ENTRE « ANTICIPATION ET SOUVENIR »… LIRE SON TÉ SANS RATURES…

À L’espace de la « secondarité »… anticipations/souvenir dans un univers à quatre dimensions? Dans ses  « Carnets du grand chemin », Julien Gracq explicite en les résumant les « références » de ses  « notes »

Celles qui traversent et relient les « paysages de la terre »… « le rêve » et « SOUVENT la mémoire » : sa mémoire individuelle à l’intérieur de la collective.

Il s’agit donc : d’histoire, de lecture et d’art.. c’est-à-dire de la littérature… comme un trépied sur lequel est posé une écuelle !

Restons avec Julien Gracq (il est à lire… enfin c’est un avis…) et subtilisons-lui cette « secondarité » qui « est dans (son) CARACTERE ».

Il la définit comme suit : être « PARTAGÉ entre l’ANTICIPATION et le SOUVENIR… ».

Cette posture ne signifie point un dédoublement de l’être Gracq, ou un dilemme qui clive Julien… mais celle du « témoin » de son temps… qui se soucie de l’avenir. Souci non pas d’équilibre…mais afin d’éviter les erreurs de perception.

Et, pour prétendre percevoir il faut bien se situer… lui, semble ne s’être « pratiquement jamais absenté d’un UNIVERS À QUATRE DIMENSIONS. » (p. 7).

Le point d’observation qui ne semble exister… que pour celui qui s’applique à la « secondarité » ?

WORK/WALK in progress…

NB : Carnets du grand chemin, Paris, José Corti, 1992, 308 p

©Abdarahmane Ngaïdé – Grattage par Ngaïdé

Share

Il écrit et ne s'arrete jamais d'écrire. Il est l'auteur d'une vingtaine d'ouvrages (essais & romans). Avec humour, philosophie, il raconte les lieux comme personne. Enseignant-Chercheur à UCAD, Abdarrahmane Ngaidé est un historien de formation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.