Il s’appelait Mbaye Diagne !

Ibrahim Khalil Touré • Face à la faillite de l’humanité au Rwanda, un homme a refusé le relativisme moral. Il est considéré comme « l’homme le plus courageux ayant servi l’organisation des Nations unies ». La médaille du courage de l’ONU porte son nom. Mbaye Diagne il s’appelait. Cet homme, parfait inconnu dans son pays et dans son continent, merite d’être connu.

En 1994, le Rwanda vit une guerre civile d’une extrême violence. Des milices hutus, pendant quatre longs mois, massacrent les tutsis sous le regard complice de la communauté internationale. Le génocide fera un million de morts en 100 jours. C’est dans ce contexte qu’un capitaine nommé Mbaye Diagne va intervenir pour sauver un grand nombre de personnes.

Les observateurs militaires sous la bannière de l’ONU, déjà sur place,  avaient reçu l’ordre  formel de ne pas intervenir, alors que des cris de détresse fusaient de derrière les murs des maisons et des rues maculées du sang des innocents. Le capitaine Mbaye Diagne, a refusé de suivre les ordres, Il a désobéi pour sauver des vies.

« Il s’en allait seul, puis revenait avec des dizaines de personnes qu’il avait arrachées à l’orgie sanguinaire des génocidaires » témoignera le général Roméo Dallaire (commandant en chef de la mission de la MINUAR). Il organisait ensuite leur évacuation vers le Kenya puis partait à nouveau en chercher d’autres Entre les textes et sa conscience, il n’a pas tremblé une seule fois, le choix a vite été fait. Un bel exemple pour nous tous!

Mbaye Diagne fut tué à Kigali e 31 mai 1994. Ce jour là, il rentre seul à l’état-major de la force quand un obus explose à côté de son véhicule. Il est mort sur le coup alors qu’il n »était qu’à 12 jours de son retour au Sénégal où il avait laissé sa femme et ses deux enfants.

Sa veuve, Yacine Mar Diop, garde le souvenir d’un mari aimant, attachant et toujours taquin. Ses proches aussi se rappellent d’un homme avec un sens élevé de l’amitié. Pour ses frères d’arme, Mbaye Diagne était un fin stratège et d’un courage extreme. Vingt ans après son décès, le parcours du capitaine Diagne et ses actes ont été reconnus par les Nations unies. En 2014, à Kigali pour les commémorations, l’ONU a décidé de donner le nom du capitaine à une décoration : la médaille pour acte de bravoure. Il est également honoré à titre posthume par Hillary Clinton, alors secrétaire d’État en 2011.

Ce mardi 31 mai 2022, cela fait  28 ans que cet héros est mort au Rwanda, pour l’Afrique.

QU’ALLAH agréé celui que je considère comme l’un des plus grands hommes du 20ème siècle.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.