kourouma en sept phrases

Ahmadou Kourouma est l’un des plus brillants écrivains du continent. D’origine ivoirienne, Kourouma est né le 24 novembre 1927 à Boundiali.  Il est décédé le 11 décembre 2003 à Lyon en France. Parmi ses ouvrages : « Les Soleils des indépendances (1968, aux Presses de l’Université de Montréal), « En attendant le vote des bêtes sauvages » (1998 aux éditions du Seuil) et « Allah n’est pas obligé » (2000 aux éditions du Seuil)

« Il y a dans la vie de chacun de nous des mots qu’on regrettera toujours d’avoir prononcés, des mots qu’on n’aurait jamais dû sortir, des mots qu’on aurait dû avaler : les mots qui changèrent notre destin. »

« Ce n’est pas une injure ou un affront qui empêche le soleil de se coucher. »

« Allah crée chacun de nous avec sa chance, ses yeux, sa taille et ses peines. »

« Le pouvoir est une femme qui ne se partage pas. »

« Les animaux traitent mieux les blessés que les hommes. »

« Il n’y a pas de justice sur cette terre pour le pauvre. »

« Ingérence humanitaire, c’est le droit qu’on donne à des Etats d’envoyer des soldats dans un autre Etat pour aller tuer des pauvres innocents chez eux, dans leur propre pays, dans leur propre village, dans leur propre case, sur leur propre natte. »

Quelques recompenses:

Grand Prix Poncetton de la Société des Gens de lettres 1998

 Prix du Livre Inter en 1999

Prix Renaudot en 2000

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *