LIONS: TOUJOURS PAS SÉDUISANTS MAIS UNE EFFICACITÉ REDOUTABLE

(Sindo) À la veille d’une deuxième finale consécutive de CAN pour cette équipe du Sénégal il m’a plu de me pencher sur les statistiques et métriques en place pour quantifier les performances et l’impact de chaque joueur par rapport aux séquences de jeu et leur importance analytique dans les faits déterminants. Et là, la vérité des chiffres montre que les choix d’Aliou Cissé sont également basés sur des indices qui reflètent la performances de ses joueurs en phase offensive comme défensive par rapport á l’intensité ou le schéma imposé par l’adversaire.

En statistique individuel d’abords, en temps de jeu, Abdou Diallo est le seul a avoir joué toutes les minutes (540mn), a effectué plus de passes (268) en 6 matchs avec un taux de réussite 85% de ses passes en valeur absolue. Si l’on y ajoute son ascendant dans les duels, son but marqué contre le Burkina Faso en quart de finale, s’il fait une finale correcte, nul doute qu’il fera partie de l’équipe type du tournoi pour sa régularité, son impact, son influence au sein de la meilleure défense jusque là du tournoi.
Nampalys Mendy que j’ai surnommé le ministre du juste milieu, de la précision et surtout de la sortie propre des balles est petit á petit devenu le baromètre de cette équipe. Par son intelligence et son sens du jeu, ses tirs soudains et lointains ( qui peuvent décanter un match) il représente une nouvelle dimension dans l’évolution tactique de cette équipe. Avec un taux réussite de 90% de ses passes il est le Lion le plus prolifique en ratio dans les séquences de jeu. Ce qui se traduit par une activité et une présence énorme dans le dispositif du sélectionneur Aliou Cissé.

En phase défensive Saliou Ciss est celui qui a le plus intercepté (6) et récupéré (31), Gana Gueye a eu plus de tacles réussis (7) pour annihiler les offensives adverses. Saliou Ciss est également celui qui a le plus créé des opportunités (5 occasions nettes créées du fait de son activité constante sur son côté gauche); juste derrière Sadio Mané leader dans ce domaine avec 11 occasions et opportunités créées.

Pape Bouna Sarr en plus d’être le second en temps de jeu avec 539 minutes, il est deuxième en taux de réussite des passes 85% ex-aequo avec Kalidou Koulibaly, troisième en tirs tentés (8 au total) et juste derrière Sadio Mané, il est celui qui s’est le plus projeté dans le dernier tiers adverse avec 22 incursions avec ballon.

Avec un total de 5 joueurs titulaires déclinant une moyenne de plus 84% de réussite dans leurs passes ( Nampalys Mendy, Abdou Diallo, Kalidou Koulibaly, Pape Bouna Sarr et Idrissa Gana Gueye) il en ressort que l’équipe d’Aliou Cissé a toujours eu la maîtrise du ballon. C’est son utilisation effective dans le dernier tiers adverse qui crée les opportunités, les occasions de buts.
Et c’est sur ce fait précis que Sadio Mané non seulement se singularise mais se démarque comme le métronome, le leader et l’âme de cette équipe. La vérité de ses statistiques est là pour étayer cette assertion. Jugez-en de vous même.
520 minutes joués, 11 tirs tentés dont 7 cadrés , 3 buts, 2 passes décisives, 26 incursions dans le dernier tiers adverses, 11 opportunités créées, 5 tacles réussis et 28 balles interceptées ou récupérées. En phase offensive il est leader dans toutes les catégories citées. En phase défensive il se retrouve en deuxième positions en tacle réussis avec un total de (5) derrière Gana (7), et en interception/récupération (28) derrière Saliou Ciss (31).
En plus de ce qui saute á l’oeil nu sur ses performance, son activité incessante sur le front de l’attaque, il a tout simplement été énorme á la lecture de ses statistiques, sans minimiser son influence et son impact sur l’équilibre et le jeu de l’équipe qui somme toutes dépassent le seul cadre de l’efficacité offensive.

Collectivement á l’aube de la finale, le Sénégal se retrouve avec la meilleure défense (2 but concédés) en compagnie de l’Egypte et la deuxième meilleure attaque avec 9 buts marqués derrière le Cameroun.

À la lecture des chiffres et de leur contenu, il en ressort qu’Aliou Cissé durant cette CAN a patiemment bâti une équipe certes pas séduisante avec un jeu léché et fluide, mais redoutable difficile á manoeuvrer du fait de ses individualités, de l’impact physique qu’elle dégage et impose, du tempo qu’elle dicte á chaque match. Vous y ajoutez la présence en son sein d’un élément hors-pair comme Sadio Mané de qui et par qui tout peut basculer á tout moment, la volonté, la rage de vaincre contagieuse dans ce collectif de besogneux, il y’a de quoi aborder une finale de CAN en nourrissant l’espoir de lendemains meilleurs.

Source Stats (CAF)

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.