À QUEL MOMENT DU TEMPS HISTORIQUE ?

Abdou Bâ • 

L’image du boxeur sur la boite d’allumette est révélatrice de notre état d’esprit ; • Travailler sans cesse et sans bruit à l’image des fourmis autour de fromager témoin afin que l’héritage de ces valeureux aînés ne prenne aucune ride entre nos mains. Oui, car le laboratoire Agit Art est unique dans son genre, ici en Afrique mais aussi partout ailleurs dans le monde pour son originalité et sa pérennité.

Né bien après la première crise de mai 1968 moment très important dans notre trajectoire en tant que nation sous le régime du président poète, il aura au moins réussi à vaincre son époque. Certain comme ISSA SAMB JOE OUAKAM situe sa naissance en 1974 sous l’impulsion d’un collectif d’intellectuels rescapés de Mai 1968 qui tenait à poursuivre la lutte pour la libération mentale des africains et plus particulièrement le « socialisme »du régime UPS/PS.

Même s’il est vrai de dire qu’AGIT ART a souvent fait appel à l’art dont principalement le théâtre libre pour donner nos positions, il aura aussi suscité une dynamique collective chez les jeunes des quartiers à l’origine de mouvements comme le SET SETAL (être propre et rendre propre) à un moment où le développement des villes posait et posent encore de sérieux problèmes environnementaux.

AGIT ART est un lieu où on vient semer et non un champ de mil pour régaler la gourmandise insatiable de certains. Dans ses ateliers de conservation de la graine qui ne sont pas des greniers à mil, étaient formatés des projets et des idées qui serviraient le VIVANT, car à quoi peut servir l’art s’il ne peut aider l’autre à vivre ?

L’art étant un formidable vecteur pouvant catalyser et impulser des idées nouvelles dynamiques et inscrites dans un objectif utile à toute la communauté, si bien qu’il fut à l’avant-garde de cette lutte : des peintres, des musiciens et des écrivains. Comment faire pour rester un laboratoire dans la configuration décrite plus haut et pouvoir mettre ses idées utiles à la disposition de la collectivité ?

La solution trouvée à l’occasion d’ateliers houleux sous l’ombre des fromagers au 17 Rue Jules Ferry était de retenir le concept de : LE DEMEMBREMENT. Un démembrement devient nécessaire dès l’instant qu’une solution à un problème particulier est trouvée par un chef d’atelier à qui revenait la charge de sa mise en œuvre dans le cadre d’un projet, restant entendu que tous les laborantins qui le peuvent, viennent y apporter un appui.

C’est ainsi que DJIBRIL DIOP MAMBETTI avait en charge l’atelier cinéma, YOUSSOUPHA JACK JONE celui théâtre, EL HADJ SY celui de l’art plastique, MAME LESS DIA celui de la presse et après la perte de YOUSSOUPHA, MAKENA DIOP acteur, reprit l’atelier théâtre, non sans oublier la polyvalence de MAGAYE NIANG musicien acteur et photographe, DJIB DIEDIOU le journaliste, le professeur MASSAMBA LAM assistant de Feu le professeur CHEIKH ANTA DIOP, tous mis à contribution à des moments précis de l’évolution du laboratoire. Car AGIT ART a aussi cela de particulier, nul n’en connait la totalité des membres et dès lors qu’on y est on y reste jusqu’au moment où on franchit la porte vers la vie éternelle.

Ce n’est qu’après 2000 que le lieu mythique du 17 rue Jules ferry fut ouvert au public par les cadets pour des visites et des manifestations. Nous pouvons retenir certaines dates références dans la trajectoire de plusieurs décennies sans revenir sur les détails contextuels à savoir : 1. Sa naissance après la révolution de MAI 1968 qui marque une première rupture dans la gouvernance post colonialisme après le coup d’état de 1963 et l’emprisonnement de MAMADOU DIA et ses compagnons. 2. 1995, où le projet AFRICA 95 à LONDRES ouvrit à Agit Art un chemin vers l’Angleterre. Un projet qui regroupait plusieurs pays d’Afrique et d’ailleurs. 3. 1999, à ANVERS en Belgique à l’occasion de l’anniversaire de ANTOINE VAN DICK (1627-1628) un peintre anversois.

Ce projet qui s’était tenu au musée de la photographie de la même ville interrogeait des artistes, les scientifiques et la philosophes du monde entier pendant six mois sur leur projection sur l’an 2000 et ses angoisses de l’époque. AGIT ART mit cette occasion à profit pour poser un plaidoyer sur le laboratoire Carbone 14 du professeur CHEIKH ANTA DIOP laissé à l’abandon depuis son décès.

A travers un manifeste titré MÉMOIRE FRACTUREE et une pièce de théâtre à destination du monde entier, AGIT ART réussissait ainsi, dans un compagnonnage entre ART et Science, à trouver une solution de restauration de cet outil fondamental dans la recherche en Afrique. 4. 2012, à SAN SEBASTIAN au pays BASQUE Espagnol en plein dans des revendications identitaires, le CUMBRE (sommet) et la participation de AGIT ART favorisa une rencontre entre des acteurs BASQUES qui jamais au paravent n’avaient accepté de s’assoir sur une même table. Il s’en suivi un appel retentissant pour la création d’un passeport artistique devant faciliter le voyage des hommes d’art partout dans le monde à l’image

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *