Mdundo, la startup musicale veut grandir

Mdundo service de musique lancé en 2013 veut grandir vite.  Depuis le début du mois de septembre, la startup kenyanne qui a son siège au Danemark. est cotée en bourse. Elle vient de lever 6,4 millions de dollars  dans le but de consolider sa position de leader dans le marché de la musique. Son ambition est de se positionner comme une marque panafricaine.

Cinq millions d’utilisateurs actifs par mois dans 15 pays d’Afrique subsaharienne, 20 millions de téléchargements et de flux mensuels via son site Web et son application, Mdundo s’installe définitivement dans le marché de la distribution de musique. La startup ne compte pas s’arrêter à cela.

Son entrée en bourse sur Nasdaq First North et l’ouverture à la négociation de ses actions, vise à obtenir des fonds supplémentaires pour son expansion continue sur de nouveaux marchés africains. Son objectif est de confirmer sa marque en tant que panafricain et leader sur le marché de la distribution musicale.

Les principaux marchés de la société sont le Kenya, la Tanzanie, l’Ouganda, le Nigéria et le Ghana, avec un accent croissant sur la Zambie, le Zimbabwe, le Mozambique, l’Angola, le Rwanda, le Cameroun, le Congo, le Malawi, l’Afrique du Sud et la Namibie.

Au cours de la période d’appel d’offres de deux semaines précédant la date de cotation, l’offre de vente d’actions de Mdundo a été sursouscrite de 110%, recevant des souscriptions de près de 3 000 investisseurs et levant 40 millions de DKK (6,4 millions de dollars).

Pour Martin Nielsen, PDG de Mdundo le défi est clair: c’est d’avoir comme référence Spotify et Tencent pour imposer son entreprise en Afrique.

«Mdundo compte actuellement cinq millions d’utilisateurs mensuels, mais notre potentiel est plus de 30 fois supérieur. Avec une courbe de croissance abrupte et une solution très évolutive, nous prévoyons d’investir davantage dans la croissance des utilisateurs afin d’étendre notre couverture de marché à l’ensemble de l’Afrique subsaharienne, de sorte que d’ici environ trois ans, nous aurons bien établi Mdundo en tant que leader pan- Service de musique africaine pour les consommateurs et les musiciens. De cette manière, nous voulons réaliser en Afrique ce que Spotify a réalisé en Occident et ce que Tencent a réalisé en Asie », a déclaré Martin Nielsen.

En Afrique, 30% des utilisateurs de téléphones mobiles écoutent de la musique sur leur téléphone portable, mais cela se fait principalement par le biais de téléchargements illégaux, comme la situation en Europe et aux États-Unis il y a environ 15 ans. Tout comme des services comme iTunes et Spotify ont pris le contrôle de ce marché, Mdundo se positionne en tête de la courbe en Afrique subsaharienne, favorisant l’adoption de l’accès à la musique via son service de musique légal.

« C’est l’un de nos principaux objectifs chez Mdundo, pour amener les personnes qui accèdent actuellement à la musique illégalement en Afrique à passer aux plateformes légales. Nous croyons en une industrie de la musique juste et ouverte sur le continent, où les artistes africains sont rémunérés pour leur excellente musique, et les fans peuvent écouter toute la musique qu’ils veulent à un prix bas / abordable » a déclaré Nielsen.

La startup dit qu’elle «travaille sans relâche» pour promouvoir la consommation légale de musique en Afrique, et a jusqu’à présent joué un rôle déterminant dans la suppression de plus d’un million de liens vers de la musique africaine illégale de Google.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *