Dia Bâ déplore la condition des athlètes sénégalais

Amadou Dia Bâ a déploré vendredi les conditions dans lesquelles les athlètes sénégalais    s’entraînement. Le seul médaillé olympique du Sénégal (argent au 400 mètres haies Séoul 88), aujourd’hui Directeur du Centre de développement de l’athlétisme africain, est une voix autorisée.
« Ça me fait mal au cœur de voir les athlètes courir sur les parkings des stades. Nos athlètes s’entraînent sur les parkings des stades », c’est en ces termes qu’Amadou Dia Ba s’est insurgé contre la situation que vivent ces compétiteurs sénégalais.
Pour lui, il est urgent que les autorités prennent en charge rapidement cette question si l’on veut des performances dans l’athlétisme.
« Nous devons nous concerter avec les autorités pour que nos athlètes puissent s’entraîner dans de meilleures conditions », a t-il souligné au micro de l’APS, lors de la cérémonie d’ouverture d’une formation de 15 jours à l’intention des entraîneurs de niveau 1.
Le Stade Léopold Senghor, où s’entraîne la plupart des athlètes sénégalais, sera fermé courant 2019 pour sa réhabilitation. Iba Mar Diop, qui accueille souvent les compétitions nationales d’athlétisme, n’est pas aux normes internationales. Quant à la réhabilitation du stade Assane Diouf, la jeunesse dakaroise l’attend toujours.
Résultat des courses : Dakar la capitale se retrouve sans stade pouvant accueillir des athlètes. Ce n’est pas un hasard si aucun athlète sénégalais n’a remporté de médaille à l’issue de l’édition 2018 (1ᵉʳ-5 août) des championnats d’Afrique d’athlétisme tenus au Nigeria.
Pourtant Dakar, en abritant le Centre d’athlétisme et en organisant le Meeting international d’athlétisme de Dakar depuis 2010 grâce, il faut le dire, à l’entregent du President Lamine Diack, avait commencé à jeter les bases d’une bonne organisation. Aujourd’hui, l’athlétisme sénégalais est au point mort.
Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.