Bouna Medoune Seye raconté par…

Deux ans déjà que le cinéaste Bouna Medoune Seye tirait sa révérence après une vie artistique remplie. Samedi 28 Décembre, sur l’île de Ngor, un BukkiTeuf spécial (La fête au village comme il aimait dire), réunira ses amis, ses compagnons de route mais le grand public aussi. L’occasion a été mise à profit pour dévoiler le mur consacré aux pères fondateurs et figures emblématiques du laboratoire Agit’Art et réalisé de main de maître par le talentueux et généreux artiste Mbaye Diop et ses acolytes. Les collègues, amis, admirateurs et proches de Bouna se sont donnés rendez-vous à Kër Yadikon. Ils ont raconté pour Kirina: le frère, le tonton, le mentor, l’ami, l’homme… l’artiste. Repose en paix !

Bouna Medoune Seye raconté par…, Information Afrique Kirinapost

La fête a été belle à Kër Yadikon le 28 décembre dernier en hommage au cinéaste.

 

« Bouna Medoune seye m’a fait confiance en me faisant l’honneur de jouer dans son film. «Bandit Cinéma» à Dakar, plus que tout un ami, un frère, un réal qui est partie trop tôt. Love. Il avait tant de choses à dire. Il nous manque. » Mouna N’diaye, Actrice Théâtre / Cinéma, Réalisatrice de films Documentaires, présentatrice.

« Buna a su brûler tous les codes pour rester lui-même, un humain qui vivra son rêve jusqu’au bout… » Diery Coly, Agit’Art, frère et compagnon de route

« Quand j’ai regardé pour la première fois son film Zone rap, je suis sorti de la salle avec la banane parce que je venais de me rendre compte qu’il était possible de bousculer les règles tout en faisant des choses merveilleuses. Son œuvre comme une sorte de catharsis est une thérapie. Il invite à la révolte contre l’ordre établi. Bouna est notre muse. » Amath Niane, Chef Opérateur-nouvelle génération de cinéaste.

Bouna Medoune Seye raconté par…, Information Afrique Kirinapost

Bouna, kër Yadikon ©Papa Alioune Dieng

 

Bouna reparait les les problèmes des gens. Quand quelqu’un se confiait à lui, il s’investissait entièrement pour l’aider. Combien de fois a t-il dit à quelqu’un:  » Va voir Na, sur l’île de Ngor repose-toi là-bas, t’inquiète on va régler l’affaire. » C’était un réparateur d’âmes. » Alassane Samb, Kër Yadikon

« Un liant. Un transmetteur. Un maître pour moi. Un artiste au vrai sens du terme. Un homme bon et foncièrement libre. » Papa Alioune Dieng, Réalisateur, petit-frère.

« Bouna ou le disciple qui apprit patiemment auprès de l’aîné avec courage, audace générosité et créativité à devenir Maître. » Sawalo Cissé, Réalisateur/Metteur en scène/Architecte

« C’était mon ombre bienveillante, l’inspiration que je n’avais pas, le génie par fulgurances, la classe en permanence… » Moctar Ba, Producteur & compagnon de route

« BMS c’est le dévouement pour les proches. On ne touche pas à sa famille et à ses amis.Toujours à leurs cotés pour servir. Bouna se soucie de façon permanente du bien-être de l’humain. Bouna c’est aussi des turbulences à ses moments et une sagesse inattendue. » Arame Nawal Bâ, Soeur de Bouna

« Un jour, il y a 30 ans, sans que je ne le connaisse, Bouna exposait à 300 mètres de ma boutique à Paris dans le quartier Beaubourg. Ibou Ba le frère de Abdou Ba l’amène dans la boutique et un gros feeling nous lie d’entrée. plus tard, on découvre tous les deux, par ma mère, qu’on était parent. Bouna on s’est jamais quitté. Dans notre relation il y’avait de la pudeur. Il était anticonformiste, humain, rassembleur, généreux, transversale. Il a offert tout ce qu’il a gagné. Il a tout donné toute son énergie aux autres. La grandeur de Bouna est qu’il avait un environnement éclectique, des cercles d’amitiés variés et différents: ouvriers, religieux, artistes, fonctionnaires, diplomates ou chômeurs…lui, le boulimique de la création avait donc plusieurs labo. » Mike Sylla, Styliste Designer, Créateur, compagnon de route

