VERS UN NOUVEAU TYPE DE DIPLOMATIE

Le pouvoir est un concept clé des relations internationales. Pour les réalistes, le pouvoir est un instrument. Ils partent du principe que les intérêts nationaux des acteurs étatiques sont définis en termes de pouvoir, qui reflètent leur politique étrangère. Du point de vue réaliste des acteurs étatiques rationnels, le pouvoir a la capacité de faire avancer les intérêts nationaux même lorsqu’il nécessite de contraindre les autres.

 

Le but de l’État est de maintenir et d’augmenter son pouvoir dans un système dépeint par des relations de pouvoir à somme négative. Il est possible de comprendre ce que le pouvoir signifie pour les relations internationales en examinant comment et où les États tirent leur capacité de persuader d’autres pays de soutenir activement, de tolérer ou du moins de s’abstenir de «gâcher» les actions. Cette compréhension du pouvoir a évolué et avec de nouveaux défis surgissent de nouveaux acteurs qui, bien que n’ayant pas la capacité militaire, sont encore capables de persuader d’autres acteurs, de dicter des normes internationales ou même d’établir de nouvelles institutions mondiales.

Le rôle sans précédent des connaissances scientifiques non seulement dans l’élaboration des politiques nationales mais aussi dans la coopération mondiale a rapproché les scientifiques et les experts techniques des décideurs. Cela a mobilisé un débat public sur 1) le mandat sociopolitique et l’indépendance des communautés scientifiques et de recherche; 2) le contrôle démocratique des scientifiques, des chercheurs et des experts professionnels; 3) un accès équitable aux ressources de connaissances; et 4) le rôle potentiel des connaissances scientifiques dans la légitimation des régimes autoritaires ou le renforcement des tendances autoritaires dans les démocraties déficientes. La connaissance devenant un moyen puissant non seulement d’affirmer des intérêts, mais aussi un facteur de légitimation pour les gouvernements nationaux et pour le leadership mondial d’un État, l’enjeu devient si important que les appels à revoir sa responsabilité sont inévitables.

Lorsque les décisions des gouvernements ne sont plus le résultat de délibérations impliquant toutes les personnes concernées, mais sont plutôt prises lors de réunions d’experts à huis clos, la démocratie est affaiblie. En outre, des inquiétudes ont été exprimées quant au fait que l’importance croissante des connaissances techniques dans les négociations internationales telles que celles liées à la protection du climat et au développement durable aggrave le fossé entre le Nord et le Sud. Cela peut être observé par exemple dans les rapports d’évaluation du Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat (GIEC), où la production et la diffusion de connaissances techniques pertinentes pour les décisions climatiques nationales et internationales sont dominées par les États membres de l’OCDE.

De nouvelles inquiétudes ont été soulevées à la lumière de la pandémie COVID-19, de la protection du climat et du développement durable selon lesquelles l’expertise scientifique devient «dogmatique» et renforce donc l’autorité technocratique.

Le contexte politique mondial actuel – relèvement post-pandémique, autocratisation dans plusieurs régions, efforts accrus de protection du climat et moteurs de la durabilité dans un élan – nécessite un discours plus approfondi sur l’interface science-politique de la société pour l’élaboration de politiques fondées sur des données factuelles. Grâce à un tel discours, des impulsions peuvent être trouvées, par exemple comment l’élaboration de politiques fondées sur des preuves peut définir pleinement la bonne gouvernance, comment une culture de confiance et des mécanismes équitables de production et de distribution des connaissances peuvent être gagnés, et comment une vision plus inclusive de la mise en œuvre des preuves. des politiques fondées peuvent être mises en œuvre.

La diplomatie du savoir (ou diplomatie scientifique) est un concept académique émergent, en particulier à l’ère de la post-vérité. L’intérêt académique pour les connaissances ou la diplomatie scientifique est relativement nouveau.

Un autre type de connaissances consensuelles comprend la compréhension formelle ou informelle entre les décideurs et les communautés épistémiques de la manière de résoudre les problèmes nationaux ou mondiaux.

