DOUBLE LESS, Adieu légende !

Double Less ancien champion de lutte traditionnelle et gréco-romaine au Sénégal vient de tirer sa révérence. Bonne route vers les étoiles monsieur Mamadou Sakho a.k.a. Double Less, la plus grande légende de la lutte sénégalaise.

Voilà encore un pan de l’histoire de la lutte sénégalaise qui disparaît à jamais.
« Je suis meilleur que Balla Gaye II », disait très souvent Double Less lors de ses interviews parlant de son fils devenu un grand champion. Originaire de la Casamance, plus précisément de Malfara dans le département de Sédhiou, Mamadou Sakho dit Double Lesse est riche d’une belle carrière riche dans l’arène sénégalaise entre 1972 et 1999. Il doit son surnom à son ami Doudou Diagne, qui trouvait ses bras très longs…

Grâce au succès que connaît son fils Omar Sakho, alias Balla Gaye 2, son nom revient assez régulièrement sur les lèvres des amateurs de la lutte sénégalaise. De sa Casamance natale à la capitale, en passant par la Gambie où il a fait huit années à ses débuts, Double Lesse a fait preuve de courage, d’endurance et surtout de technicité.

Avec un oncle lutteur alors que son père était instituteur en arabe, il avait un modèle qui lui inspira ses premières prouesses. En commençant par la lutte « diola » au stade Emile Badiane, il s’initie à la lutte « wolof » appelée communément « mbappat » .

Son premier combat dans l’arène remonte en 1972 face à Doudou Baka Sarr qui s’est soldé par un nul et qu’il a gommé plus tard par une victoire. « Je le remercie de m’avoir donné une chance, car je n’étais pas connu dans l’arène » reconnaît-il.

Depuis lors il a su construire son palmarès en combattant des ténors de l’arène comme Ibou Senghor, Pape Kane (deux victoires), Toubabou Dior, Moussa Diémé, Mame Gorgui Ndiaye, Mame Samba Diaw…
En 1973, Robert l’envoie au sol. Mais c’est le retour dans la cour des grands l’année suivante en 1974 lorsqu’il lutte avec Mbaye Gueye Tigre de Fass. Il gagne le Tigre de Fass une première fois. Ensuite un second combat est programmé. Cette deuxieme manche est réputé être sans verdict. Aujourd’hui encore il suscite des débats. Un combat d’ailleurs qui a inspiré le roi du mbalax, Youssou Ndour, dans un de ses refrains : « Combat bi fi amoon daaw, verdict bi la ñuy xaar ba tey: * Nous attendons toujours le verdict du combat de l’année dernière »

Avec l’équipe nationale du Sénégal, il a effectué beaucoup de campagnes internationales dont les plus illustres sont les jeux olympiques de Montréal en 1976, Moscou (1980), Los Angeles (1984) et les jeux africains de Naïrobi.
RIP Double Less ! Les légendes ne meurent jamais. Il nous laisse deux grands champions que sont les lutteurs Balla Gaye 2 et Sa Thies. Tous les deux portent le lourd héritage de leur illustre père.

The legend lives on …

Share

Mamadou Sekk est un passionné de culture et de musique africaine. Il est l'initiateur du Berger Des Arts (Gaynaako Ñeeñal) The Shepherd Of Arts et Festival Blues D'Afrique / Assoc. Le Berger Des Arts est dédié à la collecte, la conservation, la mise en valeur et l'interprétation des musiques du monde, sous-estimées ou en péril, qui ont contribué à la naissance du Blues afin d'éviter leur disparition.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.