TAM TAM: Farandole Politique

 Si le fait politique intervenait dans notre PIB, nous serions au niveau des plus grandes puissances économiques du monde. À lire nos quotidiens, à écouter nos radios, à regarder nos chaînes de télé, l’impression nous est donnée que rien n’intéresse plus les sénégalais que la politique et le ballet virevoltant de ses hommes.

Pas un débat, pas une couverture de journal sur les hôpitaux dangereux, sur nos écoles à produire des cancres, sur notre environnement insalubre, sur notre jeunesse désespérée… Mais chaque jour nous renseigne sur tous les actes que posent nos hommes politiques. Ils marient leurs filles, on le sait, ils ont un accident de voiture bénin, on le sait, ils changent de casaque, on le sait, ils insultent un concurrent, et hop, ils enflamment les grand-places.

Le spectacle qu’ils nous offrent à l’Assemblée nationale nous afflige, nous le commentons avec dépit, mais nous devrions comprendre que tous ces hommes politiques, dont la plupart n’ont réussi à aucun autre concours qu’à celui de circonstances, sont souvent constitutifs de ce que l’on appelle la « galaxie Wade ». Ils en ont étés les fidèles les plus zélés, puis les contempteurs les plus vifs, et cela ne les gêne pas le moins du monde d’aller lui rendre visite chez lui, comme pour en faire le Maître du Jeu. Les entend-on, ces hommes au sortir de leurs génuflexions devant l’homme qui les a faits de toutes pièces, se plaindre des problèmes qui assaillent les sénégalais et vouloir y remédier ? Non, pas une seule seconde.

Ils nous parlent d’alliances, de refus de troisième mandat de celui qui faisait partie du sérail et qui s’en est affranchi, en fait ils nous causent tous de la perpétuation de leur espèce, et des conditions de leur survie politique. Et qui de mieux pour orchestrer ce ballet que Abdoulaye Wade qui toute sa vie n’aura su faire que de la politique, en en faisant un combat.

Le souci pour ces hommes qui ont squatté notre espace démocratique, c’est que le spectacle de leurs indécentes farandoles politiques, n’irrite même plus les sénégalais. Ils sont passés de la colère au dépit. C’est plus grave et souvent plus éruptif, comme ce qui s’est passé à Mbour et qui est injustifiable, indéfendable, mais qui a le goût excitant de l’éruption. Les Tremblements d’Hommes, sont parfois plus dévastateurs que le Tremblements de Terre. A bon entendeur… Un peu de décence…

Share

Journaliste de formation, J.P.C est une voix radiophonique unique mais aussi une plume corrosive. Ses analyses fines sur la vie politique, sociale et culturelle du Sénégal font références. Ses éditos sont sur Kirinapost.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.