Les scientifiques et les experts des universités, des groupes de réflexion, des instituts de recherche et du secteur privé sont intégrés dans les structures formelles de prise de décision, par exemple grâce à des consultations formelles et régulières avec les comités d’experts. À la fin, les décisions prises sont le résultat d’un processus de recherche de consensus. D’autres types de connaissances consensuelles comprennent la convergence de la compréhension et des interprétations des connaissances, par exemple par une mobilité accrue des experts ou des transferts de technologie à la suite de projets de coopération technologique entre pays.

Les connaissances scientifiques et d’experts sont au cœur de tout avenir durable. Parce que la connaissance consensuelle établit les paramètres à l’intérieur desquels des décisions peuvent être prises malgré la complexité et l’incertitude, elle assume une fonction de facilitation. Cela peut être bien observé par exemple sur la manière dont les stratégies nationales pour atteindre la durabilité sont élaborées, légitimées, mises en œuvre et évaluées. Les décideurs politiques consultent des experts scientifiques pour mieux comprendre les problèmes et trouver des solutions fondées sur des preuves qui peuvent être acceptées conjointement par toute idéologie politique et par les mandants. Dans le même temps, la dépendance de l’élaboration des politiques aux connaissances scientifiques augmente la demande ou le besoin de critiquer l’autorité scientifique ou la technocratie émergente. Dans le contexte de la transformation vers la durabilité (T2S) où les résultats des jeux de négociation et de persuasion représentent de nouveaux verrouillages, la capacité ou l’incapacité d’influencer la définition de ces verrouillages par un accès équitable au savoir fait partie intégrante de la légitimité de T2S .

La diplomatie du savoir (et comment elle mène à des connaissances consensuelles) est un moteur important pour créer des visions et des récits sur des futurs durables. Dans le même temps, le processus de transformation vers la durabilité crée de nouvelles normes, par exemple en matière de gouvernance et de relations sociales, qui ont des implications sur la manière dont la diplomatie du savoir est menée. Élargir l’accès à l’éducation en tant que stratégie pour réduire les inégalités de revenus est plus susceptible de permettre une participation plus large des citoyens à l’élaboration de connaissances consensuelles et donc à l’élaboration des politiques.

L’architecture de la coopération mondiale et de l’élaboration des politiques nationales dépend toutes deux de la façon dont le pouvoir fondé sur l’accès aux connaissances scientifiques et spécialisées est réparti entre les pays et entre les acteurs non étatiques et infranationaux. Si le pouvoir reste un moteur majeur des relations internationales, sa signification change rapidement en raison de l’imbrication croissante des vulnérabilités et des intérêts. Cette imbrication conduit à une réalité partagée qui a d’autres implications sur la manière dont les États coopèrent et sur la manière dont les acteurs étatiques coopèrent avec les acteurs non étatiques. Il reste encore beaucoup à faire pour comprendre pleinement la signification de ce changement de pouvoir pour la théorie et pour la pratique. Cet article a tenté de contribuer à cette compréhension en analysant ce que la diplomatie du savoir signifie pour le pouvoir et pour la coopération. Les connaissances scientifiques et d’experts devenant un instrument de pouvoir, il faut se demander s’il existe des mécanismes de responsabilisation en place, par exemple pour les scientifiques et les experts, afin de garantir qu’aucune nouvelle inégalité ne se crée. La perspective de négociation sur la diplomatie du savoir offre non seulement une perspective fondée sur le pouvoir sur la signification des connaissances scientifiques et d’experts, mais aussi une perspective liée aux processus qui met en lumière la manière dont la connaissance modifie les relations internationales. Les trois scénarios futurs de la diplomatie du savoir visent à montrer trois versions possibles de la diplomatie du savoir, alors que les scientifiques et les experts interagissent avec des acteurs étatiques et non étatiques.

Share

Alpha Waly Diallo est un spécialiste en Relations Internationales. Il a séjourné longtemps au Maroc et en Afrique du Sud. À Johburg il a même rencontré Madiba ... Diplômé D'Etudes Supérieures en Commerce et Administration des Entreprises (DESCAE), ce consultant et chercheur réputé est un habitué des sommets continentaux sur le développement, la démocratie et la gouvernance. Passionné de géopolitique, Alpha disséque pour Kirinapost les frémissements de la marche du monde. E-mail : alphawally@yahoo.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.