[AU CŒUR DE LA MUSIQUE] – Phil Collins & Youssou N’Dour

Le saviez-vous ? Le légendaire chanteur/drummer britannique est un grand fan de la légende vivante de la musique sénégalaise, Youssou N’Dour. D’ailleurs, il a fortement été influencé, dans la réalisation de son 6e album, « Dance into the Light », par l’enfant de la Médina qu’il a beaucoup écouté lors de la tournée « Both Sides of the World » (1994 – 1995), pour la promotion de son album de 1993, Both Sides.

Ainsi Phil Collins, pour la réalisation de « Dance into the Light », a particulièrement puisé dans la musique de Youssou N’Dour et de Bob Dylan.

Pour la conception de son 6e album, Dance into the Light, contrairement à ses albums précédents, Collins s’est retrouvé à écrire plus de rythmes et des chansons axées sur la musique africaine et plus particulièrement sur celle de Youssou N’Dour. Qui avait dit que le mbalax n’était pas exportable ?

À mon humble avis, je pense que toutes les musiques sont exportables. En plus, le Sénégal a la chance de jouir d’une culture musicale plurielle, diverse et très riche. Il n’y a pas de langage plus universel que la musique ! Et ce, Ismaël Lô l’avait très bien compris quand il disait dans une de ses chansons: « suñu mbalax mi buñ ko puus’e mu dem ».

Quoi qu’il en soit, en ce qui concerne You – comme je le dis toujours – la postérité n’aura rien à lui reprocher sur le plan musical. Il a joué un rôle majeur pour le rayonnement de la musique africaine et le respect des artistes du tiers-monde. Il a eu le flair et la capacité d’orienter sa musique – bien sûr avec l’aide de son acolyte Habib Faye – vers un feeling universel. Il y a peu d’artistes sénégalais qui ont cette qualité. Des chanteurs stars, et pas des moindres, sont tombés sous le charme de sa voix et de sa musique: entre autres, Peter Gabriel, Stng, Christophe Maé, Angélique Kidjo, Jacques Higelin, Phil Collins, Bruce Cockburn, Bruce Springsteen, Pascal Obispo.

Vidéo: Comme on le dit en wolof, « nettali ci gemmiñ’u boroom la dàq’e », nous avons ici une interview de Phil Collins qui parle de l’influence de Youssou N’Dour sur son album Dance Into The Light. Phil se prête au jeu d’une interview basée sur les lettres de l’alphabet (de A à Z) pour parler, par ordre alphabétique, de ses aspirations, ses inspirations , ses rencontres, ses chansons et ses succès…Ainsi, interrogé par le journaliste qui lui demande, « qu’est-ce que la lettre Y signifie pour lui ? », Phil Collins répond: « Y, c’est Youssou N’Dour ».

Par ailleurs, le premier morceau sur la vidéo « Wear My Hat » ressemble énormément à une chanson de Youssou. À vos écouteurs ! Je vous laisse deviner le titre ?

Phil est grand mais notre You n’est pas petit !

Share

Mamadou Sekk est un passionné de culture et de musique africaine. Il est l'initiateur du Berger Des Arts (Gaynaako Ñeeñal) The Shepherd Of Arts et Festival Blues D'Afrique / Assoc. Le Berger Des Arts est dédié à la collecte, la conservation, la mise en valeur et l'interprétation des musiques du monde, sous-estimées ou en péril, qui ont contribué à la naissance du Blues afin d'éviter leur disparition.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.