Les personnalités qui font la Casamance (fin)

Pendant un mois, kirinapost vous a parlé de ces dignes fils de Casamance. Vingt personnalités, ce n’est pas assez évidemment. Beaucoup de noms auraient pu figurer sur cette liste. Boubacar Seck l’architecte, Ousmane Sonko le leader de Pastef, Robert Sagna l’ancien maire… 

Sadio Mané

Sadio Mané est né le 10 avril 1992 à Bambali, village du département de Sédhiou. Il passe par l’académie Génération Foot (partenaire du FC Metz) pour faire ses gammes.  Il jouera pour le FC Metz, le Red Bull en Autriche, Southampton en Angleterre et le 28 juin 2016, Mané signe cinq ans au Liverpool Football Club pour 36 millions d’euros. Il devient une star à part entière des Reds avec son coéquipier égyptien Mohamed Salah. Si bien qu’à la saison 2016-2017, il est nommé dans l’équipe-type de la saison de Premier League. Ailier droit ou gauche, Mané est un joueur déroutant, aux dribbles faciles et à l’accélération fulgurante. En équipe nationale, il est devenu au fil des années l’un des leaders techniques de la tanière. Aujourd’hui, le joueur de Liverpool, avec un salaire évalué à plus de 110 millions par semaine, ne pouvait pas ne pas être dans ce classement. Y a-t-il un Casamançais dans l’histoire qui toucha un tel salaire ?

André Keny

Né en 1940 à Niaguis Sône, dans le département de Ziguinchor, André Keny est Géomètre Expert depuis 1960. C’est en 1983, fort d’une grande expérience dans des sociétés de la place, qu’André Keny crée la Société de promotion Immobilière (S C I. Biagui). Biagui étant le nom de son père, auquel il rend ainsi hommage. La  première cité Biagui, avec 130 logements, voit le jour à Ziguinchor. Beaucoup d’émigrés souhaitent acquérir un toit et les maisons Biagui se vendirent comme de petits pains. Puis il engage les cités Biagui à Dakar-Yoff, 90 logements haut de gamme. Aujourd’hui, les cités Biagui sont présentes à Rufisque et à Mbour notamment. L’homme, discret et travailleur malgré son âge, est une référence dans la construction au Sénégal.

Soundioulou Cissokho

Celui que l’on appela le roi de la kora est né en 1921 à Ziguinchor. Soundioulou Cissokho a marqué de son empreinte la musique sénégalaise. Au cours de sa vie d’artiste, il a sillonné le monde et en a épaté plus d’un. Partout où il est passé, les spectateurs retiennent son jeu unique et ses mélodies puisées dans la pure tradition du Mandé. On retient aussi le formidable duo qu’il formait avec son épouse Maa Hawa Kouyaté, une cantatrice  d’origine guinéenne. Il faut dire que Soundioulou a eu un riche parcours. Le ballet panafricain du Guinéen Keïta Fodéba en 1948, avec qui il voyage déjà en Europe. Le Théâtre du Palais de Dakar. Le titre de  « roi de la kora », il le reçût lorsqu’il se mit à jouer en solo et participa à l’inauguration du Palais du Peuple à Conakry. C’est le défunt président Ahmed Sékou Touré lui-même qui le lui décerna.

Fodé Doussouba

Le lutteur Fodé Baldé, de son vrai nom, est né à Sam kénié (Kolda). C’est sa mère qui a pour nom de famille Doussouba. Il est l’un des plus grands champions de lutte du Sénégal. Doté d’une puissance physique hors-norme et d’une technique remarquable, il commence à faire des ravages dans la lutte dès 1951. Il gagne tournoi sur tournoi et se permit même de traverser la frontière gambienne pour affronter un lutteur réputé du nom de Bécaye 1. L’histoire raconte qu’il envoya Bécaye 1 dans un coma profond durant 24 heures. Il fera les mêmes ravages en Guinée Bissau. De retour au Sénégal, Fodé Doussouba commença à écrire sa légende. Interrogé par le journal l’Observateur, le frère de l’ancien champion raconte que Fodé terrorisait ses adversaires et on l’appelait  » Fodé Kharal Photo bi » (Attend la photo). A force de lui demander une photo après la chute de ses adversaires, la phrase est devenue un rituel.

Famara Sagna

Famara Ibrahima Sagna est une grande figure de la vie politique sénégalaise. Né le 26 novembre 1938 à Ziguinchor, Famara Ibrahima Sagna a été plusieurs fois ministre du gouvernement. Administrateur civil et analyste financier, il a occupé les départements de l’Agriculture mais aussi celui de l’Économie et des finances. Par la suite, il sera nommé Président du Conseil Économique et Social.

Famara Sagna a été un acteur majeur dans la décrispation des différentes tensions politiques qu’a connu le Sénégal dans les années 80-90.  Alors que le pays est paralysé suite à l’assassinat lors des élections de 1993 du vice-président du Conseil Constitutionnel et l’arrestation du leader de l’opposition, Famara Sagna , homme de consensus et de dialogue, va être le négociateur en chef choisi par le Président Diouf pour ramener la paix sociale. Il rencontre dans la discrétion l’opposition, notamment Abdoulaye Wade, patron du PDS et principal adversaire du régime. C’est ainsi que le président Wade s’est retrouvé dans le gouvernement de Diouf entre 1995 et 1997 comme ministre d’État auprès du Président de la République.

Arrière-petit-fils de Bourin Sagna, chef traditionnel à Sédhiou, cosignataire et fils cadet de Ibrahima Almamy Bourin Sagna (Fanda 1875–Ziguinchor 1968), grand notable à Marsassoum, Famara Sagna est issu d’une famille de notables et riches commerçants traitants.

 

Crédits: Sunusport.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.