Bouna Medoune Seye raconté par…, Information Afrique Kirinapost

Hommages aux grandes figures d’Agit’Art ©Papa Alioune Dieng

« Tonton Bouna, ho lui j’étais fière de l’appeler tonton. Tonton Bouna c’est un guide. Celui qu’on suit sans rien craindre. Celui qui t’aide à grandir, celui qui t’aide à faire face aux obstacles… c’était une lumière dans nos vies. Le sourire de Tonton me rassurait,  il me procurait de l’espoir et la confiance. Chaque moment que j’ai eu la chance de passer avec lui était riche en enseignement et en sagesse. Il est parti comme il a vécu avec dignité… Jusqu’au dernier moment, il nous a enseigné la dignité et la foi de croire en nous et en Dieu. » Kana Seye fille de  Imam Assane Seye, Grand frère de Bouna

« Bouna Medoune Seye est un audacieux. Alors que nous étions ensemble dans la photographie, il a décidé, selon son expression du moment, de « faire bouger les images photographiées. » C’est ainsi qu’il arrive au cinéma et l’a bien fait. Bouna a fait des choses que les autres ne savaient pas faire. Il voulait être peintre, il le devenait. Il voulait être metteur en scène, il le devenait. Bouna était sans limite. Il savait faire naitre des choses. » Boubacar Touré Mandemory, photographe compagnon des premières heures de photographie.

« BMS marchait…pinçant la blouse blanche à sa cimaise, projetant les cuillères éparpillées, renversant les marmites, le stéthoscope pendu au cou… le bordas au bout de la godasse. » SI TËNK : «Bouna Medoune Seye marchait le Bordas au bout de la godasse.» Abdarahmane Ngaïdé, Dr en histoire et philosophe des lieux

« À Paris, j’avais l’impression d’avoir mes parents avec moi, car oncle Bouna a toujours été là. Toujours là pour moi, pour TOUT. Dès que j’avais un petit pépin je l’appelais. Même étant adulte, il me sortait à Paris. Il aimait beaucoup marcher. On marchait ensemble dans les rues de Paris prenant un verre ici ou là et parlant de nos projets, Dieu sait qu’on en avait… Mais c’est Dieu qui décide. Après son décès, il m’arrive de repasser dans certains endroits où on a eu à se promener et mon cœur se serre toujours…Je lisais dans ses yeux beaucoup de fierté quand il me présentait à son entourage: « c’est Khady, c’est ma nièce », Il était généreux. C’ est très dur mais je suis contente d’avoir été là pour lui du début à la fin. C’était mon oncle, mon ami, mon confident. Il a laissé un grand vide en moi. » Khadidiatou Diop, nièce de Bouna Chargée Webmarketing Communication digitale

 « Bouna savait compartimenter sa vie. Il le faisait systématiquement pour sa vie artistique et sa vie de tous les jours.Son oeuvre était construite sur l’immédiateté, comme un calligraphe pour qui le geste est la base de son art. Immédiateté dans la répétition. » Bouba, Malle Frère de Bouna

Bouna Medoune Seye raconté par…, Information Afrique Kirinapost

L’artiste Mbaye Diop & son équipe dans leurs oeuvres. Un mur devenu déjà culte ©Papa Alioune Dieng

« En dessinant la fresque, j’ai eu affaire à une personnalité forte, avec un sens de l’ouverture, de la générosité et du partage. Sa main levée invite à accueillir l’hôte. Entre Mambety et père Issa, il est à la place idéale et c’est la taille de la photo  qui nous a imposé cet emplacement…Hasard ?Toujours avec cette fresque, j’ai vu un sourire, un regard qui en disent beaucoup plus que tous les discours. » Mbaye Diop, artiste-peintre auteur des fresques dont celle de Bouna Medoune Seye sur le mur du laboratoire Agit’Art au complexe Keur Yaadikon sur l’île de Ngor.

 

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.