Afrique : Le continent s’enflamme et s’éloigne de Washington et Paris

Soyons honnêtes : les Américains ne se soucient pas de l’Afrique, du moins dans l’ensemble. Malgré les mensonges que nous nous racontons – et les débats furieux que nous avons – sur la culture PC, la théorie de la race critique, et ainsi de suite, cela reste un fait marquant. Source : Les-Crises

Bien sûr, l’illusion est apaisante. Elle tend à apporter un réconfort de vertu à de nombreux libéraux principalement préoccupés par l’étalage des derniers mots à la mode. Elle offre la satisfaction d’une rage vertueuse aux conservateurs principalement préoccupés par le dénigrement des flocons de neige. Mais une grande partie de tout cela – malgré l’importance réelle des débats en cours – n’est que du théâtre, du nombrilisme narcissique à outrance. En réalité, dans l’ensemble du spectre politique et social, la plupart des gens conservent une vision du monde très occidentale, et plus précisément eurocentrique, et l’Afrique existe toujours dans leur imagination comme (au mieux) une grande publicité « Sauvez les enfants » animée par Sally Struthers.

Voici un bref aperçu de l’agitation que la plupart d’entre nous ont manqué. Il s’agit ni plus ni moins d’une Afrique en proie à la guerre, aux coups d’État et à la famine engendrée par les conflits. Tant pis pour la nouveauté en 2022.

La première étape de notre périple de folie est le Burkina Faso. Ce charmant pays enclavé de quelque 20 millions d’âmes vient de subir son troisième coup d’État militaire en sept ans. Au cours de l’année écoulée, cinq pays africains distincts ont été victimes d’un tel coup d’État, ce qui représente la pire vague que le continent ait connue depuis 40 ans. Pire encore, les trois putschistes burkinabés ont été formés par les États-Unis, y compris le dernier en date, le lieutenant-colonel Damiba, qui a participé à une demi-douzaine d’exercices dirigés par les États-Unis dans la région.

Damiba, soit dit en passant, n’est que l’un des neuf officiers ouest-africains brevetés par l’armée américaine à avoir tenté un renversement depuis la création en 2008 du Commandement des États-Unis pour l’Afrique (AFRICOM). En fait, un tel coup (ou une telle tentative) a eu lieu dans chacun des pays du G5 Sahel. Il s’agit des gouvernements locaux avec lesquels la France – l’ancienne puissance coloniale et le chef de file étranger dans la région – s’est alliée, et dans lesquels elle a placé tous ses espoirs, pour combattre les rebelles régionaux. Voilà pour toute l’instruction sur l’état de droit que l’état-major aime se vanter de fournir aux officiers partenaires.

Une des raisons pour lesquelles de nombreux Burkinabés, et souvent d’autres Africains, soutiennent initialement de tels coups d’État est le vague sentiment que des dirigeants en uniforme les protégeront mieux des insurgés islamistes. Mais c’est rarement le cas. En général, les putschs déstabilisent encore plus les nations sur le plan politique et s’attaquent rarement aux problèmes sous-jacents qui motivent les rébellions – qui jonchent actuellement l’Afrique de l’Ouest.

Les interventions extérieures ne le font pas non plus. Il suffit de demander au Pentagone lui-même. Dans une coïncidence presque trop instructive, le jour même où les officiers burkinabés ont annoncé le dernier coup d’État, le centre de recherche sur l’Afrique du département de la Défense a publié un rapport officiel inquiétant admettant que, malgré près de 20 ans d’opérations militaires américaines au Sahel, les attaques et les décès dans la région n’ont fait que monter en flèche. Paris s’est montré tout aussi impuissant et/ou contre-productif. C’est peut-être pour cela que des partisans du coup d’État ont été vus en train de brûler des drapeaux français lors de récents rassemblements dans la capitale Ouagadougou.

Cette autre indécence ne devrait peut-être surprendre personne – puisque nous savons tous que le Burkina Faso est constamment sur le bout de la langue des Américains (annonce accompagnée d’un roulement d’œil bien-pensant, tempéré par une attitude compréhensible) – mais quand le dernier coup d’État et les conflits du pays méritent une mention dans les médias grand public, c’est lié à (vous l’avez deviné !) la Russie. Des publications comme le New York Times se sont concentrées sur la rhétorique pro-russe des partisans burkinabés du coup d’État lors des rassemblements et sur les médias sociaux, comme s’il s’agissait d’une conspiration montée de toutes pièces par Moscou. Ce n’est pas le cas. La Suite ICI: les-crises.fr/afrique

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.