Brésil: Le retour de Lula à la Présidence en question

Alors que Jair Bolsonaro et la droite sont en plein désarroi, Lula da Silva réfléchit à son retour à la présidence du Brésil. Cette voie est encombrée de contradictions — beaucoup d’entre elles sont compliquées, certaines sont potentiellement dangereuses. Source : Jacobin Mag, Sabrina Fernandez Les Crises.

L’élection du président brésilien Jair Bolsonaro a été un triomphe pour la droite. Soutenu par l’élite brésilienne, il a été porté à la victoire par un mouvement conservateur galvanisé, dont le fer de lance réside dans les églises évangéliques fondamentalistes et les partisans de la dictature militaire qui a duré de 1964 à 1985.

Depuis que Bolsonaro a pris le pouvoir en 2019, le débat fait rage pour savoir si son gouvernement peut être qualifié de fasciste. Pendant ce temps, encouragé par sa victoire, un fascisme non équivoque connaît un regain de popularité au Brésil. L’adhésion à des groupes néo-nazis brésiliens a augmenté de 270 % entre janvier 2019 et mai 2021. Au Brésil, fabriquer, commercialiser et distribuer du matériel nazi est un crime. Ce type de crime est également en recrudescence depuis 2015, connaissant une forte progression depuis 2019. Pendant ce temps, tant un célèbre podcasteur brésilien qu’un membre du Congrès ont fait valoir que les partis nazis devraient être légalisés.

Bien que la popularité de Bolsonaro ait été mise à mal depuis son arrivée au pouvoir, sa cote de popularité est tombée à 22 %, il est évident que l’idéologie d’extrême droite est encore très présente dans la société brésilienne. Il nous faut donc prendre au sérieux le risque qu’elle joue un rôle dans les élections prévues en octobre 2022..

Même si certains estiment que, s’il se sent proche de la défaite, Bolsonaro pourrait opter pour un siège au Congrès afin de s’assurer un statut privilégié, les Brésiliens s’attendent généralement à une course Bolsonaro contre Lula. Et si l’ancien président Luiz Inácio Lula da Silva est actuellement favori, ce serait une terrible erreur de considérer la défaite de Bolsonaro comme une affaire pliée.

Un récent sondage montre que certes Lula l’emporterait face à n’importe quel éventuel adversaire au second tour — y compris Sergio Moro, le juge qui l’a injustement traqué et incarcéré — cependant son avance face à Bolsonaro est passée de 22 à 15 points en pourcentage. Étant donné que la base de Bolsonaro fait souvent référence à l’invasion du Capitole américain et que Bolsonaro lui-même a menacé de faire un coup d’État par le passé, le risque d’un mauvais coup criminel ne peut pas non plus être exclu.

A la lumière de ces menaces, une réflexion stratégique de la gauche brésilienne est indispensable afin de déterminer quelles alliances sont nécessaires pour gagner – et lesquelles sont trop antinomiques pour être préservées.

Un bref récapitulatif des contradictions

L’histoire démocratique du Brésil est riche en pathos. Au cours des trois courtes décennies qui ont suivi la promulgation de la constitution actuelle, deux présidents ont été destitués, un a été élu au suffrage indirect et deux autres étaient des vice-présidents qui assuraient l’intérim.

Une réflexion stratégique de la gauche brésilienne est indispensable afin de déterminer quelles alliances sont nécessaires pour gagner — et lesquelles sont trop antinomiques pour être préservées. La Suite ICI: les-crises.fr/bresil-un-chemin-chaotique

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.