Les élèves kenyans se mettent au Mandarin

Le Mandarin continue son offensive en Afrique. Désormais, les élèves kenyans pourront, dès l’âge de 10 ans et au-delà, s’initier à la langue chinoise, comme ils le font déjà pour l’arabe, le français, ou l’allemand.

Le cursus d’apprentissage du mandarin aux écoliers kényans est au point. L’annonce est de Julius Jwan,  Directeur de l’Institut de l’Elaboration des Programmes du Kenya (KICD), qui se montre optimiste.

Nairobi veut donner aux jeunes kenyans les outils nécessaires pour faire face à une mondialisation dans laquelle l’économie chinoise est entrain de jouer de plus en plus les premiers rôles. Quoi de mieux alors que de maîtriser le mandarin ?

Des pays comme le Cameroun ou l’Afrique du Sud ont déjà lancé des programmes visant à initier leurs élèves au mandarin. Le Kenya n’entend pas rater le wagon. L’idée est aussi de promouvoir l’arrivée massive de touristes chinois dans le pays.

De son coté, Pékin, avec l’ouverture de plusieurs centres Confucius dans beaucoup de pays du continent (sorte d’Institut Français, Goethe institut pour les allemands ou Cervantes pour les espagnols), entend par la culture s’installer durablement en Afrique.

 

 

Crédits: The Abdul Latif Jameel Poverty Action Lab

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.