Zemmour, la surprenante Aménité…

Alors que les rumeurs de candidature à l’élection présidentielle de 2022 se font de plus en plus entendre, le polémiste Éric Zemmour vient de publier un livre intitulé « La France n’a pas dit son dernier mot. » Un livre dans lequel le célèbre éditorialiste évoque l’innocence de Tariq Ramadan, un co-débatteur qui l’a d’ailleurs souvent malmené lors de leurs rencontres médiatiques.

 

Le livre de Zemmour commence par une faute d’orthographe dès les premières lignes renseigne l’émission télé le quotidien, en écrivant « j’ai pêché, pêché d’orgueil, pêché d’arrogance », là où il devrait plutôt écrire « péché. »

Son grand livre sur la France commence donc par une faute de français, lui qui se dit plus français que les autres et qui parle à tout bout de champ de grand remplacement. Allant même jusqu’a demandé l’interdiction des prénoms d’origine maghrébine aux candidats à la nationalité française.

Bienveillance en vers Ramadan

Toutefois, il fait preuve de bienveillance à l’égard du théologien Tariq Ramadan qui fait face à des accusations de viol. Zemmour reconnait l’innocence de Ramadan et distingue bien l’opposition idéologique qu’il a avec l’intellectuel suisse et la nécessité de ne regarder que les faits qui lui sont rapprochés.

« Je demeure convaincu qu’il est tombé dans un piège. » écrit celui dont on dit qu’il sera candidat. Il en profite pour moquer les plaignantes tant le dossier est vide. Ce visage avenant de Zemmour n’est-il pas une stratégie politique afin d’avoir plus de visibilité ? Ou est-ce vraiment le début d’une aménité envers le philosophe réformiste ?

Pour mieux comprendre  la position d’Eric Zemmour il faut remonter au début de l’arrestation de Tariq Ramadan. Lorsque les enquêteurs mettent la main sur les affaires du penseur musulman notamment ses téléphones, ils y exhument selon le JDD, plusieurs échanges amicaux entre lui et l’essayiste Eric Zemmour.

« J’aime nos débats francs et virils comme des matchs de foot. Amitiés. Embrassade. » Au hasard des échanges retrouvés sur les téléphones de Tariq Ramadan apparaît le nom d’Éric Zemmour. Nous sommes fin 2014, début 2015. Il est notamment question d’un débat sur le plateau de Frédéric Taddeï entre le prédicateur, porte-voix d’un islam politique, et l’essayiste aux propos islamophobes assumés. On pensait les deux hommes à couteaux tirés. Le ton est partout chaleureux : « Félicitations pour votre dernier livre même si j’ai beaucoup à dire 🙂 » Mes amitiés. Je vous embrasse » dit Zemmour ; « OK, belle soirée. Je vous embrasse », écrit Tariq Ramadan.

Bromance

Interrogé sur ces textos et sur ce que certains qualifient d’une sorte de bromance, l’auteur français aux propos anti-islam a répondu que « l’affrontement implacable sur le terrain des idées n’empêchait pas une cordialité orientale ».

Tariq Ramadan a également évoqué le débat d’idée en réagissant à ce que d’aucuns présentent comme un soutien de Zemmour à son endroit.

« Les idées de Zemmour sont dangereuses. Je les combats. Je dois cependant dire que lui et Alain Finkielkraut sont les deux seuls intellectuels avec qui j’ai débattu sans entrer dans des invectives ou des attaques toucha la vie privée » a soutenu le professeur d’Oxford au cours d’une émission.

 

 

Aslam ibn Abass, de son vrai nom Kamagaté Abass est de nationalité ivoirienne. Géographe de formation, il se présente comme un critique et un analyste. C'est fort de cela qu'il s'intéresse à l'histoire, aux relations internationales et à la géopolitique, puisque la géographie est ce qui définit selon lui l'histoire et la politique des régions du monde. Ainsi pour lui c'est la formation de l'espace qui nous permet de comprendre le monde. Aslam ibn Abass étudie également la théologie, où il se pose comme un disciple de la pensée réformiste du professeur Tariq Ramadan. Il est l'un des administrateurs des pages dédiées à la cause de ce dernier. Passionné de savoir, Aslam ibn Abass s'intéresse à tous les domaines du savoir notamment la philosophie, la poésie la science... et bien d'autres. Il a accepté de partager ses analyses sur kirinapost.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *