Le bassiste Samba Laobé Ndiaye signe un retour gagnant

Renaissance ! C’est le nom qu’a trouvé le bassiste sénégalais Samba Laobé Ndiaye pour la mini-tournée sonnant son grand retour sur la scène musicale dakaroise. Le terme est bien trouvé si l’on sait que l’instrumentiste fortement éprouvé par le décès accidentel de sa femme Marie Parsine Diop en 2016, était éloigné des salles de concert de la capitale sénégalaise. C’est une renaissance. Après Mbour le 16 novembre, l’instrumentiste a offert deux spectacles dignes de son rang vendredi et samedi dernier à Dakar.

 

L’enfant prodige de la Patte d’Oie vivant à Paris, s’est dit ému et surpris par l’accueil du public dakarois. En effet, ils étaient là. Deux jours durant, grâce à la perspicacité de Kojito structure spécialisée dans la production de spectacle, les amoureux de bonne musique sont venus nombreux au Play Club revoir sur scène le fabuleux bassiste.

Accompagné par l’excellent Jaam Jazz, le groupe qui égaye les nuits de Dakar, Samba Laobé a fait étalage de tout son talent.

« J’étais agréablement surpris de voir tout ce monde venir soutenir mon spectacle. Et naturellement cela m’a ému. Je remercie tout le public. C’est un formidable encouragement » a réagi l’artiste dans un entretien qu’il a accordé à Kirinapost à la fin du dernier set.

Au cours des deux soirées, sont venus, entre autres, sur scène accompagner le bassiste : les chanteurs Ismaël Lo, Khamdel Lo, Weuz Kaly, Pape du groupe Pape et Cheikh, Souleymane Faye, Adjouza, Khady Mbaye, le pianiste Ismaëla Cissé, le batteur Youssou Camara ou encore le guitariste Oumar Sow… que du beau monde finalement autour de la star du week-end : Samba Laobé. Les chanteurs ont gratifié le public de belles envolées quand chaque instrumentiste relevait le challenge du dialogue auquel Bathie autre surnom de Samba-les invitait. De beaux moments…

L’histoire de Samba Laobé Ndiaye débute après l’année blanche de 1988. Après l’obtention de son Bac B et quelques mois à la Faculté des Sciences économiques de l’UCAD, Bathie décide de se consacrer à la musique, plus précisément à son instrument fétiche, la basse comme le raconte l’APS.

Samba Laobé joue pour Ismaël Lô, accompagne Solo Cissokho, enregistre les basses dans l’album « Cey You » de Youssou Ndour et ceux de Viviane. Ensuite il travaille avec Omar Ndiaye, Touré Kunda dans « Nit », Alioune Mbaye Nder, Souleymane Faye, Coumba Gawlo, Titi, Sidi Ngom, Thione Seck avec « Orientissime » et le défunt Ablaye Mbaye décédé en 2017. Il a assuré la composition et les arrangements des 2 derniers albums du chanteur emporté par un malaise alors qu’il se trouvait encore en studio.

Jeu corrosif et éclectique, Samba Laobé surfe sur plusieurs univers (jazz, Afro, Salsa, Blues, Rock), avec toujours en toile de fond des sonorités traditionnelles sénégalaises et africaines bien maitrisées.

« J’ai grandi avec la musique traditionnelle. C’est mon univers même si je suis ouvert et réceptif aux sonorités venues d’ailleurs » confie-t-il.

Samba Laobé Ndiaye, c’est aussi le groupe Missal. Membre fondateur en 1996 du groupe de la Patte d’Oie, il sera un des piliers des albums « Leer » (1996), Salääne (1998), Kalama (2009). Avec ce groupe dont le Mbalakh épuré, teinté d’afro, de jazz et des sonorités africaines, Samba Laobé fortement inspiré par le légendaire bassiste Habib Faye parcoure le monde et s’installe comme un des meilleurs instrumentistes de sa génération. Aujourd’hui, le groupe est dans une certaine léthargie, mais Samba Laobé poursuit sa carrière en solo. Une carrière marquée dès 2001 par un premier album : Le sublime « Scénégale ».

« Habib Faye nous a fait aimer la basse. Nous lui devons énormément. Personnellement, il m’a beaucoup influencé et beaucoup inspiré. Si je suis devenu bassiste, c’est un peu grâce à lui. Je ne suis pas seul dans ce cas. Habib, paix à son âme, a guidé toute une génération » raconte-t-il avec émotion. D’ailleurs ses deux concerts ont été ponctués par des reprises de célèbres compositions de Habib Faye qui ont ravi le nombreux public. Un bon moment d’échange et de chaleur.

Après Dakar, Samba Laobé s’est envolé pour Madrid, la capitale espagnole, seconde étape de cette tournée Renaissance. Promettant de revenir très vite au pays, il a confié être en train de travailler sur différents projets.

« Je travaille sur plusieurs albums avec des artistes d’origines différentes. Pareillement, je prépare un album que je pourrais qualifier… d’explosif. Ce qui est sûr, c’est qu’il y’aura pas mal de surprises pour les mélomanes amateurs de Word musique, de Jazz et d’Afrobeat. » C’est dit !

 

 

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.