Cheikh Mouhidine Samba Diallo l’érudit de Sagne Bambara est parti

Le guide religieux Cheikh Mouhidine Samba Diallo décédé mardi dernier est une grosse perte pour le Sénégal.
El hadji Samba Diallo était un érudit et un homme de science de dimension exceptionnelle. Avec sa disparition, le Sénégal perd un des ses plus valeureux fils.
Homme de science, Cheikh Mouhidine Samba Diallo était un brillant conférencier, ouvert sur le monde. Il a parcouru prés de 35 pays, approché les savoirs plus profonds et s’est intéressé à tous les courants de pensées. Cheikh Mouhidine Samba Diallo était un musulman fidèle aux recommandations du prophète de l’Islam. Sa dernière sortie sur le Covid-19 et la place qu’occupent les virus dans notre univers est illustrative de son érudition.
Travailleur infatigable, il était un homme d’action. À son actif, un hôpital moderne sur fonds propres à Sagne Bambara dans la commune de Sibassor, située à 11 kilomètres de Kaolack. Cheikh Mouhidine Samba Diallo était un homme de Dieu. Il a refusé sa vie durant toute collusion avec les hommes politiques et gouvernements successifs. Pour lui tout rapprochement avec les politiques est une porte ouverte vers la corruption. Seule l’éducation religieuse l’intéressait. C’est pour cela, il a travaillé toute sa vie pour gagner son autonomie.
Cheikh Mouhidine Samba Diallo, d’une humilité extreme, respectait toutes les familles religieuses du Sénégal.Il se plaisait très souvent à citer les grandes figures islamiques du pays lors de ses conférences et demandait toujours à son auditoire de valoriser les grandes figures du pays.
Homme de paix, Cheikh Mouhidine invitait constamment ses citoyens au travail et à la culture de la paix. La paix était toujours présent dans ses propos comme étant la base de toute action du croyant. Au cours de ses conférences, il insistait aussi sur la nécessité pour le musulman de se doter de connaissances profondes afin de pouvoir faire face aux dérives de la mondialisation. Ses recherches et ses enseignements doivent être poursuivis et transmis aux générations futures.
Les salles de conférences et les universités notamment Cheikh Anta Diop pleurent aujourd’hui l’homme de sciences à l’aise autant en astronomie, qu’en physique et mathématiques. Le Coran pleure un de ses lecteurs les plus assidus et les orphelins pleurent leur bienfaiteur. Dans la nuit de mardi à mercredi, vers 1h du matin,
El hadji Samba Diallo a rejoint son créateur. Il avait 63 ans…comme un certain Mohamed ibn Abdallah (Paix à Salut sur Lui). Que le prophète l’accueille et que la terre de Sagne Bambara lui soit légère.
Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *