arbres au moins !

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.