Environnement : pour protéger notre planète, l’Afrique doit faire preuve d’un leadership audacieux

Notre continent est le plus vulnérable au changement climatique, se réchauffant plus vite que la température moyenne mondiale, et le moins à même de supporter le coût de la mise en œuvre des politiques et des pratiques qui constituent collectivement ce que l’on appelle « l’adaptation » au changement climatique. Source:  Sharon Ikeazor, Ministre d’État à l’Environnement, Nigeria  (Le Journal du Mali) 
Si nous n’adoptons pas immédiatement une approche révolutionnaire, nous provoquerons notre propre perte. Nous devons convenir que c’est la biodiversité, les habitats et les moyens de subsistance africains qui sont les plus menacés par le changement climatique.
Si le changement climatique accentue la crise de la biodiversité, nous causons la perte et la dégradation des habitats africains lorsqu’ils ne sont pas gérés conformément aux meilleures connaissances scientifiques. La perte de biodiversité met en péril l’approvisionnement en eau et accroît l’insécurité alimentaire. Les moyens de subsistance sont compromis lorsque les zones de pêche, les forêts et les prairies sont polluées ou surexploitées, notamment par de grandes entreprises qui dépossèdent les habitants autochtones.
Ces activités destructrices affaiblissent la capacité de la nature à continuer de nous fournir de la nourriture et des moyens de subsistance économiques. Et tout comme un patient en bonne santé est mieux à même de survivre à une intervention chirurgicale importante, un écosystème sain est mieux à même de résister au changement climatique. Nous devons donc faire tout ce qui est en notre pouvoir pour protéger et promouvoir la santé et la résilience des systèmes naturels afin qu’ils puissent nous apporter les avantages alimentaires et économiques dont dépend tout le continent. La suite ICI: .journaldumali.com/2022/02/17

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.