Boubacar Boris Diop: « J’apprécie Sonko mais je ne comprends pas une certaine ‘’sonkolâtrie’’ »(Suite & fin)

Dans cette 3e et dernière partie de l’entretien-fleuve accordé à impact.sn, Boubacar Boris Diop met en garde contre une remise aveugle des « clefs du royaume » à tous ceux qui en demandent la gouvernance. Les expériences Wade et Sall ont montré, selon lui, que c’est une posture « qui ne sert pas, à moyen et long terme, les intérêts du Sénégal. » D’où l’urgence non seulement d’être plus critique contre le leader de Pastef, mais aussi d’en revenir aux orientations des Assises nationales pour contrebalancer le présidentialisme despotique en vigueur.

La vie politique se polarise fortement autour du duo des ennemis ou adversaires que sont Macky Sall et Ousmane Sonko. N’est-ce pas un schéma réducteur par rapport à d’autres sensibilités ayant la capacité, elles aussi, d’animer en profondeur le débat public ? 

On dirait effectivement que les Sénégalais ne conçoivent les luttes politiques que comme un combat singulier : Modou Lô et Balla Gaye capturent toute la lumière, le reste ne compte pas. À l’heure actuelle, il y a peu de place pour des sensibilités autres que Bennoo et Yaw et cela appauvrit le débat. Cette exigüité du champ politique condamne les nombreux mécontents à voter « contre », juste pour avoir la satisfaction de châtier le sortant. Ce n’est pas du tout une bonne chose : cela a permis à Wade puis à Sall de passer et nous l’avons amèrement regretté. Il est temps d’arrêter de confier l’avenir de ce pays à quelqu’un, juste parce qu’il est le mieux placé pour nous venger de nos frustrations. D’accord, il peut nous débarrasser d’un dirigeant arrogant et honni mais après ? Quid de ses sept années à la tête d’un pays aussi vieux et complexe que le Sénégal ?

Ça ressemble à de la révolte !

Personnellement, je  ne veux plus rester prisonnier de cette logique binaire stérile. Voilà pourquoi, et je vous le dis en toute sérénité ce matin, je ne comprends pas une certaine « sonkolâtrie ». Elle me semble procéder d’un aveuglement qui ne sert pas, sur le moyen et sur le long terme, les intérêts du Sénégal. Si je prends la défense de Sonko, c’est parce que j’ai la certitude que toutes les accusations portées contre lui sont infondées, celle de viol comme celle plus récente et particulièrement scandaleuse d’ethnicisme. Mais si on en vient au destin de ce pays, nous devons être plus exigeants envers ceux qui aspirent à le tenir entre leurs mains. Ousmane Sonko ne doit pas faire exception à cette règle. Il a écrit un livre pour décliner ses propositions et il est pratiquement le seul homme politique sénégalais à oser dénoncer la mainmise de la France sur notre économie et à se prononcer ouvertement contre le franc CFA. Cela veut dire qu’il ne manque ni de courage ni de caractère. Mais ces propos ne doivent pas se refermer sur eux-mêmes, ils doivent au contraire servir de point  de départ à une discussion franche… Il est vrai que la tension ambiante laisse peu de place à des discussions de fond…

 En gros, vous souhaitez que les Sénégalais soient plus interrogateurs face au projet politique de Sonko ?

J’attire juste l’attention sur le fait qu’il ne s’agit pas de la personne d’un leader particulier, quel que soit son nom. Le moment est venu d’en finir avec les chèques en blanc donnés à tel ou tel candidat à la présidence de la République. Les expériences historiques récentes devraient nous inciter à exiger de toute formation politique voulant diriger le pays qu’elle s’engage à remettre radicalement en question le pouvoir absolu du président de la République, qui est pratiquement à l’origine de toutes les dérives constatées depuis tant de décennies.

Si vous élisez quelqu’un en lui laissant la possibilité de contrôler les pouvoirs législatif et judiciaire, il y a de très fortes chances qu’il fasse comme Senghor, Diouf, Wade et Sall. Nous ne l’avons que trop expérimenté à nos dépens, tout homme politique est enclin à exercer la totalité du pouvoir dont il a été investi. Vous vous souvenez, en campagne pour son premier mandat, Macky a fait les yeux doux aux acteurs des « Assises nationales » mais aussitôt après avoir été élu, il s’est mis à ricaner : « Ah non, chers amis, pas si vite, on ne s’était pas bien compris ! » Eh bien, je vais vous dire, quand je vois Sonko manœuvrer avec tant d’habileté politicienne, je me demande si c’est bien lui qui va scier la branche sur laquelle ses prédécesseurs se sont confortablement installés une fois au pouvoir. La Suite ICI:  Entretien-exclusif-Boubacar-Boris-Diop

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.