Thomas Sankara ou le « Che Guevara africain »

15 octobre 1987 – 15 octobre 2021. Voilà déjà 34 ans que Thomas Sankara nous a quittés. Un quart de siècle est largement passé mais Sankara fascine toujours autant et son combat toujours d’actualité.

Il fut un illustre fils du continent africain qui a eu un destin brillant et tragique. Il fut chef de l’Etat du Burkina Faso (nom qu’il donna à la Haute- Volta) de 1983 à 1987. Sankara fut un homme d’Etat anti-impérialiste et un panafricaniste. Il fut une figure emblématique de la première révolution burkinabè du 4 août 1983.

L’histoire retiendra que Thomas Sankara est mort lors d’un coup d’état mené par son ami intime Blaise Compaoré le 15 octobre 1987. Ses assassins ont pris le pouvoir mais ce qu’ils ne savaient pas c’est que Sankara, adulé par le peuple africain, allait devenir l’icône de la jeunesse du continent. Son action a marqué le Burkina Faso mais toute l’Afrique.

Dirigeant avant-gardiste, il était un chantre de l’écologie politique, du féminisme et de la mondialisation, pas celle ultra libérale mais celle des prolétaires, des petites gens.

RIP le président, le révolutionnaire, le panafricaniste, le mélomane, le musicien !

Les grands hommes ne meurent jamais !

La morale de l’histoire de Thomas Sankara:

Il est souvent bien près, l’ennemi que nous cherchons bien loin. Ainsi notre meilleur ami pourrait être notre pire ennemi.

(Sur la photo bien Blaise Compaoré derrière Thomas Sankara)

Share

Mamadou Sekk est un passionné de culture et de musique africaine. Il est l'initiateur du Berger Des Arts (Gaynaako Ñeeñal) The Shepherd Of Arts et Festival Blues D'Afrique / Assoc. Le Berger Des Arts est dédié à la collecte, la conservation, la mise en valeur et l'interprétation des musiques du monde, sous-estimées ou en péril, qui ont contribué à la naissance du Blues afin d'éviter leur disparition.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.