La persécution contre Julian Assange était concertée, selon Nils Melzer

Selon le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture, le Royaume-Uni et les États-Unis se sont concertés pour détruire publiquement le fondateur de WikiLeaks – et dissuader les autres de dénoncer leurs crimes. Source: jonathan-cook & Les Crises.

La ministre britannique de l’Intérieur, Priti Patel, décidera ce mois-ci si Julian Assange doit être extradé vers les États-Unis, où il risque une peine pouvant aller jusqu’à 175 ans, probablement purgée en isolement strict, 24 heures sur 24, dans une prison haute sécurité américaine. Il a déjà passé trois ans dans des conditions tout aussi difficiles dans la prison de haute sécurité de Belmarsh, à Londres.

Les 18 chefs d’accusation retenus contre Assange aux États-Unis sont liés à la publication par WikiLeaks, en 2010, de documents officiels ayant fait l’objet de fuites, dont beaucoup montrent que les États-Unis et le Royaume-Uni sont responsables de crimes de guerre en Irak et en Afghanistan. Personne n’a été traduit en justice pour ces crimes.

Au lieu de cela, les États-Unis ont défini le journalisme d’Assange comme de l’espionnage – et, par voie de conséquence, ont affirmé leur droit de saisir tout journaliste dans le monde qui s’attaque à l’État de sécurité nationale américain – et les tribunaux britanniques ont donné leur bénédiction dans une série d’audiences d’extradition.

Les longues procédures contre Assange se sont déroulées dans des salles d’audience à l’accès très restreint et dans des circonstances qui ont empêché à plusieurs reprises les journalistes de couvrir correctement l’affaire. Cependant, malgré les graves implications pour la liberté de la presse et la responsabilité démocratique, le sort d’Assange n’a suscité qu’un soupçon d’inquiétude dans la plupart des médias occidentaux. Peu d’observateurs semblent douter que Patel signera l’ordre d’extradition américain, surtout pas Nils Melzer, professeur de droit et rapporteur spécial des Nations Unies.

En tant que Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture, Melzer s’est donné pour mission depuis 2019 d’examiner minutieusement non seulement le traitement d’Assange pendant ses 12 années de confinement croissant – supervisé par les tribunaux britanniques – mais aussi la mesure dans laquelle les procédures régulières et l’État de droit ont été respectés dans la poursuite du fondateur de WikiLeaks.

Melzer a rassemblé ses recherches détaillées dans un nouveau livre, The Trial of Julian Assange [Le procès de Julian Assange, NdT], qui fournit un compte rendu choquant de non-respect des lois rampant des principaux États impliqués – la Grande-Bretagne, la Suède, les États-Unis et l’Équateur. Il documente également une campagne sophistiquée de désinformation et de diffamation visant à dissimuler ces méfaits.

Le résultat, conclut Melzer, a été une attaque incessante non seulement contre les droits fondamentaux d’Assange, mais aussi contre son bien-être physique, mental et émotionnel, que Melzer qualifie de torture psychologique.

Le rapporteur des Nations Unies affirme que le Royaume-Uni a investi beaucoup trop d’argent et d’énergie pour obtenir la poursuite d’Assange au nom des États-Unis, et qu’il a lui-même un besoin trop pressant de dissuader d’autres personnes de suivre la voie tracée par Assange pour dénoncer les crimes occidentaux, pour risquer de laisser Assange en liberté.

Au lieu de cela, il a participé à une vaste mascarade juridique visant à occulter la nature politique de l’incarcération d’Assange. Et ce faisant, il a systématiquement fait fi de l’État de droit.

Melzer estime que le cas d’Assange est si important parce qu’il crée un précédent de sape des libertés les plus fondamentales que le reste d’entre nous tient pour acquises. Il ouvre son livre par une citation d’Otto Gritschneder, un avocat allemand qui a observé de près la montée du nazisme : « Ceux qui dorment dans une démocratie se réveilleront dans une dictature. »

Dos au mur

Melzer a haussé le ton parce qu’il estime que, dans l’affaire Assange, tous les freins et contrepoids institutionnels résiduels sur le pouvoir de l’État, en particulier celui des États-Unis, ont été réduits à néant.

Il souligne que même l’éminent groupe de défense des droits humains Amnesty International a évité de qualifier Assange de « prisonnier d’opinion », bien qu’il réponde à tous les critères, le groupe craignant apparemment un retour de bâton de la part des bailleurs de fonds (p. 81).

Il note également qu’à l’exception du groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire, composé de professeurs de droit experts, les Nations Unies elles-mêmes ont largement ignoré les violations des droits d’Assange (p. 3). Cela s’explique en grande partie par le fait que même des États comme la Russie et la Chine hésitent à faire de la persécution politique d’Assange un bâton pour battre l’Occident – comme on aurait pu s’y attendre.

Selon Melzer, la raison en est que le modèle journalistique de WikiLeaks exige une plus grande responsabilité et une plus grande transparence de la part de tous les États. Avec l’abandon tardif d’Assange par l’Équateur, celui-ci semble être totalement à la merci de la principale superpuissance mondiale.

Au lieu de cela, selon Melzer, la Grande-Bretagne et les États-Unis ont dégagé la voie pour vilipender Assange et le faire disparaître progressivement sous le couvert d’une série de procédures judiciaires. Cela n’a été possible que grâce à la complicité des procureurs et du pouvoir judiciaire, qui poursuivent la voie de la moindre résistance pour réduire au silence Assange et la cause qu’il représente. C’est ce que Melzer appelle une « politique de petits compromis » officielle – avec des conséquences dramatiques (p. 250-1). Son livre de 330 pages regorge d’exemples d’abus de procédure – au niveau du droit, des poursuites et de la justice – qu’il est impossible d’en résumer ne serait-ce qu’une infime partie.

Cependant, le rapporteur de l’ONU refuse de qualifier cette situation de conspiration– ne serait-ce que parce que le faire reviendrait à s’accuser d’en faire partie. Il admet que lorsque les avocats d’Assange l’ont contacté pour la première fois pour lui demander de l’aide en 2018, arguant que les conditions d’incarcération d’Assange s’apparentaient à de la torture, il a ignoré leurs supplications.

Comme il le reconnaît aujourd’hui, il avait lui aussi été influencé par la diabolisation d’Assange, malgré sa longue formation professionnelle et universitaire pour reconnaître les techniques de gestion de la perception et de persécution politique.

« Pour moi, comme pour la plupart des gens dans le monde, il n’était qu’un violeur, un pirate informatique, un espion et un narcissique », dit-il (p. 10).

Ce n’est que plus tard, lorsque Melzer a finalement accepté d’examiner les effets de l’enfermement prolongé d’Assange sur sa santé – et qu’il a constaté que les autorités britanniques entravaient son enquête à chaque instant et le trompaient ouvertement – qu’il a approfondi ses recherches. Lorsqu’il s’est attaqué aux récits juridiques entourant Assange, les fils se sont rapidement dénoués. Il pointe du doigt les risques liés au fait de s’exprimer – un prix qu’il a expérimenté de première main – qui ont empêché d’autres personnes de parler.

« Avec ma position intransigeante, j’ai mis en danger non seulement ma crédibilité, mais aussi ma carrière et, potentiellement, ma sécurité personnelle… Maintenant, je me suis soudainement retrouvé dos au mur, à défendre les droits humains et l’État de droit contre les démocraties mêmes que j’avais toujours considéré comme mes plus proches alliées dans la lutte contre la torture. Ce fut une courbe d’apprentissage abrupte et douloureuse » (p. 97). Il ajoute avec regret : « J’étais devenu par inadvertance un dissident au sein même du système » (p. 269).

La subversion du droit

L’écheveau d’affaires complexes qui a pris le fondateur de WikiLeaks au piège – et l’a maintenu en prison – comprend une enquête sur une agression sexuelle menée par la Suède pendant dix ans et qui s’est avérée totalement improductive ; une détention prolongée pour une infraction à la loi sur la liberté sous caution qui s’est produite après qu’Assange se soit vu accorder l’asile par l’Équateur pour éviter une extradition politique vers les États-Unis ; et la convocation secrète d’un grand jury aux États-Unis, suivie d’audiences et d’appels interminables au Royaume-Uni pour l’extrader dans le cadre de la persécution politique contre laquelle il a e.

Selon Melzer, l’objectif n’était pas d’accélérer les poursuites contre Assange – cela aurait risqué de révéler l’absence de preuves contre lui dans les affaires suédoises et américaines. Il s’agissait plutôt de piéger Assange dans un interminable processus de non-poursuite, alors qu’il était emprisonné dans des conditions de plus en plus draconiennes et que le public se retournait contre lui.

Ce qui semblait – du moins aux yeux des observateurs – être le respect de la loi en Suède, en Grande-Bretagne et aux États-Unis était l’exact inverse : sa subversion répétée. Le non-respect des procédures légales de base était si constant, selon Melzer, qu’il ne peut être considéré comme une simple série d’erreurs malheureuses. Elle vise à « la persécution, la réduction au silence et la destruction systématiques d’un dissident politique gênant ». (p. 93).

Selon Melzer, Assange n’est pas seulement un prisonnier politique. C’est un prisonnier dont la vie est gravement menacée par des abus incessants qui correspondent à la définition de la torture psychologique.Cette torture repose sur le fait que la victime est intimidée, isolée, humiliée et soumise à des décisions arbitraires (p. 74). Melzer précise que les conséquences d’une telle torture ne font pas que briser les mécanismes d’adaptation mentale et émotionnelle des victimes, mais qu’avec le temps, elles ont également des conséquences physiques très tangibles.

Melzer explique les « Règles Mandela » – du nom du leader de la résistance noire Nelson Mandela, longtemps emprisonné, qui a contribué à faire tomber l’apartheid en Afrique du Sud – qui limitent le recours à des formes extrêmes d’isolement… La SUITE ICI: jonathan-cook

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.