CAN2021: Le foot au Cameroun, une emprise sociopolitique ou le choix d’une passion?

À ceux qui disent aujourd’hui que le sport est l’opium du peuple, en parlant de certains usages autour du football au Cameroun à l’heure de la CAN 2021, on peut les entendre.

Et pourtant il s’agit avant tout de l’usage délétère que certains idéologues et/ou décideurs font des passions d’un peuple dont il faudrait à leurs yeux neutraliser et écraser le désir naturel d’autonomie et d’émancipation. A tout prix, puisqu’ici encore, la fin – machiavélique – fin justifie les moyens.

Peut-être que l’opium fait oublier ce qui tient lieu de misère terrestre dans un phénomène de dépendance exponentielle, ce qui pour les défaitistes – ceux qui voient le verre à moitié vide – serait le cas de la passion pour le football au Cameroun. Mais est-ce vraiment le cas sur cette terre bénie de l’Afrique en miniature?

Outre la passion, il peut aussi s’agir d’un réflexe de survie comme l’est la croyance désespérée d’un être suprême – en l’occurrence Dieu – dont on s’imprègne de la toute-puissance pour échapper à la mort de son âme. Même si la « mission » formatrice d’une cohorte d’esclaves à qui l’on excise la capacité ultime de résistance à l’intolérable des missionnaires du discours de Léopold II est souvent évoquée, on oublie le pouvoir de nuisance extrême exercée par une répression inhumaine.

Autant ces passions que les réflexes de survie appartiennent avant tout à ceux qui les vivent dans la profondeur de leurs entrailles. Ceux qui les exploitent dans une volonté de domination, ne sont qu’un club hétéroclite de profitosituationnistes, usurpateurs d’un moteur sociétal qu’ils pensent pouvoir détourner à dessein. Un opportunisme qui tente de noyer dans l’oubli des souffrances incommensurables et multiformes.

Pourtant, et certains refusent de l’accepter, l’oubli ne se force pas. Pire, trop d’oublis imposés tuent l’oubli. Et le Cameroun en est le plus parfait exemple.

Car la douleur la plus brutale spirituellement et la plus résistante à long terme, est l’écrasement pur et simple de la dignité humaine. La force répressive quelle qu’elle soit, qui oblige tout un peuple à se traîner dans la boue, qui impose par la force que même le visage soit roulé dans la boue publiquement, est inégalable. Cette douleur spécifique ne s’oublie et ne s’éteint jamais, car elle ne se cantonne pas au physique. On peut torturer, tuer, massacrer, brûler, écraser à coup de flatteries de bas étage, corrompre pour tenter de « mouiller » tout le monde, la capacité humaine d’user librement de sa pensée, inaliénable, s’exercera jusqu’à la fin des temps.

C’est ainsi, pour conclure, que deux réflexions majestueuses me viennent ici à l’esprit, de mes préférées en matière de force naturelle d’émancipation, à la gloire entre autre de l’inviolabilité de la capacité de penser de l’Homme.

Celle d’Aimé Césaire en 1950,
« (…) Les colonisés savent désormais qu’ils ont sur les colonialistes un avantage. Ils savent que leurs “maîtres” provisoires mentent.
‒ Donc que leurs maîtres sont faibles. (…) »

Et celle attribuée* à Abraham Lincoln,
« On peut tromper une partie du peuple tout le temps et tout le peuple une partie du temps, mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps. »

PS. Si quelqu’un venait me dire que ma passion était fabriquée par autrui, quel qu’en soit le dessein, cela équivaudrait à me dire que je suis incapable de prendre des décisions en faveurs de mes désirs.
Car ma passion est née de mon choix personnel, élément vital de mon identité et essentiellement subversif pour les prédateurs dans tout système oppressif, tant politique, sociétal, familial ou interpersonnel.

Car il s’agit bel et bien de cette capacité de décision et de choix qui est l’enjeu principal de la domination qui cherche à s’opérer.

PPS. Mon propos ici n’est qu’une facette autour de la question de l’emprise et du conditionnement. Il y en a évidemment d’autres, ambiguës peut-être, contradictoires ou non.

________________________
*Bien qu’ici de peu d’importance, le véritable auteur de cette phrase serait Jacques Abbadie dans son « Traité de la Vérité de la Religion Chrétienne » (1684, p. 11).

Share

D’origine britannique, Rebecca Tickle est d’abord une passionnée d’Afrique. Elle « pratique » le continent dès sa petite enfance à travers son père journaliste, qui sillonne l’Afrique durant les années de la Guerre froide. Après une carrière d'infirmière diplômée bien remplie et une licence en sciences sociale et politiques dans la poche, Rebecca Tickle qui vit en Suisse, a travaillé dans le milieu de la médiation internationale, de la gestion de projet de médiation humanitaire et de la communication. Secrétaire générale dès 2009 à la Fondation Moumié, qui lutte contre le déni de la mémoire des héros nationaux au Cameroun, elle s'intéresse aussi de près à la République Centrafricaine surtout aux violations des droits humains et l'impunité omniprésente dans le pays, ainsi qu'en Afrique centrale. Elle est d'ailleurs accessoirement de nationalité centrafricaine. Rebecca Tickle s'insurge contre la langue de bois, le silence des médias occidentaux et l'escamotage systématique des droits des citoyens africains "d'en-bas". Sa veille attentive des actualités africaines l'amène à des analyses fortes, dans le domaine de la gouvernance, de l'impunité et du développement des capacités de la société civile africaine. Rebecca Tickle est sur Kirinapost.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.