Saccage du lycée de Yoff: Le pire est devant…

Les élèves du lycée Ousmane Sembene de Yoff à Dakar pour célébrer la fin de l’année scolaire ont saccagé  leurs salles de classe. Drôle de façon de célébrer l’arrivée des vacances. Tables-bancs, fenêtres, matériel divers  ont été détruites. Un acte vandalisme aussi choquant qu’inadmissible de la part d’enfants censés étudier. Cependant, condamner ne suffit pas car ce n’est pas la première fois. Leurs actes doivent interpeller la société mais aussi le système éducatif dans son ensemble.

Condamner, sévir, sanctionner les élèves du lycée Ousmane Sembene de Yoff est la réaction première lorsque l’on entend parler du saccage de l’établissement. Une école est le lieu où l’on doit recevoir une éducation et une formation à la vie citoyenne. Pourquoi alors, de tels actes de vandalisme ? En réalité le feu couve sous la cendre depuis trop longtemps. Le sytème éducatif s’il n’est pas mort, agonise. Ces élèves en sont le fruit cramé. Jadis, lieu de l’excellence, le lycée public a perdu son lustre d’antan depuis que des programmes des institutions de Bretton Woods ont demandé à des pays comme le Sénégal de mettre moins d’argent dans l’éducation, la culture et la santé. Si ce n’était que cela, ça serait moins grave. Les gouvernements successifs qui ont suivi « l’école nouvelle »,n’ont jamais fait de l’éducation une priorité. Entre laxisme, détournement, mauvaise gestion, l’école publique a été abandonnée. Les enseignants en ont payé un lourd tribut. Cette situation s’est déteinte inéluctablement sur la qualité de l’enseignement. Ces gosses ne sont finalement que le résultat de l’échec des adultes.

Mettre de l’argent dans l’éducation ce n’est pas une dépense mais un investissement d’urgence. C’est d’autant plus une urgence et une surpriorité quand la moitié de la population a moins de 18 ans. Il est du devoir des adultes d’aujourd’hui de s’engager dans l’éducation de ces enfants. Cela ne dépend pas que des moyens. Le système éducatif doit être mieux pensé, mieux adapté à nos réalités socio-culturelles. Lorsque c’est ainsi, les résultats sont au rendez-vous. L’exemple le plus édifiant est le daara. Là, l’enfant n’est pas laissé à lui-même et le sytème éducatif essayant de s’adapter à ses caprices. En Europe, ce système a causé des dégâts énormes. Le romancière Sylvie Germain a été menacée de mort par des élèves après une épreuve du bac de français sur l’une de ses œuvres, qu’ils jugeaient trop dure. De son coté, elle a défendu l’importance d’«éveiller leur intérêt pour le vocabulaire, la saveur et la force des mots». À force, de vouloir tout alléger, tout diluer l’école se perd. Certains ont même proposé d’éliminer le Bac, devenu trop stressant. Dans le daara au contraire, on apporte à l’enfant des connaissances et des valeurs. Il ne décide pas. On le guide !

Vous ne verrez jamais un daara en grève, au contraire, ils nous produisent des champions du monde et une fois adultes, certains d’entre eux deviennent nos plus grands capitaines d’industrie. Bien évidemment, le daara connait ses limites et ses difficultés, mais globalement, il réussit mieux que l’école de Jules Ferry. Il est urgent qu’une articulation soit trouvée entre l’école religieuse et l’école classique afin que l’on puisse donner du rêve et un idéal à tous ces enfants. Malheureusement, des gens venus d’ailleurs, nous ont fait que le daara c’est barbare… »Ku wacc sa aandë, aandë boo dem fekk fa boroom. »

« Les intellectuels doivent se soucier d’éduquer et d’organiser les citoyens » nous avertissait Cheikh Anta Diop. C’est parce que cette préoccupation n’est pas notre que les jeunes se sentent délaisser et entrent dans le monde de la débrouillardise. Si ces jeunes laissent leur vie dans les océans en tentant de rejoindre l’Europe, c’est parce qu’ils ne rêvent plus ici. Les images saisissantes du drame de Mellilia viennent nous rappeler si besoin en est que l’Afrique ne sait pas s’occuper de ses enfants.

Les gouvernements sont dépassés par le phénomène. La preuve, ceux parmi les migrants qui arrivent à franchir l’enclave espagnole, sont accueillis par des soins sanitaires. Tandis que les autres, coincés coté marocain, sont bastionnés. Pourtant malgré le bâton, dès que l’occasion se représentera, tous, tenteront à nouveau, à travers les barbelés, de rejoindre l’Europe.

Entendre, ici et là, des adultes condamnés avec énergie le comportement des lycéens de Yoff et s’ériger en donneurs de leçons alors qu’ils ne leur offrent eux-même qu’incivisme, irrespect, mensonge, transhumance, trahison, violence et vol en perspective, fait sourire. Éducateur éduque-toi d’abord. Avant de donner des leçon de morale, il faut exiger d’abord pour les enfants que le mieux-vivre soit ériger partout en mode de gouvernance. Comme dit Bossuet: « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes. » Faire passer un bon mois avec les LGI de Mbao à ces bambins pour leur apprendre le civisme et la patrie est plus utile que toute autre sanction. Malheureusement que faire si les adultes ne savent pas ce que veut dire civisme?

« Xalé yagi jooy mac yé len titël » avait chanté Youssou Ndour en 1990. Rien n’a pas changé en 2022. Depuis des années on sacrifie l’avenir de ces enfants. Ce qu’il s’est passé dans cette école, au fond, ne surprend que celui qui veut l’être. Nous avons échoué. Acceptons le et retroussons nos manches. Si nous ne le faisons pas, le pire est devant.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.