LE SÉNÉGAL À SANG ET À FEU🇸🇳

Daouda Mbaye • Qui pourrait imaginer qu’au XXIème siècle, le Sénégal qui jadis, était la vitrine de la démocratie en Afrique, allait être le théâtre de violences commises à l’endroit des citoyens et de Violences des droits fondamentaux ? De Paris à Montréal en passant par New-York, les sénégalais de l’extérieur, par des manifestations et des rassemblements participent, comme s’ils étaient à Dakar, à la libération du peuple et tentent d’alerter l’opinion internationale sur le danger qui guette leur pays.  

Manifestation à Paris des sénégalais de France le 6 février 2021 ©Daouda Mbaye

L’arrestation arbitraire d’Ousmane Sonko, principal opposant du régime, a déclenché une série de manifestations violemment réprimées par les forces de l’ordre et les milices armées commandées par le président Macky Sall, appelées FOX RIVER ou Marron-Beige.

À l’instant où nous vous écrivons, certains médias Sénégalais ont vu leurs signaux coupés de la TNT car ayant commis l’unique erreur de relayer l’information en temps réel. Aucune alternative ne leur a été accordée. L’accès à Internet est constamment saboté, et les Lives sur YouTube interrompus. Reporters sans Frontières section Afrique de l’Ouest par la voix de son représentant Assane Diagne a fermement condamné ce qu’il considère comme une « violation flagrante » du droit à l’information.

Par ailleurs, l’usage d’armes à feu face à des populations civiles qui ne représentaient aucun danger pour les forces de l’ordre, n’est que le symbole d’un État voyou.

Ces violentes répressions ont conduit à la mort au moins de huit (8) civils, à plus d’une centaine blessées et d’arrestations arbitraires.

Nous interpellons les organisations de défense des droits de l’Homme, la CEDEAO, l’Union Africaine et la presse internationale à venir au secours à la population sénégalaise livrée à son sort.

Nous sommes impuissants et avons peur face aux milices armées déployées en pleine capitale et dans les régions. La presse nationale est prise en otage, le peuple agressé, tabassé et accusé de terrorisme.

Malgré cette tuerie sans pitié, le peuple sénégalais continue à se battre pour la sauvegarde des principes démocratiques.

Les sénégalais de Paris ont dit ce samedi, Place de la République, non à la dictature dans leur pays d’origine ©Daouda Mbaye

Nous exigeons la libération immédiate et sans conditions des otages politiques dont l’opposant Ousmane Sonko. Surtout, nous exigeons la démission de Macky Sall. La dictatures est galopante, mais le peuple ne cédera pas ! 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *