L’Inde tire bénéfice des sanctions contre la Russie : du pétrole bon marché revendu plus cher à l’Europe

L’Inde reçoit environ 600.000 barils par jour de la Russie, à comparer aux 900.000 de l’année dernière. Cette stratégie a pour effet d’augmenter le prix que les Européens payent pour le carburant en provenance d’Asie. http://Source : El Mundo, Lucas De La Cal Lucas De La Cal correspondant à Pékin

En ce moment, il y a 57 millions de barils de pétrole brut extraits de l’Oural russe et transportés par bateau vers l’Asie. Dans quelque mois, il y aura un premier débarquement en Chine, ensuite au Bangladesh et au Sri Lanka. Cependant, la plupart des barils sont destinés à l’Inde, qui possède de grandes raffineries capables de transformer le brut russe en diesel, et en d’autres carburants actuellement très demandés qui pourraient ensuite se retrouver en Europe.

La situation paradoxale qui est en découle est la suivante : l’Union européenne a interdit la plupart des importations de pétrole russe dès lundi, à titre de sanction à l’encontre du pays de Putin pour son invasion de l’Ukraine. Mais à présent, l’Inde achète du pétrole à prix très avantageux auprès de la Russie et le commercialise une fois raffiné et à un prix plus élevé á Europe.

« L’Inde est en train de devenir de facto le centre de raffinage de l’Europe », indique un rapport récent des analystes de la banque d’investissement RBC Capital Markets. « En revanche, le ait d’acheter du diesel en Inde augmentera les prix en Europe, car il est plus cher d’expédier le carburant depuis le pays asiatique que l’acheminer par pipe-lines depuis les raffineries russes. La conséquence indésirable est que l’Europe va importer l’inflation chez ses propres citoyens », indique RBC.

L’appétit de l’Inde pour le pétrole brut russe n’a cessé de croître depuis le début de la guerre en Ukraine. Selon le cabinet d’analystes de Kpler, l’Inde reçoit environ 600.000 barils par jour de la Russie, contre les 90.000 par jour de l’année dernière. En mars, la troisième puissance économique d’Asie a acheté 11 millions de barils. Ce chiffre a augmenté à 27 millions en Avril. Le mois dernier, il était de 21 millions. Un contraste saisissant si l’on compare aux 12 millions de barils que l’Inde a acheté à la Russie pour toute l’année 2021.

Maintenant que les dirigeants de l’UE ont convenus d’interdire 90% du pétrole brut russe d’ici la fin de l’année dans le cadre du sixième paquet de sanctions, provoquant un nouveau choc pour l’économie mondiale – la Russie est le troisieme producteur de pétrole, après les États-Unis et l’Arabie Saudite, et le deuxième plus grand exportateur -, Moscou se tourne vers l’Asie pour vendre du pétrole bon marché. Selon Kple, l’Asie a déjà dépassé l’Europe en tant que principal acheteur pour la première fois en Avril. Cet écart devrait se creuser fortement lorsque les chiffres de Mai seront publiés.

Ambiguïté

Depuis le début de la guerre, l’Inde et la Chine ont maintenu la position ambiguë de ne pas condamner la Russie mais également de ne pas soutenir l’invasion russe. Malgré les avertissements des Think tank de Washington. Pour l’instant, Pékin n’a pas réussi à devenir un parapluie pour l’économie russe face à une pluie de sanctions. Bien que ses achats du pétrole Russe aient explosé ( de mars jusqu’à mai, la Chine a acheté 14,5 millions de barils, soit trois fois plus qu’au cours de la même période l’année dernière ) le gouvernement chinois, comme le rapporte Reuters, a évité de conclure de nouveaux contrats entre ses raffineries et la Russie, malgré des remises importantes. La Suite ICI: https://www.les-crises.fr/l-inde-tire-benefice-

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.