Aminata Sow Fall croit en l’humain

Elle est Africaine et Sénégalaise, auteure de 12 livres, parmi lesquels 9 romans, dont 3 ont été portés à l’écran. Traduite dans 24 langues, elle accumule prix et distinctions. Pourtant, elle dit n’avoir rien fait de spécial. « Je n’ai fait qu’écrire », aime-t-elle répéter. Célébrée un peu partout dans le monde, elle reste d’une humilité extraordinaire et continue de dépeindre sa société avec une justesse exquise. Refusant de se comparer à une sociologue, cette native de Saint-Louis affirme être juste interpellée par des situations, des faits et des comportements qui se passent dans sa société et qui parlent à tout humain. Aminata Sow Fall croit en l’humain et aux valeurs qu’il porte. C’est sa raison de vivre. C’est sa raison d’écrire. 

« Le Roman m’a permis de voyager, de me conforter dans cette idée de la nécessite de la diversité, de respecter les cultures et de me dire finalement que nous sommes tous humains et avons les mêmes questionnements. » Interview RFI

« Une oeuvre romanesque n’est jamais une copie de la société. Mais en même temps qu’elle dépasse le réel, elle reconstruit le réel ». L’Entretien 2STV Sada Kane

« Rentrée de Paris en 1969 à la fin de mes études, j’étais bouleversée par la manière dont l’argent avait changé les gens. La plus grande valeur ce n’était plus l’humanité. Ce n’était plus le partage et la compassion. J’étais malheureuse parce que quand je quittais le Sénégal en 1962, j’étais partie avec la philosophie que l’argent, on a beau en avoir, on meurt et ce qui reste c’est l’honneur. C’est de là que vient ma décision d’écrire. » L’Entretien 2STV Sada Kane

« Quand j’ai écrit La Grève des Bàttu, des critiques sénégalais on dit c’est trop local, ça n’ira nulle part, et j’ai dit à mon éditeur, si j’enlève « Bàttu », mendiants en français, tout le symbole de ce que je raconte s’effondre. J’avais juste une conviction : l’écrivain est seul face à son texte mais il est au centre des questionnements de tout humain. Je ne m’attendais à une aucune consécration internationale mais je n’étais pas surprise quand elle est arrivée, car j’étais persuadée que partout où il y a des humains, mon texte pourrait être entendu. » L’Entretien 2STV Sada Kane

« La fortune n’a pas de domicile fixe, Dieu ne l’a pas attribuée d’une manière définitive. Il ne fait que la prêter. » Dans La Grève des bàttu ( Nouvelles éditions africaines) 1979.

Quelques distinctions et récompenses reçues par Aminata Sow Fall

Grand prix littéraire d’Afrique noire pour La Grève des Bàttu – 1980

Prix international pour les lettres africaines pour L’Appel des arènes – 1982

Docteur Honoris Causa du Mount Holyoke College, South Hadley, Massachusetts – 1997

Chevalier de l’ordre national du Lion du Sénégal – 2013

Grand prix de la francophonie de l’Académie Française – 2015

Crédits: Debbosenegal

Share

One Ping

  1. Pingback: Si seulement les murs pouvaient parler : pour une valorisation du patrimoine national en Afrique • Kirinapost

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.