Petites théories (exagérées) d’approximations linguistiques

Umàr Sali Souvent, il suffit qu’un mot walaf sonne « arabe », « français », « russe » ou anglais » pour que la conclusion hâtive du « mot d’emprunt » tombe ! Oubliant que la Nubie et l’Égypte ont été des territoires de tous les métissages..

1. Aduna (la terre en walaf) : la langue étant parlée bien des millénaires avant JC, l’expression : « Aduna wërngël këp » est simplement la preuve que ces peuples, bien avant Galilée (16e siècle), savait que la terre est bien ronde (wërngël = boucle / et këp = couvercle)

2. Feebar (être malade). « Fa bar » en réalité : on peut s’empresser de dire « c’est une déformation de  » fièvre  »

Pour nommer la maladie, le walaf a des expressions incroyables : « dama tawat »,  » dama feebar », « dama jagadi »,  » sama yaram defa sutënté » « dama wopp » (yaram bu baayi. Du Pël « woppi »)

« Fa bar » : « bar » traduisant une accélération d’un état normal. En plus de trouver « l’hyper », le walaf avait aussi nommé  » l’hypo » (ralentissement) par « tooy » et « tawat » (humidité, glaciation). Donc « sama yaram défa bar ou  » fa bar »…

3. Une preuve ornithologique des origines abyssiniennes du walaf

Cet oiseau, appelé « rollier d’Abyssinie », est aussi connu comme  » rollier du Sénégal « . Le walaf l’appelle  » bàqar » (n’est-ce pas aussi qu’on nomme « le péché » ?)..

 

Crédits: Liliane Clément Photography

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.