Petite plongée dans la culture Mancagne

Petite plongée dans la culture Mancagne… Extrait: « Les Brames ou Mancagnes du Sénégal et de la Guinée Bissau « 
(Essai sur les Us et Coutumes)

C’est la commémoration des fidèles défunts dont l’image la plus parlante serait le 2 novembre chez les Catholiques, lendemain de la Toussaint. Il marque la dernière des fêtes de l’année Brame (Mancagne), et marque aussi la fin de l’année Brame. Au cours de cette cérémonie on invoque les parents décédés pendant l’année. C’est aussi durant ces festivités funéraires que les brames savent si le roi régnant vivra encore l’année suivante.

Six jours avant le Nguran, les conseillers du roi BANJAÑAN (les deux hommes en rouge sur la photo) organisent une sorte de retraite dans l’enceinte du palais (Pmesh) durant laquelle ils tiennent compagnie au roi cinq ou six jours. On trouve du reste ce même type de retraite dans certaines familles Brames (Mancagne) qui au cours de l’année ont eu en leur sein un membre défunt. Au bout de ces cinq ou six jours ont lieu les cérémonies de NGuran.

Chaque famille concernée se réunit dans une case spéciale en mémoire du défunt (pour commémorer le défunt). La famille est obligée d’organiser en commun des séances de pleurs à grands cris et cela du matin au soir pour une séquence d’environ une heure. On commence le matin vers cinq heures pour terminer avant l’aube. Dans l’après midi les pleurs commencent après le déjeuner. Il en est ainsi pendant cinq jours et le sixième jour, commencent les cérémonies.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *