Abdel Kader Haidara, cet héros qui a sauvé des trésors culturels à Tombouctou

 

Dans cette sombre procession, il y a eu des victoires occasionnelles pour la culture sur l’extrémisme, comme la reprise le mois dernier de l’ancienne ville syrienne de Palmyre, qui peut maintenant être restaurée et revenir à sa gloire. Un cas moins connu de sauvetage culturel présente un héros improbable: un collectionneur de livres et bibliothécaire de 51 ans, Abdel Kader Haidara, dans la légendaire ville de Tombouctou, dans le pays ouest-africain du Mali.

L’histoire commence en avril 2012, lorsque M. Haidara est rentré chez lui après un voyage d’affaires pour apprendre que la faible armée malienne s’était effondrée et que près de 1 000 combattants islamistes de l’une des filiales africaines d’al-Qaïda, al-Qaïda au Maghreb islamique, avaient occupé sa ville. Il a rencontré des pillards, des coups de feu et des drapeaux noirs flottant dans les bâtiments du gouvernement, et il craignait que les dizaines de bibliothèques et de dépôts de la ville – abritant des centaines de milliers de manuscrits arabes rares – soient pillés.

Les prix de la collection privée de M. Haidara, conservée dans sa bibliothèque commémorative, comprennent un minuscule Coran de forme irrégulière du XIIe siècle, écrit sur du parchemin fait à partir de peau séchée d’un poisson et scintillant de lettres et de gouttelettes arabes bleues illuminées d’or. Sa collection possède également de nombreux volumes profanes: manuscrits sur l’astronomie, la poésie, les mathématiques, les sciences occultes et la médecine, comme un volume de 254 pages sur la chirurgie et les élixirs dérivés d’oiseaux, de lézards et de plantes, écrit à Tombouctou en 1684. «Beaucoup de les manuscrits montrent que l’islam est une religion de tolérance », m’a-t-il dit.

Abdel Kader Haidara avec d’anciens manuscrits familiaux, Tombouctou, Mali, 2007. PHOTO: AMI VITALE / PANOS

M. Haidara savait que de nombreuses œuvres dans les dépôts de la ville étaient d’anciens exemples du discours raisonné et de l’enquête intellectuelle que les djihadistes, avec leur intolérance et leur vision rigide de l’islam, voulaient détruire. Les manuscrits, pensait-il, deviendraient inévitablement une cible.

Quelques jours après le début de l’occupation djihadiste, M. Haidara, qui travaillait à plein temps comme restaurateur de livres, archiviste et collecteur de fonds, a rencontré ses collègues au bureau de l’association des bibliothèques de Tombouctou, qu’il avait formée 15 ans plus tôt. «Je pense que nous devons retirer les manuscrits des grands bâtiments et les disperser dans la ville dans des maisons familiales», leur a-t-il dit, en se remémorant la conversation pour moi deux ans plus tard. « Nous ne voulons pas qu’ils trouvent les collections de manuscrits et les volent ou les détruisent. »

Des mois plus tôt, le bureau de la Fondation Ford à Lagos, au Nigéria, avait accordé à M. Haidara une subvention de 12 000 $ pour étudier l’anglais à Oxford à l’automne et à l’hiver 2012. L’argent avait été viré sur un compte d’épargne. Il a envoyé un courriel à la fondation et a demandé l’autorisation de réaffecter les fonds pour protéger les manuscrits des mains des occupants de Tombouctou. L’argent a été débloqué en trois jours. M. Haidara a recruté son neveu et ils ont contacté des archivistes, des secrétaires, des guides touristiques de Tombouctou et une demi-douzaine de parents de M. Haidara.

Le résultat a été un braquage digne de « Ocean’s Eleven ». Ils ont acheté des troncs en métal et en bois à un rythme compris entre 50 et 80 par jour, fabriqué plus de conteneurs en barils de pétrole et localisé des maisons sûres dans la ville et au-delà. Ils ont organisé une petite armée d’emballeurs qui ont travaillé silencieusement dans l’obscurité et organisé le transport des ânes dans leurs cachettes.

En huit mois, l’opération a impliqué des centaines d’emballeurs, de chauffeurs et de coursiers. Ils ont fait sortir clandestinement les manuscrits de Tombouctou par la route et par la rivière, passé les postes de contrôle djihadistes et, sur le territoire gouvernemental, les troupes maliennes suspectes. Au moment où les troupes françaises ont envahi le nord en janvier 2013, les radicaux n’avaient réussi à détruire que 4 000 des 400 000 manuscrits anciens de Tombouctou. « Si nous n’avions pas agi », m’a dit M. Haidara plus tard, « je suis presque sûr à 100% que beaucoup, beaucoup d’autres auraient été brûlés. »

M. Haidara était particulièrement fier d’avoir sauvé un manuscrit: un volume en ruine sur la résolution des conflits entre les royaumes de Borno et de Sokoto dans ce qui est aujourd’hui le Nigéria, l’œuvre d’un saint guerrier et intellectuel soufi qui avait brièvement gouverné Tombouctou au milieu du XIXe siècle. Cet homme, a fait valoir M. Haidara, était un djihadiste au sens originel du terme celui qui lutte contre les mauvaises idées, les désirs et la colère en lui-même et les soumet à la raison et à l’obéissance aux commandements de Dieu. C’était, pensait-il, une réprimande appropriée à tout ce que les militants défendaient.

 M. Hammer est un ancien correspondant étranger de Newsweek et l’auteur, plus récemment, de «The Bad-Ass Librarians of Timbuktu» (Simon & Schuster).
Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *