Le message fort de Salif Keïta à IBK

Salif Keïta la star internationale malienne, demande à « son grand frère » Ibrahim Boubacar Keita « , au sujet de la situation tragique que vit leur pays, de dire la vérité » au président français ..Une interpellation poignante et directe en Bambara qui fera date !
Traduit du bambara au français par le remarquable journaliste Aboubacar Demba Cissokho du Grenier de Kibili.

 

« Kôrô, bonjour
C’est ton petit frère,

Ah, Kôrô ! Je ne convoite pas ton argent, je ne cherche ni le poste de président ni à être ministre ou dirigeant d’une quelconque association. Je suis un Malien qui aime son pays. Kôrô, je ne suis pas ton adversaire. Si je ne te dis pas cela, tu pourrais penser que c’est de la méchanceté. Ce n’est pas de la méchanceté. Ce n’est pas de la jalousie ou de l’hypocrisie. Mais Kôrô, tu sais pertinemment que c’est l’Etat français avec à sa tête Macron qui arme et pousse des gens à tuer des Maliens. Il n’y a pas du tout de djihadistes. C’est eux qui arment et payent des gens, et font circuler de fausses rumeurs en disant que ce sont des djihadistes. Il n’y a point de Djihadistes au Nord (du Mali). Ces sont des gens engagés par la France pour attaquer et tuer des Maliens.

Kôrô,

Ce sont des Maliens dans la force de l’âge qui sont tués. Parce que ce sont des jeunes dans la force de l’âge qui sont enrôlés dans l’armée. La France est en train de les tuer tous. Toi, tu sais que c’est la France. Tu le sais. Mais en dépit de tout cela, tu passes ton temps à te soumettre à ce petit (Emmanuel Macron). Un gamin comme ça. Tu t’affiches tout le temps avec lui, en lui serrant la main pour montrer que vous êtes amis. Parce qu’il te garantit ton poste (de président). Ah, Kôrô ! Toi, tu es français. Tu as un passeport français. Tu es avec des artistes dont je tairai le nom. Certains d’entre eux sont des Gambiens. Quand la situation va dégénérer se compliquer, ils pourront rentrer chez eux. Nous autres qui n’avons que ce pays ne pouvons aller nulle part ailleurs. Tu n’en à rien à faire. C’est nous qui subissons. Je sais que tu as peur des représailles des dirigeants français, si tu venais à dire des choses qui ne leur plairaient pas. Tu as peur de perdre ton poste.

Mais tu es d’une lignée de gens courageux. Ceux-là n’ont jamais eu peur. Soundjata (empereur du Mali de 1236 à 1255) a été élu, Kôrô. C’était démocratique. L’Assemblée qui l’a élu a édicté une Constitution (le Charte de Kurukan Fuga, 1236, 44 articles). Toi aussi, tu as été élu. Tu n’es pas un roi. Tu n’es pas un roi, Kôrô. Si tu sais que tu as peur d’accomplir le travail qui t’a été confié par les Maliens, va-t-en ! Celui qui n’a pas peur te remplacera. Ne sais-tu pas qu’il y a déjà eu trop de jeunes Maliens tués, Kôrô ? Tes enfants dilapident l’argent du pays. Ils en font ce qu’ils veulent. Tes services de renseignement organisent des anniversaires à 100 ou 300 millions de francs CFA. Tout le monde est fatigué au Mali. Les Maliens sont fatigués, Kôrô !

Si tu as peur de dire la vérité à la France, si tu ne peux pas gérer ce pays, quitte le pouvoir, celui qui n’a pas peur le prendra. Pour que tu saches ce qui se passe vraiment au Nord, enrôle Bouba et Karim (deux enfants du président malien) dans l’armée, et vois si tu pourras dormir tranquille. Kôrô, les Maliens sont fatigués. Ils sont morts. Réfléchis à cela et va-t-en ! Laisse tomber ! Nous élirons quelqu’un d’autre à ta place, une personne plus courageuse. Parce que le monde entier sait, les Maliens savent que c’est la France qui fait tuer nos enfants. Malgré tout, tu te soumets à eux. Eh, Kôrô, si tu ne penses pas à nous.

Kôrô, Il est préférable pour un dirigeant de dire ‘’je m’en vais’’ que de lancer ‘’on m’a chassé’’. Dire ‘’on m’a chassé’’, c’est la honte. Je te le dis. En tant que petit frère, je te dis la vérité. »

 

 

Crédit:7info.ci

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.