Afghanistan : Après 20 ans de guerre, les talibans reprennent le pouvoir

« Les Talibans ont gagné  » ce sont-là les derniers propos du président Ashraf Ghani, en fuite après l’entrée des Talibans à Kaboul. Ils avaient été au pouvoir de 1997 à 2001.

L’ Afghanistan de nouveau aux mains des Talibans. Dans leur conquête, les villes sont tombées les unes après les autres et s’est terminée avec la prise de la capitale Kaboul ce 15 aout. Une fois entrés au palais présidentiel, Haibatullah Akhundzada ont aussitôt tenu à prier et ont récité la sourate Nasr (Les Secours).

Il faut dire qu’un un tel scénario était inimaginable il y a peu. L’armée américaine sur place depuis des années a formé les forces et défenses afghanes et continuent de les accompagner. La chute sans résistance de l’armée régulière a surpris. Pourtant pour beaucoup d’observateurs l’accord signé ente l’administration américaine et les talibans à Doha le 29 février 2020, sonnait comme un signal de Washington envoyé aux hommes d’Akhundzada pour leur dire » La voie est libre ». Des craintes qui semblent se confirmer, quand on apprend que l’armée américaine se limite ces dernières heures à ne sécuriser que l’aéroport de Kaboul.

En effet, si certains afghans sont satisfait du retour des talibans au pouvoir, d’autres ont pris d’assaut les aéroports et les frontières terrestres pour quitter le pays. Le souvenir d’un régime jugé dur et orthodoxe est encore frais dans leur esprit.

L’histoire des talibans marque le monde avec leurs premières confrontations avec l’armée russe dans les années 80. Populaires dans le pays, ils prennent le pouvoir avant de le perdre suite aux evénements du 11 septembre 2001. Accusant le chef d’Al-Qaïda, Oussama ben Laden d’être le responsable des attentats du 11 septembre en complicité avec des autorités talibanes, les États-Unis déclenchèrent un front contre ces derniers. Arrivé à la Maison Blanche,  le président américain Joe Biden s’est engagé a retiré les troupes américaines d’Afghanistan. Dés que le processus de retrait a été amorcé, les Talibans n’ont pas perdu de temps…ils vont déclarer sans surprise l’Afghanistan comme un État islamique.

Les nouveaux hommes forts du régime taliban  aiment cultiver la discrétion. Les clichés des visages des nouveaux maîtres de Kaboul restent rares. Haibatullah Akhundzada, leur chef est nommé à la tête des talibans en mai 2016 après la mort de Mansour.  Akhundzada est présenté comme un érudit et un brillant juriste. Ayman Al-Zawahiri, le chef d’Al-Qaïda l’a qualifié d' »émir des croyants« .

Share

Aslam ibn Abass, de son vrai nom Kamagaté Abass est de nationalité ivoirienne. Géographe de formation, il se présente comme un critique et un analyste. C'est fort de cela qu'il s'intéresse à l'histoire, aux relations internationales et à la géopolitique, puisque la géographie est ce qui définit selon lui l'histoire et la politique des régions du monde. Ainsi pour lui c'est la formation de l'espace qui nous permet de comprendre le monde. Aslam ibn Abass étudie également la théologie, où il se pose comme un disciple de la pensée réformiste du professeur Tariq Ramadan. Il est l'un des administrateurs des pages dédiées à la cause de ce dernier. Passionné de savoir, Aslam ibn Abass s'intéresse à tous les domaines du savoir notamment la philosophie, la poésie la science... et bien d'autres. Il a accepté de partager ses analyses sur kirinapost.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.