Mélenchon au second tour ? Une idée qui met mal à l’aise la droite… et la gauche

Jean-Luc Mélenchon n’a jamais été aussi haut dans les sondages. De quoi autoriser certains à y croire. Mais un duel Macron-Mélenchon ne fait pas rêver tout le monde, même à gauche. Source: Loïc Le Clerc pour Regards.fr

Pour la première fois dans cette campagne, Jean-Luc Mélenchon passe la barre des 13% dans un sondage Elabe autre que ceux du contesté Cluster 17. Voilà le candidat de La France insoumise juste derrière Marine Le Pen (15%). Emmanuel Macron, lui, culmine à 33,5%. Le genre d’information qui suffit largement pour que, à gauche, certains mettent le champagne au frais.

Autant dire que la perspective de se voir « voler » son second tour par Jean-Luc Mélenchon ne plaît pas du tout à Marine Le Pen, elle qui attend de pied ferme son match-retour. Invitée de France 2 ce mercredi matin, la candidate du RN déplore la candidature d’Éric Zemmour tout comme le soutien de Marion Maréchal – qui « affaiblissent le camp national » – et appelle les Français « à se reporter sur ma candidature et ne pas attendre le second tour parce que je voudrais pas que les Français se retrouvent avec une mauvaise surprise : que le camp national puisse ne pas être présent au second tour. »

Un duel Macron-Mélenchon, Marine Le Pen y pense…

Plusieurs personnalités s’étaient déjà prêtées au jeu du « Tu votes pour qui en cas d’un second tour Mélenchon-Le Pen ? » Ainsi, les macronistes Christophe Castaner, Stanislas Guerini ou Marlène Schiappa ont tous assuré qu’ils choisiraient « sans scrupules » le candidat de la gauche de gauche pour faire barrage à l’extrême droite. Histoire de ne pas insulter l’avenir et de préparer le vote en faveur de Macron des électeurs de Mélenchon au cas où il ne serait pas qualifié… Pour voir fleurir les ambiguïtés et les lâchetés, il faut regarder plus du côté des Raphaël Enthoven et autre Brice Couturier, pour lesquels, dans ce cas de figure, le front républicain, c’est voter Le Pen ou fuir le pays. Dire que ces deux-là se pensent « francs tireurs » comme les résistants en 40 !

Cette gauche qui préfère la défaite pour tous

Avec six candidats sur la ligne de départ, la gauche est bien fragmentée. Chaque chapelle aura son champion. Dans cette situation, l’argument de l’insoumis, c’est qu’il n’y aura que deux options : « Je demande aux gens qui tendent les relations à gauche de réfléchir. Face à Emmanuel Macron au second tour, c’est moi ou l’extrême droite. ». Car personne ne semble en mesure de disputer à Jean-Luc Mélenchon la place de « meilleur de la gauche » – une médaille en chocolat, ça reste une médaille.

Ainsi, lorsqu’on interroge les uns et les autres sur l’hypothèse d’un second tour en présence du député LFI, ça grince. La Suite ICI: regards.fr/actu/article/melenchon-au-second-tour-une-idee

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.