Maradona en 20 phrases cultes

Diego Maradona n’était pas qu’un footballeur de génie. C’était un homme engagé avec une forte conscience politique, comme du reste la plupart des sud américains. Pelusa était l’enfant du peuple. Il respirait le peuple. Il parlait comme lui et il était fier de ses origines. C’est pourquoi ce peuple l’a tant adulé et lui a pardonné ses excès. Certes, il a rendu à l’Argentine sa fierté avec des trophées et notamment une coupe du monde, mais il était aussi admiré pour son coté « peuple » et enfant des rues. Il aimait dire: « Je suis noir ou blanc. Je ne serai jamais gris. » Ceci pour marteler le fait qu’il ne négociait pas ses engagements ou essayer de plaire. Le Pibe De Oro sous ce rapport était un bon client pour les journalistes parce qu’il savait envoyer des pépites. Diégo en vingt phrases cultes.

« Beaucoup disent de moi, « tu es dieu », et moi, je leur réponds « vous dites n’importe quoi ». Dieu est Dieu et moi, je suis un simple footballeur. »

« Je ne sais pas ce que je vais faire dans 15 minutes, alors comment voulez-vous que je sache ce que je vais faire demain ? »

« Jusqu’à aujourd’hui, j’ai vécu 40 ans qui en valent au moins 70. Ma vie a été bien remplie : je suis sorti de Fiorito (son bidonville) pour atteindre le toit du monde, là haut, tout en haut de la célébrité. Mais une fois arrivé là, j’ai dû me démerder tout seul. » ( À ses 40 ans)

« Si Pelé est Beethoven, je suis le Ronnie Wood, le Keith Richards et le Bono du football réunis. Parce que j’incarnais le côté passionné du football. »

« Si je ne m’étais pas drogué, on ne parlerait même pas de Pelé. »

« Battre River Plate c’est aussi agréable que lorsque ta maman vient te réveiller le matin avec un bisou. »

« Jouer à huis clos, c’est comme jouer dans un cimetière. »

« À la clinique, lorsque j’étais interné, certains se prenaient pour Robinson Crusoé, d’autres pour Napoleon, et moi, personne ne me croyait lorsque je leur disais que j’étais Diego Maradona. »

« J’ai grandi dans une résidence privée… Privée d’eau, d’électricité et de téléphone. »

 « J’ai un avantage sur les politiques : eux, ils sont publiques et moi, je suis populaire. »

« Le numéro un des révolutionnaires, c’est le Che, avec Fidel en tête. Moi, je viens dans le peloton qui suit. »

« Dans mon cœur et dans mon âme je suis Palestinien. »

« Fidel a été comme mon second père. Après la mort de mes parents, la disparition de Fidel c’est ma plus grande douleur. Le plus grand est mort, le plus grand sans aucun doute. »

« Je me suis fâché avec le pape. Je suis allé au Vatican : le plafond était recouvert d’or. Et après, on nous dit que l’église se préoccupe des plus pauvres. Mais, putain, mec, vends le toit ! Fais quelque chose ! »

« Les dirigeants de la FIFA sont des vieux messieurs cramponnés à leurs fauteuils. Ils n’aiment ni le football ni les joueurs. Tout ce qui les intéresse, c’est l’argent. »

« Les fous, les alcoolos et les enfants sont les seuls qui disent la vérité. »

 « Je voulais faire ma cure de désintoxication aux États-Unis, mais Bill Clinton, avec sa tête de thermos, m’a refusé l’entrée dans son pays. »

« Je suis privilégié, mais uniquement parce que c’est la volonté de Dieu. Dieu m’a fait bien jouer. Il m’a donné cette capacité à la naissance. C’est pourquoi je fais le signe de croix à chaque fois que j’entre sur le terrain. Si je ne le faisais pas, je trahirais Dieu. »

 « Le football est le sport le plus beau et le plus sain au monde. Le football ne devrait pas avoir à payer pour mes erreurs. Ce n’est pas la faute du ballon. »

 « Si je meurs, je veux renaître et je veux redevenir footballeur, je veux redevenir Diego Armando Maradona, le footballeur qui a donné de la joie aux gens, c’est suffisant pour moi. Merci d’avoir joué au football car c’est le sport qui m’a donné le plus de bonheur et de liberté et c’est comme avoir touché le ciel avec ma main. Merci au ballon. Oui, je mettrais sur la pierre tombale …” Merci au ballon. »

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.