La tournée offensive de Pedro Sánchez en Afrique vue d’Espagne

La presse espagnole a particulièrement surveillé la tourne de leur premier ministre en Afrique. La journaliste María Iglesias de eldiario.es a publié un article fort interessant dans son journal. Il montre bien (l’article) une des facettes du traitement de la visite de Sánchez en Afrique par les médias en Espagne. Pedro Sánchez fait de la lutte contre l’émigration clandestine un axe fort de sa politique.(Traduit par la rédaction de Kirinapost) eldiario.es/andalucia/desdeelsur/pedro-sanchez-gira-ofensiva-africa_

María Iglesias • J’ai demandé dans mon avant-dernière chronique: Saviez-vous que nous l’avons fait au Sénégal? Et voilà, que le président Pedro Sánchez se lance, au milieu de la quatrième vague du covid, avec le désordre de la vaccination et les élections de Madrid, dans ce qu’il vend comme une grande tournée africaine et qui est en réalité une mini-tournée de plus de trois jours. Il ne visite que deux pays parmi les 55 de l’Union africaine, l’Angola et… le Sénégal.

Le voyage du chef du gouvernement espagnol, je voudrais le célébrer comme un retour, enfin, sur le continent frère, à seulement 14 km, après la présentation à Madrid du document de bonnes intentions Focus Afrique 2023. Mais le voyage important aux accents économiques est assombri par la gestion répressive du dossier des migrations et par une certaine collusion avec la dérive antidémocratique que mène le président sénégalais Macky Sall en 2021.  L’emprisonnement d’opposants et d’au moins 12 personnes tuées en toute impunité (voici leurs noms et âges: de 12 à 35 ans) lors des dernières manifestations n’est pas reluisant.

Aujourd’hui, nous vivons en Espagne entourés d’un racisme dont la honte continue de s’accumuler. Depuis ce « Black shit! » au footballeur français Mouctar Diakhaby par le défenseur Juan Cala à Cadix-Valence et dont le Comité de la concurrence considère qu’il y a des « indices raisonnables », à la menace par Vox à l’Assemblée de Madrid de déporter Serigne Mbaye nº9 de Podemos, né sénégalais mais déjà légalement espagnol après 15 ans passés ici. Sans oublier l’enfermement dans l’île-cage aux îles Canaries de 7.000 migrants. Un tel surpeuplement et le manque de nourriture sont à l’origine de bagarres avec des blessés, dont trois très graves, que des sénégalais, et le risque, comme vient de le dire la présidente de CEAR, Estrella Galán, que la frustration mène à l’automutilation et au suicide.

Les accords économiques doivent profiter aux Africains

Dans ce contexte, le président Sánchez entreprend sa mini-tournée africaine dans un avion avec plus d’hommes d’affaires que de ministres. Juste le Foreign Office, Arantxa González Laya devant les membres du CEOE, la Chambre de Commerce et les dirigeants d’Elecnor, AEE Power, Airbus, TSK, Riu, Globaltec Developments and Engineering, Redondo y García, Impulso, Grupo Agem Ingeniería y Proyectos … Parce que, notamment jeudi dans la capitale angolaise, Luanda, il s’agissait de relancer les affaires.

Developper la coopération avec l’Angola est quelque chose de positif tant qu’il inclut le bénéfice des Angolais contre l’intérêt exclusif des entreprises espagnoles. Cet électeur dont le poste électrique a été visité, tous ceux qui vont bénéficier des accords de transport aérien, de pêche, d’agriculture et d’industrie et les accords annoncés. crédits. Light et sténographes déjà sur le contenu de ces accords. Et sur les taxes attachées. Nous devons apprendre à les connaître: espagnol et angolais. Parce qu’après les indépendances africaines de la fin des années 50, nous, Européens, sommes devenus experts dans le déguisement de notre néocolonialisme coopératif. «L’aide alimentaire qu’ils nous apportent est faite avec la farine qu’ils emportent», proclame ce 31 mars dans une magistrale vignette à El Roto son dessin d’une femme africaine. En Afrique, où 40% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté, il n’y a plus de trucs occidentaux.

Si vous voulez vraiment une relation d’égalité avec l’Afrique, comme l’annonce Sánchez, – bienvenue ! Il est temps ! – vous ne pouvez pas faire la chose habituelle: dévaster les ressources de l’Afrique et crier quand les Africains migrent pour survivre. Suketu Metha l’expose magistralement dans son récent This land is our land: son grand-père, né dans l’Inde colonisée, a répondu, déjà dans sa vieillesse à Londres, à un raciste anglais qui le harcelait qui était là à cause de tous ses maux et à votre pays.

Collusion avec l’autoritarisme au Sénégal

Cependant, le point le plus épineux du voyage présidentiel en Afrique est que se rendre à Dakar a été conçu comme une approbation du président Macky Sall juste un mois après son attaque contre le système démocratique de son pays et contre les libertés et droits des Sénégalais. Bien que Sall ait été élu en 2012 comme l’espoir du peuple pour conquérir sa souveraineté face aux ingérences extérieures (notamment françaises), la situation ne s’est pas améliorée. La corruption est dénoncée dans les affaires notamment dans le pétrole et le gaz. Lire l’ouvrage: « Pétrole et gaz: Chronique d’une spoliation », de l’ancien fonctionnaire des Impôts Ousmane Sonko. Ensuite, l’emprisonnement de deux opposants: Karim Wade (2013), Khalifa Sall (2017) et la tentative sur Ousmane Sonko (2021), les élections controversées de 2019, La répression de manifestations pacifiques en mars avec un demi-millier d’arrestations et au moins douze meurtres signifient que le président Sánchez devrait éviter la collusion.

