Lettre aux Présidents de la CEDEAO en partance pour Bamako

Dakar, le 22 Juillet 2020 ; 22h 33mn

Monsieur Macky Sall, Président du Sénégal

Mr Alassane Ouattara, Président de la Côte d’Ivoire

Mr Nana Akuffo Ado, President du Ghana

Mr Mohamed Issoufou, Président du Niger

Mr Mohamed Buhari, Président du Nigéria

Chers Présidents,

Le modeste citoyen africain, Ouest-africain et sénégalais que je suis, se permet, eu égards aux nuages sombres qui s’amoncellent sur la tête de notre communauté de destin, de vous apporter ma  modeste contribution et conseils avant votre arrivée en terre malienne frère.

Depuis 2011, le très cher peuple du Mali (un peuple avec une histoire qui fait la fierté de tout un continent), se trouve laisser á la merci de forces « mystérieuses » dont la seule finalité est, non seulement la déstabilisation d’un pays victime des plans d’ajustement structurels et, confronté depuis 2011, á une tentative sans équivoque de déstabilisation dont les tenants et aboutissements nous échappent. Cependant, force est de constater que depuis lors la situation ne cesse de s’empirer, malgré les tenues successives d’élections ‘’ démocratiques’’.

Dès le début de ce qu’on peut communément appeler « la crise malienne », tous les chemins devant mener á la réunification, á la pacification, á la sécurisation et surtout á la prise en compte des multiples demandes de ce peuple meurtri, ont été occulté sous l’autel d’intérêts géopolitiques qui ne prennent pas en compte , comme jadis les fameux PAS, les intérêts des populations impactées.

Les effets collatéraux de l’attaque injuste et injustifiée sur la Lybie de feu Mouammar Kadhafi ont été les étincelles qui ont conduits á la situation actuelle au Mali. Oui, sans cette attaque, nous n’en serions pas lá !

Depuis les massacres de militaires maliens d’Aguelhok, jusqu’á votre arrivée demain Jeudi 23 Juillet 2020 á Bamako, s’il vous plait, ayez une pieuse pensée pour ces milliers de frères martyrs d’un conflit qu’ils ne comprennent pas et qui les dépassent.

Si on n’en prend pas garde, la situation risque de se métastaser et conduire á une déstabilisation ‘régionale de la CEDEAO, avec comme corollaires des populations meurtries et une insécurité totale.

Compte tenu du contexte délétère malien, je vous conseillerais vivement d’être á l’écoute des requêtes de ce peuple meurtri qui n’aspire qu’á la paix et á la sécurité comme tous les citoyens de la CEDEAO. Sortez des chantiers battus et arbitrer ne mettant au-devant les aspirations du peuple malien. Laissez les solutions préfabriquées dans les douillets bureaux et faites preuve d’empathie pour des solutions novatrices, saines, consensuelles et durables, seules gages d’un développement durable et harmonieux.

Ecoutez toutes les partis, sans à priori et si un partage du pouvoir semble être la meilleure solution, osez le dire au Président IBK, car l’avenir du Mali dépasse sa personne. Aux dirigeants du M5, dites leurs, que la destitution du Président élu est anticonstitutionnelle et qu’un partage « honnête et consensuel » du pouvoir avec l’exécutif démocratiquement élu, devrait concourir á ramener la paix pour pouvoir répondre, unis, aux défis qui font face à la nation malienne.

Ne commettez pas les impairs de Ouagadougou, durant le douloureux coup d’Etat de Diendére’, il y va de votre responsabilité.

Tous les maliens vous attendent et tous les citoyens ouest-africains vous observent.

Que Dieu et les esprits des anciens vous accompagnent. Amen

Share

Alpha Waly Diallo est un spécialiste en Relations Internationales. Il a séjourné longtemps au Maroc et en Afrique du Sud. À Johburg il a même rencontré Madiba ... Diplômé D'Etudes Supérieures en Commerce et Administration des Entreprises (DESCAE), ce consultant et chercheur réputé est un habitué des sommets continentaux sur le développement, la démocratie et la gouvernance. Passionné de géopolitique, Alpha disséque pour Kirinapost les frémissements de la marche du monde. E-mail : alphawally@yahoo.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *