Willie Dixon ou la cheville ouvrière du Blues

Cette musique s’appelle le Blues. Ainsi quand les blancs ont commencé à l’aimer, ils l’ont appelée le Rock’n’Roll. Bien avant les contemporains de Willie Dixon, Howlin’ Wolf, Muddy Waters il y a eu de grands Bluesmen mais c’est avec eux que le Blues va connaître son urbanisation pour donner naissance à un Blues plus électrique d’où sortira le Rock’n’Roll. Ainsi pour cette urbanisation du Blues, tout a commencé avec deux hommes, l’un blanc de Chicago, Leonard Chess; l’autre noir, cultivateur dans le Mississippi, Muddy Waters, et un label-studio en l’occurrence Chess Records…C’était en 1941 à Chicago. Ainsi sans l’indéniable talent de Willie Dixon rien n’aurait été possible.

Willie-Dixon

Si Robert Johnson fut le génie du Blues, William James Dixon fut la cheville ouvrière de cette musique. Dixon est né le 1 Juillet 1915 à Vicksburg, Mississippi aux Etats-Unis. On peut dire qu’il est le Blues comme il l’a lui même affirmé un jour « I am the Blues. » Il est le personnage principal et essentiel autour duquel le Blues a été organisé, façonné et arrangé. Dixon fut le compositeur le plus prolifique du Blues grâce à ses multiples casquettes: contrebassiste hors du commun, chanteur, compositeur de génie, producteur et arrangeur.

On le surnommait le poète du Blues. Ainsi parallèlement à sa carrière solo, il a grandement contribué à la carrière de bon nombre de Bluesmen, aussi bien en termes de musique que de paroles. Les textes des plus grands succès de Muddy Waters et de Howlin’ Wolf ont été écrits par lui et sont devenus des standards du Blues. Il a aussi composé, entre autres, pour Chuck Berry, Bo Diddley, Little Walter, Sonny Boy Williamson…

Grand défendeur de la cause noire aux États-Unis, Dixon s’est battu pour les droits d’auteurs de ses titres pillés allant jusqu’à quitter le label Chess. Il est entré dans la légende grâce aux classiques qu’il écrit pour lui-même ou d’autres chanteurs : « Spoonful », « Little Red Rooster », « Wang Dang Doodle », « I Ain’t Superstitious » ou « Back Door Man. »

Amputé d’une jambe après un sérieux diabète, Willie Dixon meurt le 29 janvier 1992 à l’âge de 76 ans après avoir remporté un Grammy Award pour l’album I Am The Blues en 1989. Il est inhumé au Burr Oak Cemetery à Aslip, dans l’Illinois. L’un des premiers et plus importants compositeurs de blues a été intronisé au Blues Hall of Fame en 1980 et au Rock And Roll Hall of Fame en 1994.

Willie Dixon et ses contemporains sont à l’origine de la musique actuelle qui peut devenir n’importe quelle musique, Rhythm & Blues, Rock’n’Roll, Jazz, Reggae, Rock, Soul, Pop, Hip Hop…quoi que tu joues, le Blues sera toujours derrière toi… « Saupoudre un peu de Blues là-dessus et je te garantis que tu ne seras pas déçu du résultat…On a tous quelque chose de Blues en nous » dixit Willie Dixon.

Share

Mamadou Sekk est un passionné de culture et de musique africaine. Il est l'initiateur du Berger Des Arts (Gaynaako Ñeeñal) The Shepherd Of Arts et Festival Blues D'Afrique / Assoc. Le Berger Des Arts est dédié à la collecte, la conservation, la mise en valeur et l'interprétation des musiques du monde, sous-estimées ou en péril, qui ont contribué à la naissance du Blues afin d'éviter leur disparition.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *