Kel Tinariwen : cri de ralliement pour les Touaregs originaires du nord du Mali

Le groupe bien connu Tinariwen propose une réédition de son premier album Kel Tinariwen, initialement sorti en cassette en 1991 et produit par Keltoum Sennhauser. Source: pan-african-music.com

On ne vous présente plus Tinariwen, le formidable groupe malien, pourtant certains de leurs premiers enregistrements sont tombés dans l’oubli dont leur tout premier : une cassette intitulé Kel Tinariwen. L’album est  enregistré par Abdallah Ag Alhousseyni, Hassan Ag Touhami aka ‘Abin Abin’, Kedou Ag Ossad et Liya Ag Ablil aka ‘Diarra’, à Abidjan au début de l’été 1991. Kel Tinariwen est également produit par Keltoum Sennhauser, peintre, poète et auteur-compositeur. Keltoum Sennhauser, fille d’un père Songhaï et d’une mère Touareg, a grandi à Bamako et dans la région de Kidal au nord-est du Mali, où vivent les membres de Tinariwen.

L’implication de Keltoum Sennhauser dans le projet a été déterminante dans la réalisation de Kel Tinariwen. Elle l’imprègne de ses combats pour les droits des Touaregs à la liberté et à l’autodétermination. En effet, à la fin de la première rébellion touareg, survenue entre 1962 et 1964, deux ans seulement après l’indépendance du Mali, les régions du nord peuplées de Touaregs sont placées sous une administration militaire répressive. Elle entraîne un exode massif des Touaregs vers les pays voisins. La sécheresse qui s’en suit d’abord en 1972 puis, plus tard, en 1984 accentuent encore davantage ce phénomène. Keltoum Sennhauser et sa famille, qui vivaient dans ces régions, sont contraints d’émigrer. Sennhauser a vu dans la musique un outil puissant pour raconter les luttes des Touaregs, en particulier travers les cassettes :

« Je pense que la cassette a joué un rôle crucial en tant qu’outil de communication, un outil qui nous était très cher. Elle a permis de sensibiliser et de réveiller les consciences de ceux qui pensaient que tout était déjà perdu, ou que nous n’avions pas les moyens de gagner notre combat. Elle a permis au monde touareg de développer sa propre conscience et d’aller de l’avant. Dans notre milieu, la seule chose qui peut nous faire nous remettre en question, c’est la musique. Parce que nous écoutons beaucoup de musique, nous aimons la musique, nous aimons la poésie. Nous ne lisons pas. Nous ne sommes pas un peuple qui lit. Donc, la seule lecture que nous avons, sur nous-mêmes et sur le monde extérieur, c’est la musique. » 

Kel Tinariwen ne sera malheureusement jamais diffusé  en dehors de la communauté locale qui échangeait des cassettes en 1992. Une situation en voie d’être résolue. Le disque révèle une autre facette des sons de Tinariwen, qui devrait réjouir les diggers. On ne retrouve pas tout à fait le son caractéristique de Tinariwen tel qu’il est aujourd’ hui. Pourtant, on peut entendre leurs fameuses lignes hypnotiques de guitare, qui accompagnent le chant construit à la façon call and response, ainsi que des boîtes à rythmes et des mélodies synthétiques.

Kel Tinariwen sort le 4 novembre via Wedge.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.