La position de Sánchez dans la conférence de presse conjointe avec Sall a été particulièrement embarrassante lorsque la journaliste sénégalaise Anna Rocha, de la radio RFM, a demandé au premier ministre espagnol si l’Union Européenne enquêtait sur les propos du President d’Horizons Sans Frontières (ONG qui lutte pour les migrants) Boubacar Seye (citoyen espagnol par ailleurs) emprisonné pour avoir pointé du doigt le détournement de fonds européens destinés à stopper la migration par le gouvernement Macky Sall et qui n’a été libéré que grâce à la pression d’entités comme Amnesty International.

Eh bien, le président sénégalais s’est empressé de dire pour une question posée à son hôte: « Cela n’existe pas. Il faut arrêter de dire du mal du pays et de son gouvernement. Ce sont des affabulations », puis Sánchez s’est limité à:« Je n’ai aucune information et je rejoins les mots du président Sall». Il faut savoir que le journalisme au Sénégal est en jeu. En lui posant la question (minute 45:51 de la vidéo), la reporter a fait montre de cran. Récemment, des chaînes de télévision ont été fermées et des journalistes emprisonnés. Honteux !

Le respect des droits de l’homme a été exigé de la Turquie même lors de la récente rencontre avec le président Erdogan du président de la Commission européenne, Úrsula von der Leyen. Ne parlons pas de Borrell réprimandant le ministre russe des Affaires étrangères Labrov pour avoir harcelé l’opposition Navalni. Ou le soutien en Espagne à l’opposition vénézuélienne. Sánchez aurait dû démontrer, au Sénégal, un alignement sans faille avec la démocratie et les droits de l’homme.

Difficile, bien sûr, face au plus plein d’espoir du séjour à Dakar, la visite du premier Institut Cervantes en Afrique subsaharienne qui ouvrira à l’automne, la priorité a été de concrétiser l’engagement de Macky Sall à réprimer autant que possible le départ de migrants en bateau et réactiver les vols d’expulsion interrompus depuis 2018.

Dans cette optique répressive, Sánchez a passé en revue les cinquante gardes civils et policiers nationaux que nous avons dans le port de Dakar, le saviez-vous? Avec deux bateaux de patrouille et un hélicoptère. Arrêter les bateaux. Souhaiterions-nous que le Royaume-Uni dépose des membres de Scotland Yard dans les Pyrénées afin qu’aucun Espagnol ne se rende à Londres pour travailler comme serveur ou infirmier?

Point et à part, ce coffre de Sánchez sur le déploiement militaire de l’Espagne au Sénégal, le détachement d’ivoire qui s’est également rendu hier, et dont la mission est de soutenir la prétendue lutte européenne contre la menace djihadiste menée par la France. Une Opération Sahel lancée en 2013, qui selon des analystes comme Philippe Leymarie du Monde Diplomatique, est « une guerre qui ne peut être gagnée » et qui, comme l’ONU vient de le dénoncer, provoque des massacres de civils, dont 19 personnes participant à une mariage au Mali.

Assister à la migration sans répression, de la racine

Le collègue du chroniqueur turc Barçin Yinanç du journal numérique Yetkin Report a averti cette semaine que ne pas que payer plus de millions et fermer les yeux sur Erdogan (que le président italien Draghi lui-même qualifie de «dictateur») arrêtera la migration en mer Égée. La même chose se produit à notre extrémité de la Méditerranée. Et la même chose dans le désert entre le Mexique et les États-Unis où cette semaine l’enfant nicaraguayen a failli mourir dont la vidéo en a ému tant.

Pour trouver des solutions, il faut aller aux causes. Et parmi elles, l’exploitation du sud par le nord se démarque et le racisme. La série HBO récemment sortie Exterminate the sauvages se concentre sur les deux, dont le réalisateur, l’Haïtien Paoul Peck, vient de souligner très sagement que, s’agissant de son impérialisme, «l’Europe est toujours en phase de déni». C’est pourquoi le footballeur de Cadix, Cala, insiste sur le fait qu’il n’y a pas de racisme dans le football espagnol et l’équipe de Pedro Sánchez n’a pas vu à quel point il est offensivement raciste de penser que la norme démocratique que les sénégalais méritent consiste à emprisonner l’opposition et à tuer ceux qui protestent.

L’espoir: l’activisme civil

Bien que ce voyage de Sánchez soit une occasion perdue où il n’y a pas de temps à perdre parce que Vox et ses partenaires fascistes en Europe grandissent avec leur haine du migrant qu’est l’antisémitisme du XXIe siècle, l’espoir perdure. La bonne nouvelle est peut-être que, malgré ce que nous, Européens, continuons d’écrire comme si le sort du monde ne dépendait que de nous, ce n’est pas le cas, il y a un militantisme civil africain très intéressant, panafricaniste, vigoureux, bien que presque personne ici ne s’en rende compte.

Nous sommes attentifs aux propositions et avancées des mouvements civils tels que le Congolais LUCHA (Lutte pour le changement) et Filimbi («sifflet» en lingala), le Yenamarre sénégalais (On en a marre), France Dégage (Sortez, France), le Burkinabe Balai Citoyen (Citizen Broom), les Africtivistes, les Urgences panafricanistes, ou encore le Pouvoir du Peuple ougandais, autour du chanteur Bobi Wane.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.